Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Massinissa

, par

Massinissa (MSNSN-Massinissan, sur les inscriptions bilingues de Cirta (actuelle Constantine en Algérie), appelé par les auteurs latins Massinissa), est le premier roi de la Numidie unifiée.

Fils du roi (agellid en berbère) Gaïa (G.Y.Y, inscription punique), fils du Zelalsan, fils d’Ilès. Il naquit vers 238 av. JC dans la tribu des Massyles (Mis Ilès). Il mourut début janvier 148 av. JC.

Massinissa, sans l’aide romaine, oeuvra durant toute son existence à la récupération des territoires annexés par Carthage depuis son établissement en Afrique. Il contribua notamment largement à la victoire de la bataille de Zama à la tête de sa fameuse cavalerie Numide.

Jeunesse dans la Deuxième Guerre punique

Durant la Deuxième Guerre punique, Rome cherchait à se faire des alliés en Afrique du Nord. Syphax, roi des Massaessyles en Numidie occidentale, dont la capitale était Siga (actuelle Ain Temouchent en Algérie), cherchait à annexer les territoires de la Numidie orientale, dirigée par Gaïa, roi des Massyles.

C’est ainsi que Syphax accepta trois centuries romaines et se tourna contre Carthage. Carthage vint en aide à Gaïa, en échange de cinq mille cavaliers numides sous le commandement du jeune Massinissa, âgé de vingt-cinq ans, à partir de 212 ou 211 avant JC. Massinissa rejoignit les troupes carthaginoises en Espagne jusqu’à l’automne 206 av. J-C. Il remporta une victoire décisive contre Syphax, et mena avec succès une campagne guérilla contre les Romains en Ibérie.

Les Carthaginois, battus à Ilipa, finirent par perdre leurs possessions en Méditerranée. Le général romain Scipion, qui commandait l’armée en Espagne, songeait à porter la guerre en Afrique et s’assurer le soutien des royaumes numides. Il gagna l’amitié de Massinissa à partir de 206 av. J-C, avec lequel il avait passé un accord en secret, puis il se rendit en Afrique pour tenter de convaincre Syphax de rester dans l’alliance. Mais le roi massaessyle, ayant eu vent de l’accord avec Massinissa, s’était déjà rapproché de Carthage.

Accession au trône

A la mort de Gaïa (206 av. J.C. ), son frère Oezalces (Oulzacen) lui succède. Marié à une carthaginoise nièce d’Hannibal, il bénéficie de l’appui des carthaginois contre ses voisins et ses vassaux turbulents. Mais Oezalces meurt et Capussa monte sur le trône.

Usurpation

Capussa est immédiatement contesté par Meztul son cousin, issu de la fraction rivale à la branche régnante. Meztul obtient des armes et des renforts de Syphax, s’attaque aux forces de Capussa. Le combat entre les deux clans donna la victoire à Meztul. Capussa mourut en pleine bataille, et Meztul s’empara du pouvoir pour placer sur le trône Lacumazes, alors que, selon la tradition, le trône revenait à Massinissa.

Carthage approuvant cette usurpation, scella alliance avec Meztul et lui donna pour épouse la veuve de Oezalces.

Luttes

Massinissa apprit ces évènements alors qu’il était en Espagne, il décida de quitter Gadès pour la Maurétanie (-206), et craignant les représailles de Syphax, allié de son cousin, il demanda l’aide de Baga, roi des Maures. Celui-ci lui offrit une escorte de 4.000 hommes qui l’accompagna jusqu’aux limites de ses terres. Après avoir rassemblé 500 cavaliers parmi les siens et les fidèles partisans de la famille, il s’attaqua à ses adversaires.

Lacumazes, qui s’apprêtait à quitter Thapsus (actuelle Skikda en Algérie, siège de son gouvernement pour se rendre à Cirta afin de présenter ses hommages à Syphax, fut attaqué par Massinissa dans un défilé non loin de la ville, vaincu dans cette embuscade, Lacumazes parvint néanmoins à prendre la fuite et à rejoindre Cirta. Cette victoire valut à Massinissa un afflux de partisans qui lui permirent de consolider sa position.
Lacumazes et Maztul rassemblèrent des hommes de leur clan, obtinrent l’aide de Syphax et revinrent à la charge avec 15.000 fantassins et 10.000 cavaliers. Malgré un nombre d’hommes bien moindre, Massinissa est encore victorieux et leur inflige une dure défaite. Battus et abandonnés par les leurs, Lacumazes et Meztul se réfugient à Carthage cette fois, chez leurs beaux-parents.

Alors Massinissa occupa Thapsus, qui devint la capitale des Massyles. Afin de consolider son pouvoir, il mena une lutte efficace contre Carthage et prôna l’union de tous les Numides. À Lacumazes et Meztul il offrit de leur rendre leur bien et la considération due à leur rang s’ils revenaient dans leur patrie. Ceux-ci rassurés quant à la sincérité de leur cousin, quittèrent Carthage et le rejoignirent.

Ce regroupement des forces numides inquiéta les suffètes qui dépêchèrent alors Asdrubal auprès de Syphax pour le persuader du danger que représentait désormais un tel voisin. Syphax, prétexta alors une vieille querelle concernant des territoires qu’il avait autrefois disputé à Gaïa pour attaquer Massinissa et le contraindre à épuiser ses faibles moyens. Massinissa accepta le combat, son armée fut mise en déroute et Syphax s’appropria alors une partie du royaume Massyles.

Massinissa, réfugié dans les montagnes, avec une poignée de fidèles, connut une vie de proscrit. Il ne continua pas moins à harceler ses ennemis par des raids organisés contre les campagnes carthaginoises et les hommes de Syphax ne réussirent pas à venir à bout de lui. L’insécurité qu’il fit peser sur les colons et sa popularité grandissante en Numidie inquiétèrent une fois de plus les suffètes carthaginois. Des expéditions contre Massinissa furent envoyées, on le crut mort. Mais une fois ses plaies cicatrisées Massinissa revenait à la charge et marchait une fois de plus contre Syphax. Peu à peu, ses compatriotes le reconnurent, lui adressèrent leur allégeance et lui offrirent les moyens dont il manquait.

Récupération

Son royaume récupéré, Massinissa s’attaqua alors aux territoires voisins. Les colons carthaginois, pour se défendre se lièrent avec les Massaesyles et rassemblèrent une grande armée contre les Massyles. Syphax était à la tête d’un vaste royaume et sa guerre contre Massinissa ne lui procura que plus de prestige encore. Satisfait de sa victoire qui ne sera guère éternelle, Syphax accorde en dot au mariage de la belle Sophonisbe, les territoires qu’il avait usurpé à Gaïa. Tout cela se déroula en 205 av. J.C., moins d’un an après le retour d’Espagne de Massinissa.

Intervention romaine en Afrique

Scipion, décidé à en finir, avec Carthage, débarqua en Afrique. Le rusé Romain essaya une nouvelle fois d’attirer Syphax qui rejeta de nouveau l’alliance proposée. Il se tourna alors vers Massinissa, Les premiers combats tournèrent en faveur des deux alliés. Ces derniers, encouragés par leurs succès, s’attaquèrent à Uttique, place forte carthaginoise, mais l’intervention de Syphax, les obligea à se retirer. Ils prirent leurs quartiers d’hiver et Scipion, en cachette de Massinissa, entra de nouveau en contact avec Syphax. Faute de pouvoir le détacher des Carthaginois, il lui demanda de proposer une solution pour mettre fin au conflit entre Rome et Carthage. Syphax proposa que les Carthaginois évacuent l’Italie, où ils sont en campagne, en échange les Romains quitteraient l’Afrique. Si le général Asdrubal, qui commandait les Carthaginois accepta l’offre, Scipion, qui voulait en fait la reddition pure et simple de la Cité punique, la rejeta.

Massinissa et Scipion reprirent leurs attaques, obligeant cette fois-ci les troupes puniques à se replier sur Carthage. Syphax, lui, ne voulant pas perdre plus d’hommes, se retira dans son royaume. Les Carthaginois, comprenant que les Romains ne leur laisseraient pas de répit, décidèrent, après avoir adopté une attitude défensive, de passer à l’offensive. Ils levèrent une forte armée qui, rejointe par Syphax, donna l’assaut. Ce fut la bataille des Grandes Plaines (avril 203 avant J.C)) qui s’acheva par la victoire des forces coalisées de Massinissa et de Scipion. Il y eut un répit au cours duquel chaque camp reconstitua ses troupes, puis la guerre reprit. Un combat s’engagea entre Massinissa et Syphax, et ce dernier, entouré par de nombreux soldats, était sur le point de l’emporter, quand l’armée romaine intervint. Jeté à terre, Syphax fut arrêté. On l’enchaîna et on le conduisit sous les murs de Cirta qui, voyant son roi en piteux état, décida de se rendre. Massinissa, après plusieurs années d’errance, put ainsi reprendre le royaume de ses pères. Carthage, vaincue, fut obligée de signer une paix qui la priva d’une grande partie de ses territoires et de sa flotte. Le retour de Hannibal, qui avait mis fin à la campagne d’Italie, souleva les espoirs de la Cité. Un incident rompit bientôt la paix et la guerre reprit.

Guerre contre Hannibal

Hannibal s’allia à Vermina, le fils et successeur de Syphax et, ensemble, ils envahirent le royaume des Massyles. Massinissa et Scipion les rejoignirent à Zama (l’actuelle Souk-Ahras, en Algérie) et une grande bataille s’engagea (202 avant J.C). Le choc fut rude et il y eut des pertes des deux côtés, puis la bataille tourna à l’avantage de Massinissa et de Scipion. L’historien latin Tite-Live fait un récit très imagé de cette bataille :

« Un combat singulier s’engage entre Massinissa et Hannibal. Hannibal pare un javelot avec son bouclier et abat le cheval de son adversaire. Massinissa se relève et, à pied, s’élance vers Hannibal, à travers une grêle de traits, qu’il reçoit sur son bouclier en peau d’éléphant. Il arrache un des javelots et vise Hannibal qu’il manque encore. Pendant qu’il en arrache un autre, il est blessé au bras et se retire un peu à l’écart... Sa blessure bandée, il revient dans la mêlée, sur un autre cheval. La lutte reprend avec un nouvel acharnement, car les soldats sont excités par la présence de leurs chefs. Hannibal voit ses soldats fléchir peu à peu, certains s’éloignent du champ de bataille pour panser leurs blessures, d’autres se retirent définitivement. Il se porte partout, encourage ses hommes, abat par-ci, par-là ses adversaires, mais ses efforts demeurent vains. Désespéré, il ne pense qu’à sauver les restes de son armée. Il s’élance en avant, entouré de quelques cavaliers, se fraie un chemin et quitte le champ de bataille. Massinissa qui l’aperçoit se lance avec son groupe derrière lui. Il le presse, malgré la douleur que lui cause sa blessure, car il brûle de le ramener prisonnier. Hannibal s’échappe à la faveur de la nuit dont les ténèbres commencent à couvrir la nature. »

Carthage fut de nouveau contrainte à négocier. Mais le précédent traité fut révisé et la cité punique dut restituer à Massinissa tous les territoires qui avaient été arrachés à ses ancêtres. Hannibal se révolta et essaya de s’opposer au traité mais menacé d’être livré aux Romains il s’enfuit en Syrie où il se suicidera en 183 avant J.C.

Le personnage et l’œuvre

Appien dit de lui :

« qu’il était beau dans sa jeunesse et de taille élevée. Il garda, jusqu’à l’ âge le plus avancé, une étonnante vigueur. Il pouvait rester une journée entière debout ou à cheval ; octogénaire, il sautait sur sa monture sans aucune aide et, comme les autres Numides, il dédaignait l’usage de la selle. Il bravait tête nue le froid et la pluie. À 88 ans, il commanda son armée dans une grande bataille contre les Carthaginois ; le lendemain, Scipion Emilien le trouva sur pied devant sa tente, tenant un morceau de galette sec qui constituait tout son repas. »

Massinissa eut plusieurs épouses et un nombre considérable d’enfants dont quarante trois mâles, parmi ses nombreuses filles, plusieurs furent mariées à des nobles carthaginois. La plupart des enfants de Massinissa disparurent avant lui mais il en resta, à sa mort, une dizaine (Mikusan dit Micipsa, Gulusan, Mastanabal, Masucan...). Massinissa adorait les enfants et il garda durant plusieurs années auprès de lui certains de ses petits-enfants. À des marchands grecs, venu acheter des singes en Numidie, pour distraire des riches oisifs, il aurait dit : « Les femmes de votre pays, ne vous donnent-elles donc pas d’enfants ? »

Massinissa qui était un rude guerrier, encouragera la littérature et les arts, envoya ses enfants étudier en Grèce et reçut à sa cour de nombreux écrivains et artistes étrangers. Homme courageux et roi généreux (pardon accordé à Lacumazes et Meztul, protection accordée à Sophonisbe).

Après la bataille de Zama, Massinissa vécut encore de nombreuses années. Il garda sa vie durant l’amitié de Rome sans jamais être son vassal et, contre ses appétits impérialistes, déclara, dans une formule restée célèbre : "l’Afrique appartient aux Africains". Il récupéra non seulement les territoires que lui accordait le traité passé avec Carthage mais aussi de nombreuses villes et régions sous l’autorité des Carthaginois ou de Vermina, le fils de Syphax. De 174 à 172, il occupa soixante dix villes et forts !

Mais Massinissa savait aussi se comporter en souverain raffiné, portant de riches vêtements et une couronne sur la tête, donnant, dans son palais de Cirta, des banquets où les tables étaient chargées de vaisselle d’or et d’argent et où se produisaient les musiciens venus de Grèce.

Massinissa avait combattu les Carthaginois mais il ne dédaigna guère la civilisation carthaginoise, dont il sut tirer avantage. La langue punique fut d’usage courant dans sa capitale où on parlait également, en plus du berbère, les langues grecque et latine.

L’œuvre sociale et politique de Massinissa fut aussi grande que son œuvre militaire. Il sédentarisa les amazighs, édifia un État Numide puissant et le dota d’institutions, inspirées de celles de Rome et de Carthage. Il fit frapper une monnaie nationale et entretint une armée régulière et une flotte qu’il mit parfois au service de ses alliés romains. Ce fut un grand aguellid, qui pétrit son peuple de ses mains puissantes et s’efforça de faire de la Berbérie un État unifié et indépendant. Jamais ce pays ne fut plus près de réaliser l’ébauche d’une nation libre de développer sa civilisation autonome. La tentative de Massinissa mit en relief ses qualités exceptionnelles de souverain.

Tombeau de Massinissa à El-Khroub (dit : Soumâa El-Khroub) près de Constantine
Tombeau de Massinissa à El-Khroub (dit : Soumâa El-Khroub) près de Constantine

Massinissa, fut célèbre dans tous les pays de la Méditerranée et l’île de Délos, en Grèce, lui éleva trois statues. Vers la fin de sa vie, il voulut s’emparer de Carthage pour en faire sa capitale. Les Romains qui redoutaient qu’il n’acquiert une puissance encore plus grande que celle des Carthaginois et qu’il ne se retourne contre eux, s’opposèrent à ce projet. Caton, attirant l’attention sur le danger que représentait Massinissa, lança sa célèbre formule : « Delenda est Carthago ! » (« Il faut détruire Carthage ! »).

Ce fut de nouveau la guerre en Afrique et, après d’âpres combats, Carthage fut livrée aux flammes, puis au pillage. Les survivants furent réduits en esclavage et la ville fut entièrement rasée (146 avant J.C). Massinissa, mort quelques temps plus tôt, n’avait pas assisté à la chute de la ville convoitée. Ses sujets, qui l’aimaient, lui dressèrent un mausolée, non loin de Cirta, sa capitale, et un temple à Thougga, l’actuelle Dougga, en Tunisie.


sources wikipedia

Messages et commentaires

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.