Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Organisation de l’Ordre

, par

Hiérarchie de l’ordre du Temple en Orient et Hiérarchie de l’ordre du Temple en Occident.

Les Templiers étaient organisés tel un ordre monastique, suivant la règle créée pour eux par Bernard de Clairvaux. Dans chaque pays était nommé un maître qui dirigeait l’ensemble des commanderies et dépendances et tous étaient sujets du maître de l’ordre, désigné à vie, qui supervisait à la fois les efforts militaires de l’ordre en Orient et ses possessions financières en Occident.

Avec la forte demande de chevaliers, certains parmi eux se sont aussi engagés à la commande pendant une période prédéterminée avant d’être renvoyés à la vie séculaire, comme les Fratres conjugati, qui étaient des frères mariés. Ils portaient le manteau noir ou brun avec la croix rouge pour les distinguer des frères ayant choisi le célibat et n’avaient pas le même statut que ces derniers.

Les frères servants (frères casaliers et frères de métiers) étaient choisis parmi les sergents qui étaient d’habiles marchands ou alors incapables de combattre en raison de leur âge ou d’une infirmité. La grande majorité des Templiers, incluant les chevaliers et les maîtres de l’ordre, étaient incultes et illettrés, n’étant pas issus de la haute noblesse mais de familles plus obscures.

À tout moment, chaque chevalier avait environ dix personnes dans des positions de soutien. Quelques frères seulement se consacraient aux opérations bancaires (spécialement ceux qui étaient éduqués), car l’ordre a souvent eu la confiance des participants aux croisades pour la bonne garde de marchandises précieuses. Cependant, la mission première des Chevaliers du Temple restait la guerre.

Les maîtres de l’ordre du Temple

L’expression "grand maître" pour désigner le chef suprême de l’ordre est apparue à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle dans des chartes tardives et dans les actes du procès des Templiers. Puis, elle a été reprise et popularisée par certains historiens des XIXe et XXe siècles. Elle est aujourd’hui largement répandue. Or, ce grade n’existait pas dans l’ordre et les Templiers eux-mêmes ne semblaient pas l’utiliser. On note cependant dans des textes tardifs le qualificatif de "maître souverain" ou "maître général" de l’ordre. Dans la règle et les retraits de l’ordre, il est appelé "Li Maistre" et un grand nombre de dignitaires de la hiérarchie pouvaient être appelés ainsi sans l’adjonction d’un qualificatif particulier. Les précepteurs des commanderies pouvaient être désignés de la même façon. Il faut donc se référer au contexte du manuscrit pour savoir de qui l’on parle. En Occident comme en Orient, les hauts dignitaires étaient appelés maîtres des pays ou provinces : il y avait donc un maître en France, un maître en Angleterre, un maître en Espagne, etc... Aucune confusion n’était possible puisque l’ordre n’était dirigé que par un seul maître à la fois, celui-ci demeurant à Jérusalem. Pour désigner le chef suprême de l’ordre, il convient de dire simplement le maître de l’ordre et non grand maître.


© Copyright auteur(s)
- Source : article Ordre du temple sur Wikipédia
- Cet article est sous licence GFDL

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.