Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Guerrière du Siècle d’or

, par

Pour la première fois en Espagne — et, trois mois plus tard, pour la première fois en France avec le Front populaire —, la gauche aura fait son union. Le Frente popular, en effet, comprend la gauche républicaine (Azaria), l’Union républicaine (Diego Martinez Barrie), l’Esquerra catalane (Luis Companys Jover), les socialistes (Largo Caballero et Prieto), les communistes (Diaz), le P.O.U.M., parti ouvrier d’unification marxiste (bloc ouvrier et paysan et gauche communiste) et quelques groupes isolés catalans. Le Frente a bénéficié, en outre, du soutien électoral des anarchistes et de la Confédération générale du travail.
La gauche exulte. Mais la droite ne se décourage pas. Bien au contraire. Forte de son idéologie — antimarxisme, traditionalisme, unité ibérique — incarnée par des groupes dynamiques comme les Juntes offensives national-syndicalistes (J.O.N.S.) dont l’emblème est figuré -par le joug et les flèches des Rois catholiques elle cherche des -leaders.

Qui mènera la lutte contre le Frente popular ? Gil Robles ? Trop à gauche pour les monarchistes. Trop à droite pour les républicains. José Calyo Sotelo ? Il est le porte-parole de l’opposition, il ne l’incarne pas tout entière.
Mais voici qu’un homme nouveau a surgi : José Antonio, fils de Miguel Primo de Rivera. Il a fondé la Phalange, mouvement qui se réclame de l’unité historique de l’Espagne et fait appel au culte du héros. Nostalgique de l’Espagne catholique et guerrière du Siècle d’or, la Phalange est servie par la personnalité brillante de son fondateur. Plus qu’un parti politique, la Phalange, dont les mots d’ordre sont inspirés de ceux du fascisme italien, est un groupement assez peu nombreux encore, mais qui offre, sous une forme lyrique et violente, beaucoup moins un programme positif qu’une mystique orgueilleuse, propre à enchaîner la noblesse, le clergé et la bourgeoisie.

Le printemps et l’été de 1936 sont traversés d’incidents dramatiques. La distension vers leurs extrêmes de la gauche et de la droite se traduit par des troubles souvent graves. Tandis que les généraux. suspects — Goded et Franco — sont envoyés respectivement aux Baléares et aux Canaries, que José Antonio multiplie les meetings, que le gouvernement oscille entre la conciliation et la manière forte, le terrorisme est descendu dans la rue. Ce ne sont que rixes sanglantes, incendies d’églises et attentats à la bombe. La situation est explosive. Elle explosera-quelques jours après l’assassinat du représentant de l’opposition, Calvo Sotelo. Cette fois, les jeux sont faits.


Sources : Article de Jean Descola Historia magazine 1970

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.