Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Asdic et Sonar

, par


Le premier problème posé par le U-boot était son repérage ; le second était sa destruction. En 1917, la Commission Alliée de Recherche pour la Détection des sous-marins avait travaillé sérieusement, et depuis longtemps, à résoudre le premier point, et vers la fin de la guerre elle créa un appareil capable de détecter un bâtiment immergé au moyen d’ondes sonores. Bien qu’elle ne fût pas très sûre, cette arme était connue sous le nom d’ASDIC, d’après les initiales de la Commission. Le principe du dispositif était d’émettre une impulsion sonore — un « cognement » qui se propageait dans l’eau et rebondissait sur le sous-marin ; son retour était détecté par le navire émetteur. Le temps mis par l’onde sonore, entre son émission et sa réception, permettait de connaître la distance du sous-marin, grâce au calcul de la vitesse de propagation du son dans l’eau.
Au cours des années, on s’aperçut que la vitesse du son dans l’eau était fantaisiste, qu’elle dépendait de la température, de la salinité, de la densité, etc. Néanmoins l’ASDIC était utile et dès 1930 on en équipa presque tous les bâtiments de la Royal Navy. Grâce à un entraînement intensif, les marins devinrent capables de détecter un bon nombre de sous-marins.
Les Américains avaient travaillé dans le même but ; leur appareil s’appelait le SONAR (Sound Navigation and Ranging*) ; en 1939, avec l’ASDIC, c’étaient les seuls dispositifs existants pour la détection d’objectifs immergés. Malheureusement, l’expérience montra bientôt que ni l’un ni l’autre ne fonctionnaient aussi bien qu’on l’espérait. Les savants s’acharnèrent et arrivèrent à améliorer leurs qualités et leurs performances. Malgré cela un commandant expérimenté de sous-marin, connaissant bien les difficultés d’un opérateur d’ASDIC, pouvait rendre difficile la tâche de ce dernier, en mettant à profit les différences de densité des couches d’eau, et les autres phénomènes naturels qui entraînent la distorsion ou l’absorption des ondes sonores.

Asdic

L’Asdic est constitué par un emetteur-récepteur qui envoie des impulsions sonores et reçoit un écho si ces ondes heurtent un obstacle. Le temps compris entre la transmissions et le retour donne une indication sur l’importance de l’objectif.


sources Collections les documents Hachette n°7 1977

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.