Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Autour d’une table

, par

Yamashita apprit la nouvelle à 14 heures ; il note dans son journal : « Je voulus me garantir contre toute tromperie et ordonnai que le commandant en chef britannique vînt en personne. » La délégation s’en retourna et, à 17 h 15, Percival arriva avec deux officiers d’état-major et un interprète, le major Wild.
Les deux chefs se trouvèrent bientôt face à face dans l’usine Ford de Bukit Timah et, après que l’interprète japonais, Hishikari, eut fait les présentations, ils se serrèrent la main et s’assirent de part et d’autre de la table. Puis (selon le récit japonais) se déroula la scène suivante :
—  Répondez-moi brièvement. Acceptez-vous une capitulation sans condition ? —
—  Avez-vous des prisonniers de guerre japonais ?
—  Aucun.
—  Avez-vous des civils japonais ?
—  Non. Ils ont tous été envoyés en Inde.
—  Très bien. Veuillez signer cet acte de capitulation. Percival en lut environ la moitié et demanda :
—  Acceptez-vous d’attendre jusqu’à demain matin ? Yamashita répondit d’un ton furieux :
—  Si vous ne signez pas maintenant, nous continuerons les combats. Tout ce que je veux savoir est ceci : Acceptez-vous une capitulation sans condition, oui ou non ?
Percival pâlit et commença à parler à voix
basse à l’interprète, mais Yamashita l’interrompit, eut un geste impatient et s’écria :
—  Oui ou non ?
Percival jeta un coup d’oeil à l’interprète, puis répondit :
—  Oui.
—  Très bien. Nous cesserons les hostilités à 10 heures, heure japonaise.
Percival demanda alors que les forces japonaises n’entrassent pas dans la ville avant k lendemain matin, car il lui fallait ce délai pour annoncer la capitulation à ses troupes et à la population civile. Après que Yamashita eut accepté, le dialogue suivant se déroula :
—  Vous engagez-vous à respecter la vie des civils, des soldats britanniques et australiens ? Oui, vous pouvez être tranquille à ce sujet. Je le garantis absolument.
La capitulation fut signée à 18 h 10, mettant fin à une des campagnes les plus désastreuses de l’histoire anglaise. Elle avait duré soixante-treize jours.
Les pertes britanniques, australiennes et indiennes en Malaisie et à Singapour s’élevèrent à 9 000 tués et blessés et à 130 000 prisonniers. Les Japonais perdaient 9 824 hommes dont 3 000 tués. Percival survécut à ses trois ans de prison aux mains des Japonais et mourut en 1966. Bien que Yamashita eût été rappelé de Singapour peu après la victoire, ses craintes au sujet de l’inimitié de Tojo ne se confirmèrent pas et, à la fin de la guerre, il commandait les forces japonaises aux Philippines. En février 1946, il comparut devant un tribunal de crimes de guerre et fut condamné à mort. Son exécution eut lieu le 23 février. Peu avant sa mort, il écrivit : « Je crois avoir accompli mon devoir au mieux de mes capacités pendant toute la guerre. Maintenant, au moment de mourir et devant Dieu, je n’ai à rougir de rien. Transmettez mes salutations aux officiers américains qui m’ont défendu. »
Aujourd’hui, les historiens militaires japonais prétendent que cette conquête trop facile de la Malaisie et de Singapour est à l’origine de la précipitation inconsidérée qu’ils ont montrée par la suite, à Imphal et à Kohima lors de l’offensive de Birmanie, en 1944. Les Japonais avaient trop hâtivement conclu que les Britanniques ne pourraient jamais se relever et s’opposer à eux sur les autres théâtres d’opérations. Ils devaient faire la cruelle expérience du contraire.


Sources : MajorsTokuji Morimoto et Matsuya Nagao ; Arthur Swinson Historia magazine 1968

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.