Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Le combat de l’Archange

, par

De l’autre côté la situation est différente. Les forces morales, au plan politique, dérivent des partis suivants : la C.E.D.A. de Gil Robles, les agrariens (Martinez de Velasco), la Rénovation espagnole (Calvo Sotelo), la Phalange (José Antonio), et les carlistes. Les radicaux (Lerroux), les conservateurs (Maura) et les libéraux-démocrates (Alvarez) s’abstiendront. En réalité, les desseins de l’armée mise en mouvement par Franco ne sont pas uniformes. Au sommet, les généraux rebelles — Sanjurjo, Franco, Mola, Varela ne sont pas d’accord entre eux. Les uns sont pour la dictature, les autres pour la monarchie, ces derniers n’étant pas fixés sur le candidat Alphonse X111 ou son fils, don Juan. L’Église, elle-même, bien que portée naturellement vers ceux qui l’ont inscrite en tête de leur programme, n’a pas fait l’unanimité.
Le clergé basque désapprouve franchement. Seule. la monarchie — et surtout les carlistes — est favorable sans réserves au soulèvement national », encore que, plus tard, lorsque Franco sera au pouvoir> Jaime, l’aîné des fils d’Alphonse XIII, signifiera durement son congé.

Cependant, à défaut d’unité politique, le Movimiento bénéficiera de l’appui moral des classes aisées, de la bourgeoisie d’affaires, de la jeunesse catholique et nationaliste et, surtout, de la mystique de la Phalange. Pour beaucoup d’Espagnols, cette guerre d’émeutes, larvée depuis plusieurs mois et succédant à une longue période d’anarchie, devenait une croisade pour l’ordre et la patrie une patrie où l’on retrouverait les mythes enivrants du Siècle d’or et la double notion de Dieu et de grandeur. Traditionalisme et chevalerie. L’instrument de cette croisade sera l’armée, très différente de celle de la République. A défaut de la supériorité numérique, les chefs de la rébellion disposeroni, contre l’adversaire, d’un atout important : presque tous les cadres militaires se rangeront sous leur bannière. Ce qui assurera le succès initial du soulèvement, c’est que son auteur, Franco, aura avec lui le meilleur de l’armée : les régiments marocains, ou regulares, la garde civile et le tertio (la légion étrangère), comprenant des officiers entraînés et instruits, des sous-officiers disciplinés et une troupe aguerrie.

Voilà donc, à l’aube de cette journée sanglante, les forces morales et matérielles en présence. Des idées et des hommes ?
Certes, mais aussi des passions et des tempéraments, qui s’affronteront sous un déluge de feu et dans la boue verdâtre des tranchées, mus par une haine mutuelle qui, avec le recul du temps, surprend celui qui n’a pas approché l’Espagne de près. Hay que acabar con esa gente (il faut en finir avec ces gens4à), dit-on de part et d’autre... Ces gens-là ? Des Galiciens, des Castillans, des Andalous, des Navarrais, hier tous unis par les liens du sang, aujourd’hui ennemis irréconciliables. Ces gens-là ? Dans un camp,
les « rebelles les « fascistes », les « franquistes », dans l’autre, les « marxistes » et surtout les rojos — les rouges.
Ou bien, pour les neutres, les « nationalistes » et les « républicains ». Mais les uns et les autres ne combattront pas seulement pour changer le régime de leur pays. Leur guerre est aussi une vendetta. On règle un vieux compte, qui date du Moyen Age. C’est un défoulement social et religieux. En mettant le feu aux couvents, on se venge de l’Inquisition. L’Espagne noire et l’Espagne rouge répètent le combat de l’Archange. Guerre féodale, guerre de religion, la guerre civile espagnole sera une atroce querelle de famille.


Sources : Article de Jean Descola Historia magazine 1970

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.