Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Une déclaration qui fait mouche

, par

Mais, moins de dix ans après la fin de la première guerre mondiale, des penseurs, des philosophes, des sociologues commen­cent à douter des chances de durée des grands empires coloniaux. Parmi eux, Lothrop Stoddart, Albert Demangeon, Paul Valéry. Ce dernier évoque les « civilisa­tions mortelles » et « le petit cap du conti­nent asiatique » qu’est l’Europe. Gabriel Hanotaux s’écrie : « Qui eût dit aux créa­teurs de la fondation coloniale, honneur de la III’ République, qu’avant que les derniers d’entre eux eussent disparu de la scène le principe et la valeur de leurs entreprises seraient soumis au jugement et au contrôle des peuples sur lesquels ils prétendaient étendre leur protection ! » Et dans Grandeur et servitude coloniales, paru en 1931, Albert Sarraut lui-même, ancien très bon gouverneur général de l’Indochine, parle du « ressac de l’Occident ». Au vent de revendication et de liberté soufflant sur le monde colonial tout entier, que celui-ci soit d’obédience britannique, hollandaise, espagnole, portugaise ou française, Sarraut oppose ce qui, à ses yeux, justifie la coloni­sation, à savoir « le droit du plus fort d’aider le plus faible ».
Ces inquiétudes trouvent un écho au cours des congrès réunis à Paris à l’occasion de l’Exposition coloniale. Pour Régismanset, ancien directeur au ministère de la France d’outre-mer, l’origine du mal n’est pas
douteuse. « La politique d’association, dit-il, si l’on n’y substitue pas d’autre meilleure et moins nocive, fera perdre à la France son empire colonial. » Il se prononce, en conséquence, très nettement, pour une poli­tique d’assimilation.
Avant de discuter des mérites et inconvé­nients respectifs de ces deux formules, voyons comment on est arrivé, en quelques années, à une situation tendue, mais non encore inquiétante dans l’immédiat.
De toute évidence, la guerre mondiale a déterminé un changement considérable dans les esprits. Les Blancs, en s’entretuant allégrement et en faisant participer les gens de couleur à leur guerre civile, ont eux-mêmes porté atteinte à leur prestige. Des idées nouvelles ont commencé à se répan­dre. La déclaration du président Wilson sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes a fait mouche. Les Américains, nouveaux venus dans le concert des grandes puissan­ces, se disent volontiers anticolonialistes, tout comme les communistes russes, main­tenant au pouvoir à Moscou, qui entendent bien saper la puissance des Occidentaux et briser un encerclement dont ils ont, par atavisme, la hantise. Aussi jouent-ils hardi­ment la carte des pays colonisés et de cou­leur car on ne dit pas encore, à l’époque, les pays sous-développés.


Général Georges Spillmann Historia 20e siecle 1970

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.