Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Le Canon

, par


Bien que les armes savantes soient efficaces. il n’y en avait jamais assez. Mais, contre le bâtiment relativement fragile qu’est un sous-marin, une arme simple peut avoir autant d’efficacité qu’une arme compliquée. C’est ce que pensait la Royal Air Force qui avait demandé, dès 1938, un canon de 40 mm automatique pour avion. La RAF pensait l’utiliser à la fois contre les sous-marins et contre les avions. Deux canons furent fabriqués, le modèle « S » par Vickers-Armstrong et le modèle « B H » par Rolls-Royce. Le canon « S » fut destiné à la RAF et largement utilisé pendant les campagnes du Moyen Orient, et la Royal Navy fut dotée du canon « BH » dont elle arma principalement les petits bâtiments de défense côtière, mais aussi certains de ses avions.

Un gros canon pour les « Mosquitos »

Le canon de 40 mm s’étant avéré moins efficace qu’on ne l’espérait, on proposa, en 1943, de monter à bord d’avions le canon antichar de l’armée de 57 mm, tirant un obus de 6 livres. La société Molins avait mis au point un système très efficace de chargement automatique, pour qu’il puisse être utilisé par les chars de combat, et par la marine à la place du « BH ». L’arme et son chargeur automatique furent installés dans la soute à bombes d’un avion Mosquito ; les premiers essais ayant été satisfaisants. 12 de ces appareils furent équipés du « canon type M de 6 livres », son appellation désormais officielle.
Mais à l’époque où le canon type « M » était installé à bord de ces 12 avions, l’intérêt des états-majors se portait sur les roquettes, considérées comme une arme plus simple ; ce furent donc les seuls avions munis de ce canon. L’escadrille 248 de la RAF, stationnée à Predannack en Cornouailles, reçut, en octobre 1943, ces appareils qui remportèrent leur premier succès le 7 novembre. Un Mosquito piloté par le lieutenant Bonnet de la RAF canadienne attaqua près de Lorient le U-123 avec son canon de 6 livres. Le sous-marin put rallier sa base après l’attaque ; mais l’on sut, après la guerre, que son épaisse coque avait été percée en sept endroits, qu’un officier marinier avait été tué et deux hommes blessés.

On aurait pu penser que, après avoir utilisé les canons antichar de l’armée, de 2 livres et de 6 livres, la RAF s’intéresserait au nouveau canon antichar de 17 livres. Mais on ne trouve aucune trace d’un tel intérêt. Par contre, la RAF passa, d’un seul coup, au plus gros calibre jamais utilisé par l’armée pour un canon antichar classique, soit 94 mm. Ce canon, qui n’entra jamais en service, était, en fait, la pièce antiaérienne de même calibre montée sur un affût à deux roues d’un canon de campagne. Il tirait un projectile de 32 livres pouvant traverser un blindage à une vitesse de 900 m/s. S’il était arrivé à temps, il aurait sans nul doute été l’un des canons antichar les plus puissants de la guerre. Mais c’était trop tard et sa fabrication fut abandonnée. Pourtant au début de sa carrière, alors qu’il avait à peine dépassé le stade de la maquette, la Direction des Etudes d’Armement de la RAF avait commencé à se lancer dans des calculs. Elle prévoyait qu’avec une nouvelle version du chargeur automatique Molins, il pourrait être utilisé comme arme air-air aussi bien qu’air-surface ; mais le premier problème était d’éviter que son tir ne démolisse l’avion.

La solution consista à diminuer le choc du recul en munissant le canon d’un frein de bouche très élaboré, conçu par un certain Galliot. Galliot s’était évadé de France en 1940 ; il travaillait en Angleterre comme ingénieur d’armement et ses théories sur le frein de bouche étaient très en avance sur son temps. Malheureusement ses projets, bien que très valables et donnant d’excellents résultats sur des prototypes, étaient presque impossibles à réaliser en série ; plus d’un fabricant déclara forfait. On arriva cependant à réaliser et à fabriquer l’un de ces freins de bouche Galliot pour le canon de 32 livres. Mais la guerre prit fin avant que celui-ci ait été installé sur un avion. Afin de mettre la théorie en pratique, et de recueillir des informations utiles pour l’avenir, on décida tout de même d’installer le canon et de l’essayer... et il fonctionna ! Le frein de bouche de Galliot ,donnait tous les résultats qu’on en attendait ; un avion Mosquito prit l’air avec les 1 800 kg du canon et du chargeur et effectua un tir. La preuve ayant été faite, il fut ensuite mis à la ferraille !

Frein de bouche Galliot

Invention qui rendit possible l’installation sur un avion du canon à obus de 32 livres. Le frein de bouche Galliot était un dispositif compliqué et difficile à fabriquer en série. On le voit ici monté sur un canon à obus de 6 livres : les rainures en spirale permettent la déflexion des gaz de l’explosion, qui exercent alors une poussée sur l’avant, laquelle s’oppose au recul de la pièce.


sources Collections les documents Hachette n°7 1977

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.