Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Santa Anna

, par

Antonio de Padua María Severino López de Santa Anna y Pérez de Lebrón, né le 21 février 1794 à Xalapa l’actuelle capitale de l’État de Veracruz et mort le 21 juin 1876 à Mexico, est un militaire et homme politique mexicain qui exerça onze fois la présidence du Mexique. Il était surnommé L’Aigle, le Napoléon de l’Ouest ou le Héros immortel de Cempoala par ses amis et partisans, ses ennemis eux le surnommèrent Quince Uñas (Quinze Ongles) en référence à la jambe qu’il perdit en 1838. Il est le fils d’Antonio López de Santa Anna et de Manuela Pérez de Lebrón.

Né le 21 février 1794 à Xalapa, Antonio López de Santa Anna entre en qualité de cadet au « Fijo de Veracruz », un régiment d’infanterie, le 6 juillet 1810. En 1811, lors de la campagne de Nuevo Santander (aujourd’hui Tamaulipas) sous le commandement de don José Joaquín de Arredondo y Mioño, il combat les « indiens » et est blessé au bras par une flèche chichimèque . Pour sa bravoure il sera nommé sous-lieutenant en 1812. La même année, il se bat contre l’expédition Gutiérrez/Magee. À la suite de la bataille de Medina il est à nouveau cité pour sa bravoure. Il retourne alors à Veracruz et fait la connaissance en 1815 de José Dávila, gouverneur de la province. Il est nommé par celui-ci commandant des formations militaires extra muros de Veracruz, où il combat avec succès les insurgés dans les environs du port. Santa Anna est nommé capitaine en 1817 par le vice-roi don Juan Ruiz de Apodaca avec pour mission de pacifier les environs du port de Veracruz mais des différends avec les autorités locales l’empêchent de mener à bien sa tâche.

En 1818, il établit des contacts avec don Guadalupe Victoria qui mène la guérilla indépendantiste et qui l’invite à rejoindre ses rangs. Santa Anna réplique en offrant des terres à ceux des insurgés qui déposeraient les armes et fonde quelques villages dans l’État de Veracruz. Il commence aussi à s’enrichir. Pendant ce temps, Iturbin et Vicente Guerrero proclament l’indépendance du pays par le plan d’Iguala qu’ils viennent de signer. Santa Anna abandonne alors l’armée royaliste le 26 avril 1821 et adhère à la cause de l’indépendance. Il met en déroute ses anciens compagnons d’armes à Alvarado, puis à Córdoba et Xalapa, mais échoue devant le port de Veracruz où il est repoussé par Davila, resté fidèle à l’Espagne et ses troupes subissent alors de lourdes pertes. En 1821, il s’illustre en chassant les Espagnols hors du port de Veracruz, mais il laisse la forteresse de San Juan de Ulúa qui commande l’entrée du port et bloque le commerce en leur pouvoir.

Il est déçu par Iturbin et l’Empire qui ne le récompensent pas suffisamment à son goût. Pourtant en 1822 Iturbin le nomme général-brigadier et le charge de poursuivre Guadalupe Victoria. Mais Santa Anna préfère simuler une maladie pour ne pas obéir à l’ordre impérial. La même année il échoue dans sa tentative de reprendre San Juan de Ulúa aux espagnols. Il se querelle alors avec Echavarri, gouverneur de Veracruz. Le 6 décembre 1822, il signe avec Guadalupe Victoria le plan de Veracruz dans lequel il est dit que la seule forme de gouvernement au Mexique doit être la République. Santa Anna fait partie des chefs militaires soutenant le plan de Casa Mata du 1er février 1823 visant à renverser l’empereur Iturbin et déclarer la République au Mexique. Il la proclamera lui-même le 2 décembre 1823 à Veracruz, à la tête de 400 hommes, dans l’enthousiasme populaire. L’Espagne fait un dernier effort pour reconquérir le Mexique : un corps expéditionnaire de 3 000 soldats espagnols commandés par le brigadier Isidro Barradas débarque à Tampico en 1829. Santa Anna marche contre eux avec une troupe moins nombreuse et obtient la victoire. Beaucoup de ses adversaires meurent de la fièvre jaune. Il est déclaré héros national, ce qu’il apprécie, et désormais se fait appeler « le héros de Tampico » et « le sauveur de la patrie ».

De 1810 à 1848, soit pendant 38 années de guerres presque ininterrompues, Santa-Anna participa à plus de batailles que George Washington et Napoléon Ier réunis.

Carrière politique

Il déclare alors se retirer de la vie publique « à moins que mon pays n’ait besoin de moi ». Il décide que son retour est indispensable quand Anastasio Bustamante mène un coup d’État, renversant et faisant fusiller le président Vicente Guerrero en février 1831.

Vie privée

Santa Anna fit de nombreuses conquêtes féminines. Il se maria au moins deux fois. Il aimait jouer et parier des sommes parfois importantes. Il vouait une passion pour les coqs de combat. Il se marie avec Inés de la Paz García et avec Dolores Tosta. Il adhère à une loge maçonnique de rite écossais ancien et accepté4

En 1836, lors de la campagne du Texas, il eut un enfant dont on ignore le sexe avec Melchora Barrera, on ne sait pas non plus avec précision s’il se marièrent ou non. Plus tard Santa Anna les envoya à Mexico et veilla sur leur bien-être. Il acheta deux belles propriétés dans son état natal, les haciendas de Manga de Clavo près du port de Veracruz où il passa une grande partie de sa vie. Il acheta le 27 mai 1842 l’hacienda dite de El Encero située près de Jalapa pour 45 000 pesos et qui devint sa résidence principale lorsqu’il se maria en 1844 en secondes noces (dans la chapelle qu’il y fit spécialement édifier) avec doña Dolores de Tosta (après le décès de sa première épouse Inés de la Paz García avec laquelle il avait eu cinq enfants). Les haciendas de Santa Anna se consacraient principalement à l’élevage de bovins destinés à alimenter ses troupes. Il y élevait également des coqs de combat auxquels il vouait une grande passion.

Il reçut en 1839 en son hacienda de Manga de Clavo la marquise Calderón de la Barca et plus tard l’épouse de l’ambassadeur américain Poinsett. Toutes deux publièrent des récits détaillés de leur séjour. Santa Anna y reçut presque tous les politiciens, militaires et notables de l’époque. Une cohue de quémandeurs de toute sorte venus de tout le pays l’attendait dès qu’il sortait de chez lui. Ses opposants l’avaient surnommé "quinze uñas" (quinze ongles) en référence au pied qu’il perdit à Veracruz. Il est considéré par certains comme le premier à avoir cherché à commercialiser le chicle obtenu du Manilkara zapota, arbre qui poussait sur ses terres, comme gomme à mâcher, ainsi que comme bandages pour les roues de calèches, mais sans succès.

Président du Mexique

Succédant au président Manuel Gomez Pedraza, Valentín Gómez Farías fut président intérimaire du 1er avril au 18 juin 1833. Les mesures qu’il prit contre les biens du clergé et les privilèges des militaires provoquèrent un soulèvement contre lui nommé plan de Religión y fueros proclamé à Morelia par le colonel don Ignacio Escala secondé à Chalco par le général Durán. Santa Anna, feignant de partir les combattre, fut fait « prisonnier » par eux et, après un simulacre d’évasion, se fit remettre la présidence par Gómez Farías le 18 juin 1833. Gómez Farías lutta pour réformer et donner des institutions modernes à la Nation, ce qui lui valut l’inimitié des militaires et des grands propriétaires terriens comme de l’Église catholique. En mai 1835, la révolte libérale de Zacatecas est écrasée, on compte entre 2 000 et 2 500 civils tués en 2 jours de massacres.

Indépendance du Texas

La partie texane de l’État mexicain de Coahuila y Tejas entre en rébellion en mars 1836 (voir Révolution texane). Santa Anna, sur ordre du gouvernement, marche à la tête de 6 000 recrues inexpérimentées vers le nord pour remettre la province rebelle sous contrôle, mais il est capturé par les forces séparatistes après la bataille de San Jacinto le 22 avril 1836. Menacé dans son intégrité physique, il ordonne le retrait des troupes du Texas. Ordre qui n’aurait pas dû être suivi, aucune armée ne devant obéir à un chef prisonnier. À Mexico, le gouvernement du président José Justo Corro le déchoit de son commandement. Après quelque temps de captivité et d’éloignement aux États-Unis, il est autorisé à retourner au Mexique. Il se retire alors dans l’État de Veracruz dans une de ses propriétés.

Intervention française

En 1838 Santa Anna (qui alors n’occupait pas la présidence) voit une chance de montrer qu’il est encore là quand la marine de Louis-Philippe débarque à Veracruz sous prétexte de faire indemniser des commerçants français victimes de troubles à Mexico. Intervention appelée guerre des Pâtisseries. On dit qu’il était dans son hamac en son hacienda et qu’entendant la canonnade, il bondit sur son cheval en direction du port – ancien président de la République, millionnaire, il risquait sa vie comme un simple soldat.

Avec peu d’hommes et quasiment sans aide du gouvernement (qui en secret espérait que les Français le débarrasseraient de lui), faisant preuve d’un grand courage physique, il se battit sans grand résultat contre l’envahisseur, et perdit une jambe qu’il fit plus tard enterrer avec de grands honneurs à Mexico. Santa Anna gardera le contrôle de son armée après le retrait des Français, ce qui lui permit de revenir au pouvoir.

Nouveau mandat

Cet exercice du pouvoir est encore dur et plus bureaucratique que précédemment. Il lève des taxes nécessaires au fonctionnement des administrations, de l’armée, de la formation d’un état présent, ce qui provoque la colère des riches qui ne voulaient rien payer et des classes populaires déjà très atteintes. Plusieurs États mexicains cessent purement et simplement toute relation avec le gouvernement central. Le Yucatán se déclare république indépendante. En décembre 1844, l’opposition est telle que Santa Anna décide qu’il est sage d’accepter l’offre (pour éviter une guerre civile) de renoncer à la présidence et de partir en exil avec une pension généreuse. Il s’en va donc à Cuba. Les finances étaient dans un état désastreux et les officiers se révoltaient souvent, lassés d’attendre leur solde. En 1844, une insurrection ramena Pedraza et les moderados au pouvoir avec, pour président, le général José Joaquín Herrera. La plèbe de Mexico en profita pour renverser la statue de Santa Anna et traîner dans les rues au bout d’une corde le morceau de jambe qu’il avait perdu à Veracruz. L’ex dictateur, qui était revenu d’exil, s’enfuit dans les montagnes de son Veracruz natal où il fut pris par des indigènes de la région de Xico, des cannibales qui allaient le manger lorsqu’il fut sauvé, in extremis, par des troupes gouvernementales. Il est sans doute le seul chef d’État qui ait failli subir ce sort.

Guerre américano-mexicaine

En 1846, dans le but de s’emparer de nouveaux territoires, les États-Unis déclarent la guerre au Mexique, connaissant sa faiblesse militaire et sa désorganisation interne. Santa Anna écrit au président Gómez Farías qu’il n’a plus d’aspiration à la présidence mais offre avec enthousiasme son expérience militaire pour repousser l’invasion étrangère. Le gouvernement est suffisamment désespéré pour accepter cette offre. Cependant, Santa Anna a négocié secrètement avec les représentants des États-Unis plaidant que s’il était autorisé à passer la frontière, il s’efforcerait de faire vendre les territoires convoités à un prix raisonnable, sachant que de toute façon il serait impossible au Mexique de les conserver. Une fois au commandement, il viole ses deux engagements : il fait un nouveau coup d’État et lutte fermement mais sans succès contre l’invasion des États-Unis. Après plusieurs batailles, le Mexique perd la moitié de sa surface au profit des États-Unis.

Dernier mandat

Santa Anna part en exil le 16 septembre 1847, via la Jamaïque, en Colombie, à Turbaco où il vit dans l’ancienne propriété de Simón Bolivar. En 1853, il revient à l’invitation de l’Église et des conservateurs avec lesquels il reprend le pouvoir. Son administration n’est pas meilleure que les précédentes. Il dépense énormément d’argent, mène grand train, vend une portion de territoire aux États-Unis, cf.Achat Gadsden (en cela il a peut-être évité une nouvelle guerre), et se déclare président à vie avec le titre d’Altesse sérénissime. Il fait aussi composer et jouer un hymne national dont la musique et certains couplets sont restés les mêmes jusqu’à nos jours.

Nouvel exil et fin de vie

Il continue la pratique des gouvernement précédents en versant de fortes sommes aux politiques et aux militaires pour s’assurer de leur loyauté. Mais en 1855, même ses alliés conservateurs se sont lassés de lui et il doit s’enfuir à Cuba puis à nouveau en Colombie. Des caciques puissants et respectés tels que Santiago Vidaurri (es) au Nuevo Léon et Manuel Doblado (es) dans le Guanajuato se joignent à ses opposants et leur fournissent des troupes. L’étendue de sa corruption est rendue publique, il est jugé par contumace pour trahison et ses biens au Mexique sont confisqués. Il vit alors en Colombie (où il agit en bienfaiteur de Turbaco) puis dans l’île de Saint-Thomas. Les lois publiées en 1856 par le gouvernement de Comonfort confisquèrent tous les biens de Santa Anna et ses haciendas furent vendues au profit de la Nation.

Pendant le règne de l’empereur Maximilien Ier imposé par les puissances européennes, Santa Anna n’est pas convié à reprendre du service dans les armées du président Juárez qui luttent contre une armée française commandée par le maréchal Bazaine et les corps expéditionnaires belge du colonel Alfred Van der Smissen, espagnol du général Juan Prim et anglais de l’amiral Dunlop. Ces troupes ne parviennent pas à venir à bout de la résistance mexicaine et finissent par quitter le Mexique, laissant l’empereur Maximilien seul face aux Mexicains qui le font fusiller. Après le retrait des troupes étrangères, une amnistie décrétée en 1872 par le président Lerdo de Tejada permet le retour de Santa Anna dans sa patrie. En 1876, à Mexico, il meurt pauvre et oublié, lui qui aimait se faire appeler le Napoléon de l’Ouest. Peu avant son décès, des cérémonies en souvenir de la bataille de Churubusco furent organisées par le gouvernement. Santa Anna qui avait été commandant en chef à l’époque ne fut pas même invité à y assister. Ses restes reposent aux côtés de ceux de Dolorés de Tosta au Panteón del Tepeyac (Del. Gustavo A. Madero). Santa Anna fut le bouc émissaire idéal pour les gouvernements mexicains qui se succédèrent jusqu’à nos jours. Tout ce qui arriva de négatif au Mexique durant la période 1830-1855 fut pour ainsi dire de sa faute et les étasuniens en firent une caricature du style matamore tropical grandiloquent, traître et corrompu, visant à travers lui nombre de politiciens latino-américains. Mais une étude attentive de l’histoire redonne à Santa Anna quelque lustre et permet de mieux comprendre la complexité de sa personnalité.


source wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.