Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Randy Cunningham

, par

RANDY CUNNINGHAM

Viêt-nam 1972

3 victoires en une mission

10 mai 1972. Après une période de trois ans de répit, les Américains ont repris leurs opérations aériennes sur le Nord Viêt-nam. Depuis quelques jours, les Nord-Vietnamiens ont lancé une vaste offensive en direction du sud. Le porte-avions Constellation qui faisait route vers les Etats-Unis est rappelé. Ses avions sont employés au-dessus de la région d’An-Loc.

Ce jour-là, le lieutenant Randy Cunningham et son opérateur radar le lieutenant Willie Driscoll, à bord de leur F-4J NG 100 », servent d’escorte à une formation qui doit bombarder le noeud ferroviaire d’Haiphong.

Pendant que les A-6 et A-7 déversent leurs cargaisons de mort, Cunningham et son ailier habituel, le lieutenant Grant, tournent au-dessus de l’objectif, tentant d’éviter de leur mieux les SAM nord-vietnamiens. A la suite d’une nouvelle manoeuvre évasive, Cunningham se retrouve avec deux MiG. 17 dans son sillage
Un dégagement brutal et le premier MiG. ne peut ajuster son tir. Son ailier, lancé à pleine puissance, ne peut éviter de dépasser le F-4. Déjà le doigt de Cunningham a pressé la détente. Un missile Sidewinder quitte son sabot, s’accroche à la trace chaude du MiG. et, à moins de huit cents mètres plus loin, explose en détruisant le MiG.

Comme ils disposent d’une importante réserve de carburant, les deux Phantom décident de poursuivre leur mission, car le ciel semble empli d’avions nord-vietnamiens. Quelques instants plus tard, ils aperçoivent trois autres F-4 aux prises avec huit MiG. 17 et un MiG. 21.
Cunningham pique au secours d’un Phantom aux prises avec deux avions ennemis, L’un d’entre eux se trouve très près, dans la queue du F-4. Cunningham avertit le pilote de dégager sur sa droite. Lorsque celui-ci exécute la manoeuvre, Cunningham lance un nouveau Sidewinder. Le MiG explose quelques secondes plus tard. Le pilote a réussi à s’éjecter. Cunningham décide alors de rentrer au bercail.
Sur le chemin du retour, Cunningham aperçoit un MiG. 17 isolé ; l’ennemi l’a repéré et s’approche. L’Américain décide de faire une passe frontale. Mal lui en prend. Il se place exactement dans la ligne de tir des canons du Nord-vietnamien. Le Phantom dégage en chandelle. Le MiG. exécute la même manoeuvre. Un combat tournoyant s’engage alors.

Visiblement, Cunningham a affaire à un pilote qui connaît son travail. Mais le combat dure sans doute trop longtemps pour le Nord-vietnamien qui doit commencer à avoir des problèmes avec sa réserve de carburant. Il dégage brutalement et se met en piqué. Il s’offre ainsi aux missiles de l’Américain. Un Sidewinder rattrape le MiG. et explose dans sa tuyère. L’avion Nord-vietnamien continue son piqué vers le sol. Il ne redressera pas. Trois victoires en une seule mission !

Arrivé au-dessus de Nam Dinh, un missile sol-air explose à proximité du Phantom, mettant hors service son circuit hydraulique. Dès lors, il ne reste plus qu’à évacuer l’avion devenu incontrôlable.

C’est un hélicoptère qui dépose Randy Cunningham et Willie Driscoll à bord du porte-avions Constellation, où l’équipage leur réserve une réception monumentale.
Grâce à ce triplé, l’équipage Cunningham-Driscoll a porté son score à 5 victoires homologuées. Les deux hommes avaient, en effet, déjà abattu, avant cette sortie, un MiG. 21, le 19 janvier et un MiG. 17 le 8 mai. Ils seront d’ailleurs les seuls as de la marine américaine (Driscoll étant associé au succès de son pilote) au cours de la guerre du Viêt-nam.

Né le 8 décembre 1941 (jour de Pearl Harbor) à Los Angeles, Cunningham avait mené, en tant qu’entraîneur, l’équipe de natation de son université au titre de champion des Etats-Unis. Il rejoignit la Navy en mars 1967 et reçut ses ailes dix-huit mois plus tard. Versé au VF-96 « fighting Falcons », il accomplit deux tours d’opérations au Viêt-nam à partir de juillet 1969. Sa devise : « Cherche tes ennemis. Ne te demande pas combien ils sont, mais où ils se trouvent ».
C.-J. E


sources connaissance de l’histoire mensuel 1982

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.