Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

L’échec de Léon Blum

, par

En 1936, Léon Blum conçoit, dès sa venue au pouvoir, une politique nouvelle, réaliste et cohérente, tenant compte des leçons de l’expérience. L’assimilation sera fortement encouragée dans les colonies déjà très engagées dans cette voie. En revanche, on pratiquera loyalement la plus large association dans les protectorats et les territoires sous mandat. Enfin, la politique française sera coordonnée et harmonisée dans les régions islamisées.
En conséquence, le président du Conseil crée un Haut Comité méditerranéen. Il met au point avec Maurice Viollette, ancien gouverneur général de l’Algérie, un projet portant accession à l’électorat d’une première tranche de 25 000 musulmans algériens gardant leur statut personnel. Son secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Pierre Viénot, négocie avec la Syrie et le Liban des accords conférant à ces pays, très évolués et sous mandat, leur indépendance quasi complète, tout en les maintenant dans la zone d’influence de la France.
Des contacts sont pris en Tunisie avec le Néo-Destour de Habib Bourguiba. Marius Moutet, ministre de la France d’outre-mer, institue une commission d’enquête, qui eût été plus justement et plus heureusement dénommée commission des réformes, et fait étudier par le gouverneur Delavignette, esprit libéral, un vaste programme de travaux locaux, utiles avant tout aux autochtones. Au Maroc, le général Charles Noguès, nommé résident général par Léon Blum, renoue de très bonnes relations avec le sultan Sidi Mohammed et met au point, en plein accord avec lui, un grand programme de réformes politiques, administratives, financières, économiques. Enfin, Pierre Viénot, Robert Montagne et Sébastien Charléty, recteur de l’Académie de Paris, ouvrent à Paris le Centre des hautes études d’administration musulmane (C.H.E.A.M.), où administrateurs civils et militaires et fonctionnaires d’Afrique du Nord viendront confronter, avec leurs homologues de Syrie
et du Liban, leur expérience des pays musulmans.
Tout ce bel effort échoue du fait de la coalition de la droite classique, de certains radicaux, de représentants des grands intérêts économiques, avec des socialistes locaux, porte-parole des « petits Blancs », menacés dans leurs privilèges. Seuls subsistent, après la chute du cabinet Léon Blum, le Haut Comité méditerranéen, oeuvre du général Noguès au Maroc, et le C.H.E.A.M.


Général Georges Spillmann Historia 20e siecle 1970

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.