HistoireduMonde
.net
Accueil > XIXe Siècle > Jules Verne

Jules Verne

Jules Verne, né le 8 février 1828 à Nantes, mort le 24 mars 1905 à Amiens, est un écrivain français, dont une grande partie de l’œuvre est consacrée à des romans d’aventures et de science-fiction (appelés du temps de Jules Verne roman d’anticipation). L’année 2005 a été déclarée « année Jules Verne », à l’occasion du centenaire de la mort de l’auteur.

Les jeunes années

Jules Verne est né à Nantes, dans le quartier de l’île Feydeau, le 8 février 1828. Il est le fils de Pierre Verne (originaire de Provins), exerçant la profession d’avoué, et de Sophie Allote de la Fuÿe, d’une famille bourgeoise nantaise de navigateurs et d’armateurs. Jules Verne est l’aîné d’une famille de cinq enfants, comprenant son frère Paul (1829-1897) et trois sœurs : Anna, née en 1836, Mathilde, née en 1839, et Marie, née en 1842. Il fait des séjours à Brains.

La légende affirme qu’en 1839, à l’âge de 11 ans, le petit Jules se serait embarqué sur un long courrier à destination des Indes, en qualité de mousse. Son père l’aurait alors récupéré in-extremis à Paimbœuf. On dit que Jules Verne aurait avoué qu’il était parti pour rapporter un collier de corail à sa cousine, Caroline Tronson, dont il était amoureux. Rudement tancé par son père, il aurait promis de ne plus voyager qu’en rêve.
Mais ce n’est qu’une légende enjolivée par l’imagination familiale. Dans ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse, on apprend qu’il ne s’est qu’échappé, est monté à bord d’un voilier, qu’il l’a exploré, tourné le gouvernail, etc., ce en l’absence d’un gardien. Ce qui lui vaudra la réprobation du capitaine.

Les débuts littéraires

Il fait ses études de rhétorique et de philosophie au lycée de Nantes, puis des études de droit après le baccalauréat. Il commence à écrire, des poèmes, une tragédie en vers. Il va terminer son droit à Paris en novembre 1848, bien plus intéressé par le théâtre. Il y fait la connaissance d’Alexandre Dumas, qui accepte de monter sa pièce Les Pailles rompues, en 1850, dans son Théâtre-historique, où elle y est jouée douze fois. Malgré le succès tout relatif de l’œuvre, Jules Verne, qui vient de terminer son droit, refuse de succéder à son père à sa charge d’avoué. Il fréquente la Bibliothèque nationale, se passionnant pour la science et ses découvertes les plus récentes et se lie avec un ancien explorateur, Jacques Arago, devenu aveugle.

Il publie ses premières nouvelles dans la revue Le Musée des familles : Les Premiers navires de la marine mexicaine et Un Drame dans les airs en 1851. En 1852, Jules Verne est engagé comme secrétaire au Théâtre-lyrique. Il publie Martin Paz, Maître Zacharius, Un Hivernage dans les glaces, ainsi que la pièce Les Châteaux en Californie et continue son œuvre théâtrale, avec, notamment, Colin-Maillard, une opérette écrite avec son ami Michel Carré sur une musique d’Aristide Hignard. Représentée en 1853, l’œuvre a un succès relatif (quarante représentations).

En 1856, il fait la connaissance de sa future épouse, Honorine Morel, une amiénoise de vingt-six ans, veuve du Fraysne de Viane, et déjà mère de deux enfants. L’unique enfant de Jules Verne, Michel, naît le 3 août 1861.

Les voyages extraordinaires

En 1862, Jules Verne soumet à l’éditeur Pierre-Jules Hetzel (1814-1886) son roman Cinq semaines en ballon qui paraît en 1863, connaissant un immense succès, au-delà des frontières françaises. Il signe alors avec Pierre-Jules Hetzel un contrat qui le lie pour 20 ans avec l’éditeur, dans lequel il s’engage à fournir des romans notamment pour la revue le Magasin d’éducation et de récréation destinée à la jeunesse. C’est dans ce journal que paraîtront les Aventures du capitaine Hatteras avant d’être publiées en roman. En fait, Verne travaille pendant quarante ans à ses Voyages extraordinaires qui compteront cinquante-quatre volumes. En 1863, toujours, Jules Verne écrit Paris au XXe siècle, qui ne paraîtra qu’en 1994.

En 1864, Jules Verne consacre un ouvrage à Edgar Poe (Edgar Poe et ses œuvres), il publie les romans Les Aventures du capitaine Hatteras et Voyage au centre de la Terre, quitte son emploi d’agent de change, et déménage à Auteuil. Le 16 mars 1867, en compagnie de son frère Paul, il embarque sur le Great Eastern à Liverpool pour les États-Unis, il tirera de sa traversée le roman Une ville flottante (1870). Jules Verne achète son bateau le Saint-Michel en 1868, chaloupe de pêche aménagée pour la plaisance, il en fera son cabinet de travail.

Mobilisé comme garde-côte au Crotoy pendant la guerre de 1870, Jules Verne continue toutefois d’écrire. Il s’installe à Amiens, ville natale de son épouse, en 1872, publie Le Tour du monde en quatre-vingts jours, fait l’acquisition du Saint-Michel II, en 1874. Il donne un fastueux bal costumé à Amiens en 1877, avec la participation de son ami Nadar, qui servit de modèle au Michel Ardan, héros de ses romans De la Terre à la Lune et Autour de la lune. De juin à août 1878, Jules Verne navigue de Lisbonne à Alger sur le Saint-Michel III, puis en Écosse, Norvège et Irlande en 1880. Il fait un grand tour de la Méditerranée en compagnie de son épouse en 1884.

Les dernières années

En 1886, le neveu de Jules Verne, Gaston, venu semble-t-il lui demander de l’argent, tire deux balles de revolver sur l’écrivain, qui le blessent aux jambes et lui causeront une boiterie définitive. En 1888, Jules Verne est élu au conseil municipal d’Amiens sur une liste républicaine (gauche modérée), il y siègera quinze ans. Il est atteint de cataracte en 1900.

Au début de 1903, Jules Verne présida le groupe espérantiste d’Amiens. Ardent défenseur de cette toute jeune langue internationale, il promet à ses amis d’écrire un roman où il décrirait les mérites de l’espéranto. Mort prématurément, son livre ne sera pas achevé. Le brouillon sera repris par son fils Michel, mais l’œuvre finale (L’Étonnante Aventure de la mission Barsac) ne fera pas allusion à l’espéranto...

Pourtant, des manuscrits retrouvés plus tard, nous font découvrir le véritable titre de ce roman (Voyage d’étude) et que l’espéranto devait y tenir une place centrale. Il y faisait dire à l’un de ses héros, "L’espion" : « L’espéranto, c’est le plus sûr, le plus rapide véhicule de la civilisation. » Il avait dit aussi, dans son entourage : « La clé d’une langue commune perdue dans la tour de Babel ne peut être refaite que par l’utilisation de l’espéranto ».

Malade de diabète, Jules Verne s’éteindra le 24 mars 1905 à Amiens dans sa maison du 44, boulevard Longueville (aujourd’hui boulevard Jules-Verne). Il est inhumé au cimetière de La Madeleine à Amiens.
Plusieurs livres de Jules Verne paraîtront après sa mort, publiés par son fils Michel Verne, qui prendra la responsabilité de remanier certains manuscrits.

Héritage

Jules Verne laisse derrière lui une œuvre riche d’une extraordinaire créativité. C’est l’un des premiers auteurs à mêler avec autant de succès science-fiction, aventure et fantastique. Son intérêt pour la science et le fait qu’il aborde dans ses romans des thèmes qui se concrétiseront dans le courant du XXe siècle (voyage sur la lune, sous-marin, etc.) lui confèrent le statut de visionnaire. Ses romans seront fréquemment adaptés au cinéma, leur récit à grand spectacle se prêtant parfaitement aux productions hollywoodiennes. Ses personnages sont des icônes de l’imaginaire populaire (tels Phileas Fogg, le capitaine Nemo ou Michel Strogoff).

Œuvre

Romans

* 1855 : Un hivernage dans les glaces
* 1859 : Voyage à reculons en Angleterre et en Écosse
* 1862 : Le Comte de Chanteleine
* 1863 : Cinq semaines en ballon
* 1863 : Paris au XXe siècle (publié seulement en 1994)
* 1864-67 : Les Aventures du capitaine Hatteras
* 1864 : Voyage au centre de la Terre
* 1865 : De la Terre à la Lune
* 1865 : Les forceurs de blocus [1]
* 1866-68 : Les Enfants du capitaine Grant
* 1869 : Vingt mille lieues sous les mers
* 1869 : Autour de la Lune
* 1870 : L’Oncle Robinson (publié seulement en 1993)
* 1870-74 : Le Chancellor
* 1870 : Aventures de trois Russes et de trois Anglais dans l’Afrique australe
* 1871 : Une ville flottante
* 1871-72 : Le Pays des fourrures
* 1873 : Le Tour du monde en quatre-vingts jours
* 1873-75 : L’Île mystérieuse
* 1876 : Michel Strogoff
* 1874-76 : Hector Servadac
* 1876-77 : Les Indes noires
* 1877-78 : Un capitaine de quinze ans
* 1878 : Les Tribulations d’un chinois en Chine
* 1879 : Les Cinq Cents Millions de la Bégum
* 1879 : La Maison à vapeur
* 1880 : La Jangada
* 1881 : L’École des Robinsons
* 1881 : Le Rayon vert
* 1882 : Kéraban-le-Têtu
* 1883 : Archipel en feu
* 1883 : L’Étoile du sud
* 1883-84 : Mathias Sandorf
* 1884 : L’Épave du « Cynthia » (écrit en collaboration avec André Laurie)
* 1885 : Robur le conquérant
* 1885 : Un billet de loterie
* 1885-86 : Nord contre Sud
* 1885 : Le Chemin de France
* 1886-87 : Deux ans de vacances
* 1887-88 : Famille-sans-nom
* 1888 : Sans dessus dessous
* 1889 : Le Château des Carpates
* 1889 : César Cascabel
* 1890 : Mistress Branican
* 1891 : Claudius Bombarnac
* 1891 : P’tit-Bonhomme
* 1891 : La Journée d’un journaliste américain en 2889
* 1892 : Mirifiques aventures de maître Antifer
* 1893 : L’Île à hélice
* 1893 : Un drame en Livonie (revu en 1903 et publié en 1904)
* 1894 : Le Superbe Orénoque
* 1894 : Face au drapeau
* 1895 : Clovis Dardentor
* 1895 : Le Sphinx des glaces
* 1896 : Le Village aérien (publié en 1901 sous le titre La Grande Forêt)
* 1896 : Seconde patrie
* 1897 : Le Testament d’un excentrique
* 1897-98 : En Magellanie, le fils de Jules Verne a modifié le manuscrit de son père et l’a édité sous le nom de Les Naufragés du « Jonathan »
* 1898 : Le Secret de Wilhelm Storitz (revu en 1901 et publié seulement en 1985)
* 1898 : La Chasse au meteore
* 1898 : Les Frères Kip
* 1899 : Les Histoires de Jean-Marie Cabidoulin
* 1899 : Bourses de voyage
* 1899-1900 : Le Volcan d’or (publié seulement en 1989)
* 1901 : Le Beau Danube jaune
* 1901 : Le Phare du bout du monde
* 1901 : La Chasse au météore
* 1901 : Le Pilote du Danube
* 1902 : L’Invasion de la mer
* 1902-03 : Maître du Monde

Recueils de nouvelles

* 1874 : Le Docteur Ox
* 1910 : Hier et demain
* 1910 : L’éternel Adam

Conte fantastique

* 1854 : Maître Zacharius ou l’horloger qui avait perdu son âme

Citation

« Quand je les ai décrites comme des réalités, ces choses étaient déjà à moitié découvertes. J’ai simplement tiré une fiction qui est devenue ultérieurement un fait, et mon but, en le faisant, n’était pas de prophétiser, mais de répandre dans la jeunesse un savoir en matière de géographie sous une apparence aussi intéressante que je pouvais la composer !!! »

Cité par Patrick Poivre d’Arvor, dans Le monde selon Jules Verne.
PPDA ajoute (la première personne désigne Jules Verne)

« Mais je dois avouer que j’ai cru, en fidèle lecteur d’Auguste Comte et en bon tenant du positivisme, dans le progrès, dans la capacité de la science à répondre aux attentes, aux idéaux des hommes. J’ai voulu en rendre compte, très minutieusement, heure par heure, fuseau horaire après fuseau horaire, dans un décompte très détaillé du temps qui ajoute probablement à ma science supposée un élément supplémentaire de précision et qui en a impressionné, me dit-on, plus d’un ! »

sources wikipedia

Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L'espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

  • Reload Image


Retour en haut de page

Qui sommes nous ? - Du coté technique - Nous contacter
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Développement de sites internet de qualité / YLMedia - Infographie - Site web sur mesure
Passionnés de voyages, l'agence des beaux voyages - Sites internet médicaux - ovh