Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Dragoon

, par

Peu de campagnes de la seconde guerre mondiale soulevèrent d’aussi âpres discussions que l’opération « Dragoon », le débarquement allié en Provence du 15 août 1944. D’abord baptisée « Anvil », cette opération fut ardemment soutenue par les Américains — le président Franklin D. Roosevelt et le général Dwight D. Eisenhower en tête — comme un complément indispensable à l’opération « Overlord » (le débarquement en Normandie). « Anvil » et « Overlord » furent programmées pour le même jour du début de l’été 1944 lors des conférences de Téhéran et du Caire (novembre-décembre 1943). Elles consistaient à prendre en tenaille selon un axe nord-sud les forces allemandes en France. Les Français et les Britanniques approuvaient le principe du mouvement en tenaille, mais contestaient l’idée que la Provence fût le meilleur endroit pour appliquer la mâchoire sud.
La plus grande crainte de ceux qui comme Churchill, critiquaient un débarquement en Provence était que l’effort de guerre anglo-américain en Europe ne se porte trop à l’ouest. Cette opération de débarquement baptisée « Anvil » puis « Dragoon » signifiait : laisser les mains libres aux Soviétiques dont les forces exerçaient leur pression sur l’Allemagne par l’est, et qui pourraient ainsi imposer leur volonté sur la plus grande partie de l’Europe de l’après-guerre.
Une offensive dans les Balkans, à travers l’Albanie et la Grèce et de là vers la Yougoslavie et l’Autriche, aurait permis d’écarter cette dangereuse éventualité. Il en était de même, pouvait-on penser, d’une percée en Italie en direction de la France du sud-est ou de l’Autriche et de l’Allemagne du sud. L’approche purement italienne offrait aussi l’avantage de ne pas réduire les forces alliées engagées alors dans une lente et coûteuse progression vers le nord de la péninsule, et de leur donner une chance d’en finir avec cette campagne.
Ni Roosevelt ni Einsenhower ne virent les choses sous cet éclairage. Ils semblaient totalement absorbés par « Overlord » et sa réussite. Dans cette optique, une invasion du Midi de la France pouvait être un gage indispensable de succès dans la mesure où elle offrait de meilleures garanties qu’une opération en Italie, dans les Balkans ou sur les côtes bretonnes — une autre alternative proposée par les détracteurs d’« Anvil ». La présence de forces alliées considérables en Provence garantissait à Eisenhower un accès à des ports en eau profonde, la possibilité d’un sauvetage rapide au cas où les forces de Normandie seraient prises au piège et l’opportunité d’affaiblir la résistance allemande à la poussée d’« Overlord » par la division des forces ennemies sur deux fronts distincts.
Churchill n’avait pas été convaincu par ces arguments. A la fin de 1944, il tentait encore de faire changer les Américains d’idée. L’opération « Overdord » avait été commencée le 6 juin. « Anvil » ne l’avait pas accompagnée comme cela avait été prévu à l’origine, en partie par manque de barges de débarquement, mais surtout parce qu’il avait fallu attendre que les 3’ et 45’ divisions américaines, encerclées dans la tête de pont d’Anzio, près de Rome, aient réussi à brise l’étreinte allemande et à rejoindre la 3` armée alliée.
L’avance alliée en Normandie ralenti après le jour J. Le 23 juin, elle se trouvai en arrière des prévisions. Ce retard incita. les Américains à reparler d’« Anvil » avec• une insistance accrue. Plutôt que de s’en gager dans une impasse avec son puissant allié, Churchill s’inclina et accepta ce qu’i appelait « une entreprise terne et stérile ».
Le 2 juillet, le général sir Henry Maitlan Wilson (commandant en chef pour la Méditerranée) reçut l’ordre d’organiser un débarquement en Provence pour le 15 août Cette opération ne pouvant plus désormais être considérée comme l’« enclume » (An vil) du « marteau » frappant en Normandie le nom de code de l’opération fut changé : par Churchill en « Dragoon ».
La plus grande partie des opérations d ; débarquement par mer devait être exécuté : par les 3’, 36’ et 45’ divisions de la VII armée américaine, sous les ordres du général Alexander M. Patch, renforcées p. le 2’ corps d’armée français. Le général d’ brigade aérienne P. Saville (commandant 1 12’ Force aérienne tactique) reçut le commandement des opérations aériennes. Le opérations navales furent placées sous responsabilité de l’amiral Sir Jo H.D. Cunningham de la Royal Navy.
Le vice-amiral américain Henry K. Hewitt assurait le commandement de la Task Force navale. Sept divisions de la 1" armée du général de Lattre de Tassigny auraient, elles aussi, à participer à l’action.
Comparée aux épisodes périlleux et souvent tragiques vécus lors des débarquements précédents en Afrique du Nord, en Sicile et en Italie, cette opération prévue sur un front de 55 kilomètres, entre Cavalaire et Agay, se présentait comme une affaire relativement simple. Les Alliés avaient retenu les leçons difficiles apprises lors des expériences précédentes, en particulier en ce qui concernait le rôle crucial joué par les forces aériennes dans les opérations amphibies.


Connaissance de l’histoire ed hachette 1982

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.