Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Guerre des Mercenaires

, par

Guerre des Mercenaires

Durant la première guerre punique, les Carthaginois se servaient d’armées composées principalement de mercenaires (contrairement aux Romains), dont ils réglaient le paiement après les guerres, qui avaient jusqu’alors presque toujours été des victoires puniques.

Cependant, la première guerre punique, elle, fut une écrasante défaite carthaginoise, et les Romains leur avaient imposé un traité selon lequel Carthage se voyait obligé de verser l’énorme indemnité de guerre de 3200 talents. Le versement de cette amende provoqua une véritable crise économique dans la ville, et les dirigeants ne purent pas régler les mercenaires (près de 20 000 hommes) qui attendaient. Ceux-ci décidèrent donc, à défaut de paiement, de se servir sur le pays, et ravagent les côtes nord-africaines, bientôt rejoints par de nombreux autres brigands, désireux de faire fortune en pillant. Leurs chefs furent Matho, Spendios et Autarite.

La guerre inexpiable

A Carthage, c’est la panique. On rappelle Hamilcar Barca, un des plus grands généraux de la première guerre punique et le futur père d’Hannibal, pour mater la révolte. Hésitant à combattre ses propres troupes, les exactions que ceux-ci commirent sur les mercenaires carthaginois restés fidèles le convainquirent. Le gouvernement engagea donc de nouveaux mercenaires, 10 000 hommes et 70 éléphants, et les confie à Hamilcar. Après quelques victoires, Rome, de peur que la seconde ville de Méditerranée occidentale ne tombe sous les coups d’insurgés et ne disparaisse, mettant ainsi fin à un florissant commerce entre les deux villes, accepta de livrer certains prisonniers de guerre puniques et refusa d’aider les revoltés.

Giscon, un noble carthaginois, est alors envoyé en parlementaire ; il est capturé et supplicié : ses mains et ses pieds sont tranchés, puis il est jeté vivant dans une fosse, comme 7000 autres carthaginois. Hamilcar fait, en représailles, écraser les prisonniers qu’il détient par ses éléphants. C’est de là que provient le surnom de « guerre inexpiable ».

Hamilcar réussit alors à bloquer les insurgés sous le commandement de Spendios dans un défilé, dit « de la Hache » (évoqué par Gustave Flaubert dans son roman Salammbô). Affamés, les mercenaires en sont réduits à manger de la chair humaine.

Résolution du conflit

Hamilcar demande alors à voir certains généraux des armées insurgées pour leur proposer la Paix des Braves. Ceux-ci sont immédiatement crucifiés, mais entre temps, les menus soldats, ne voyant pas leur généraux revenir, croient à la trahison et supplicient les généraux restants, pour se venger.

Les Libyens, qui avaient apporté leur soutien aux révoltés dans l’espoir d’un affranchissement de la tutelle carthaginoise, seront battus peu après, près de Leptiminus.


wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.