Publicité

Publicité
Publicité
Supportez HdM en donnant un peu de temps de processeur, ça ne vous coute rien, cliquez sur "Start Mining" pour donner votre accord
Loading...

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Point de vue Japonais

, par

Les 4 et 5 juin 1942, la bataille de Midway fut le tournant de la guerre du Pacifique, car les alliés infligèrent enfin une importante défaite à la flotte japonaise. Au terme de cette bataille, l’aéronavale japonaise avait perdu quatre porte-avions et plus de 10 % de ses pilotes de chasse expérimentés.

Enhardi par ses victoires écrasantes de Pearl Harbor, des Philippines et des Antilles néerlandaises, le haut commandement japonais décida de conquérir Midway,, une île d’une importance stratégique cruciale, afin de menacer par la suite les forces américaines du Pacifique à Hawaii. Sa prise devait consolider la domination sur les îles Salomon et faciliter l’isolement de l’Australie vis-à-vis des États-Unis.L’Amiral Isoroku Yamamoto conçut un plan minutieux pour s’emparer de Midway. Il envoya deux petites expéditions attaquer des cibles dans les îles Aléoutiennes, espérant ainsi faire diversion et attirer la Flotte américaine du Pacifique vers le nord ; la conquête des Aléoutiennes devait aussi éviter que les Américains n’attaquent le Japon. Pendant ce temps, le gros de la 1 re Force d’intervention aéronavale (commandée par le VA. Chuichi Nagumo), composée des porte-avions Akagi, Kaga, Soryu et Hiryu, appuyée par des cuirassés, des croiseurs et plus de 250 avions, mit le cap vers son objectif. Cependant, ce plan était voué à l’échec car, à l’insu des Japonais, les spécialistes américains du chiffre étaient parvenus à décrypter les codes de la Marine impériale.L’Amiral Chester Nimitz, s’il se trouvait aux commandes d’une force inférieure en nombre, n’en disposait pas moins de l’avantage réel de la surprise. De plus, les Japonais allaient commettre une incroyable série d’erreurs tactiques qui contribueraient à leur pertes. La bataille commença aux premières heures du 4 juin avec 72’sorties de bombardiers en piqué et de bombardiers torpilleurs envoyés contre Midway et escortés par 36 Zero. Cette armada aérienne fut rapidement détectée par radar et tous les avions disponibles sur l’île furent prêts à affronter les envahisseurs en dix minutes. À 6 h 20, le Maj Floyd B. Parks, à la tête du VMF-221 (composé de sept Buffalo et de cinq Wildcat), affronta les Japonais, appuyé par 1 1 autres Buffalo et un Wildcat.

Les chasseurs américains furent rapidement surclassés par des Zéro beaucoup plus maniables. Treize courageux pilotes de buffalo le payèrent de leur vie. Dix des vingt-cinq avions rentrèrent, pour la plupart endommagés. Les Américains développèrent aussi une attaque aérienne contre les porte-avions japonais. Ces bombardiers et avions torpilleurs furent interceptés avant même qu’un seul projectile ne soit largué Dans la mêlée, le Lieutenant de Vaisseau. lyozoh Fujita se bâtit une solide réputation en abattant pas moins de dix assaillants. Au même moment, une seconde vague d’assaut renversa le cours du combat. Pendant que la première vague en décousait avec la couverture aérienne du groupe aéronaval composé de Zéro, les bombardiers en piqué SBD Dauntless du Yorktown lancèrent impunément des attaques dévastatrices contre les porte-avions Akagi, Kaga et Soryu . Les Japonais réagirent rapidement en envoyant les bombardiers en piqué Val du porte-avions Hiryu (qui avait échappé à la précédente attaque) contre le Yorktown. Après l’attaque des Val, le porte-avions américain br-ûlait de toutes parts. Les bombardiers torpilleurs Kate se ruèrent à la curée, touchant le navire par deux fois. Le porte-avions qui donnait régulièrement de la bande fut envoyé par le fond le 6 juin, par la torpille d’un sous-marin japonais.

Cependant, la bataille n’était pas terminée : les appareils de l’Enterprise repérèrent le porte-avions japonais survivant, le Hi 1 u, pour le réduire à un amas de ferrailles, abandonné de son équipage le lendemain matin.L’importance des pertes, tant humaines que matérielles, subies en une seule et courte bataille provoqua une profonde désillusion dans les rangs japonais.

Ce vide en aviateurs expérimentés fut difficilement comblé par la JNAF, qui dut recruter ses nouveaux instructeurs parmi les anciens de la JAAF. La formation massive de pilotes commença très vite, mais pour assurer une rapide montée en puissance des unités décimées, les conditions d’admission et les niveaux de formation des jeunes pilotes réduits. La combinaison de ces facteurs donna des pilotes mal préparés pour le front. La JNAF avait payé très cher les erreurs de Midway

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.