Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Leclerc désobéit et libère Paris

, par


25 août 1944
Le 19 août, Leclerc est informé que les Américains vont déborder Paris par le nord et par le sud pour éviter de détruire la ville. Il retourne voir le commandant du corps d’armée. Le général Gérow l’écoute, lui répond à nouveau qu’il comprend très bien son impatience mais que la décision appartient au général commandant de l’armée. Encore une fois, le chef de la 2e D.B. s’envole en pipercub vers le quartier général. Il en revient avec l’assurance que sa grande unité va recevoir l’ordre de se regrouper. Il n’y a pas là de quoi calmer son impatience, d’autant moins que dans le même moment il apprend la nouvelle de l’insurrection de Paris. Sans attendre la confirmation écrite de l’ordre, il prescrit ce regroupement et envoie un officier en porter le compte rendu au corps d’armée. La réponse est un ordre de ne rien changer au dispositif. C’en est trop pour Leclerc qui prend sur lui de laisser se poursuivre le regroupement de ses éléments et, mieux, qui décide d’envoyer un détachement léger en avant-garde sur Paris.
Il s’en explique dans sa lettre au général de Gaulle :
« Depuis huit jours le commandement nous fait marquer le pas. On m’a donné l’assurance que l’objectif de ma division était Paris. Mais devant pareille paralysie, j’ai pris la décision suivante : Guillebon est envoyé avec un détachement léger, chars, automitrailleuses, infanterie, direction Versailles, avec ordre de prendre le contact, de me renseigner et d’entrer dans Paris si l’ennemi se replie. Il part à midi et sera à Versailles ce soir ou demain matin. Je ne peux malheureusement en faire de même pour le gros de ma division, pour des questions de ravitaillement en carburant et afin de ne pas violer ouvertement toutes les règles de la subordination militaire. »
Dès que le commandant du corps d’armée apprend le mardi 22 août par le commandant Repiton ’ce que Leclerc vient de décider, il réagit violemment. Sur-le-champ, il dicte une lettre de service dans laquelle il rappelle que l’envoi d’un détachement de reconnaissance vers Paris a été décidé en infraction des ordres reçus. Puis il poursuit : « ...J’entends vous préciser clairement que la 2e division blindée est sous mon commandement à toutes fins et qu’aucun détachement ne peut être employé par vous si ce n’est en exécution de missions fixées par mon quartier général... Je vous donne l’ordre de faire revenir immédiatement le détachement mentionné dans la zone de cantonnement de votre division... Veuillez accuser réception de cet ordre. »
Dès que Repiton lui a rendu compte de sa mission et remis la lettre de service, Leclerc décide d’aller voir le général Bradley. Il atterrit vers midi près du quartier général du commandant du 12e groupe d’armées. Celui-ci est absent, il est parti le matin même pour voir le commandant suprême Eisenhower.
Pendant ces journées cruciales, la libération de Paris occupe tous les esprits. Les Forces Françaises de l’Intérieur insurgées dans la ville réclament par radio une intervention immédiate. Le général de Gaulle lui-même est allé demander au général Eisenhower de marcher sur Paris sans délais. Piaffant d’impatience, Leclerc attend tout l’après-midi sur le terrain d’aviation.
Enfin, au moment où il va devoir repartir parce que son piperclub ne peut se poser la nuit, l’avion du commandant du groupe d’armées arrive et le général Bradley en sort :
« Ah ! vous voilà Leclerc, je suis content de vous voir. J’allais justement vous envoyer l’ordre de faire mouvement sur Paris. »
Peu après, à la nuit tombante, les officiers de l’état-major de la division entendent, couvrant le ronflement du moteur de la jeep qui amène leur général, une voix familière interpeller le chef du 3e bureau : « Gribius, mouvement sur Paris ! »

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.