Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Marins de la Garde

, par

Le 30 fructidor an XI (17 septembre 1803) fut créé un bataillon de matelots appelé à faire partie de la garde des Consuls ; il se composa de cinq équipages et d’un état-major. Les hommes furent pour la plupartLe 30 fructidor an XI
(17 septembre 1803) fut créé un bataillon de matelots appelé à faire partie de la garde des Consuls ; il se composa de cinq équipages et d’un état-major. Les hommes furent pour la plupart recrutés dans le Midi et en Corse. Leur armement était de trois types, répartis par tiers de bataillon ; il consistait en sabres, haches et piques. Chaque matelot portait en plus une paire de pistolets à la ceinture.
Il est probable que le fusil ne leur fut accordé qu’après que le bataillon eut été incorporé dans la Garde impériale, le 29 juillet 1804. Destinés tout d’abord à armer les bâtiments qui transporteraient l’Empereur et son état-major en Angleterre, les marins quittèrent les camps des côtes de l’Océan avec la Grande Armée.
Ils participèrent à la campagne d’Autriche en 1805, acheminant par voie fluviale des vivres,
des munitions et des pièces d’artillerie dont le transport par voie terrestre s’avérait difficile. Ils avaient assisté à la capitulation d’Ulm le 20 octobre, et plus tard à la bataille d’Austerlitz,
sans toutefois y prendre une part active. Ils rentrèrent à Paris
en 1806.
Le 16 septembre 1810, un décret porta le corps des marins de la Garde à 1 136 hommes. Une nouvelle organisation les répartit en 6 compagnies, auxquelles deux autres s’ajoutèrent ensuite (1811). Ils furent licenciés à Fontainebleau en avril 1814, mais un détachement de 35 matelots accompagna l’Empereur en exil. Aux Cent Jours, Napoléon rétablit les marins de sa Garde. Il n’y eut cependant qu’un seul équipage de 150 hommes.
Après avoir pris une part active et très brillante à la défense de Paris, les marins furent ramenés au-delà de la Loire et licenciés
définitivement. Quoique peu nombreux, ils avaient écrit, eux aussi, quelques belles pages de plus à la gloire des soldats de l’Empereur.


source : lilane et fred funcken "costume et armes des soldats du premier empire" Casterman 1990

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.