Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Le Naufrage du Droits de l’Homme

, par

Le Droits de l’Homme, un vaisseau de 74 canons de classe Téméraire construit et lancé à Lorient le 29 mai 1794, commandé par le capitaine de vaisseau Raymond de Lacrosse, était affecté à l’expédition qui devait débarquer une armée française sur les côtes de l’Irlande. Il transportait 549 soldats de la légion des Francs, commandés par le général Humbert.

Le Droits de l’Homme fut pris dans la tempête qui avait détruit en partie la flotte française, mais parvint à rallier l’Irlande.

Il patrouilla 8 jours, capturant les bricks britanniques Cumberland et Calypso, et ne voulut pas s’éloigner sans s’être assuré qu’aucun des vaisseaux français n’avait été jeté sur les côtes. Lacrosse se décida alors à rallier l’escadre en se dirigeant vers les côtes de France.

Le 22 nivôse an V (13 janvier 1797), le commandant du Droits de l’Homme s’estimait à un degré (25 lieues) de Penmarch, quand il aperçut au vent la frégate britannique Indefatigable, de 44 canons, accompagnée de l’ Amazon, de 36 canons, de la Royal Navy. Lacrosse prit chasse devant les Britanniques pour se préparer au combat. Vers trois heures, le Droits de l’Homme se fit couper la route par deux nouvelles voiles, et décida d’engager le combat avec les frégates.

Lorsque le combat commence, le gros temps empêche les navires de se servir de leur artillerie située sur le pont inférieur. L’un des bras du grand hunier du Droits de l’Homme cassa, le privant de ses deux mâts de hune, mais les Britanniques négligèrent d’en profiter. L’Indefatigable et le Droits de l’Homme échangèrent des bordées d’artillerie et de mousqueterie, et la frégate tenta de prendre le vaisseau en enfilade. Lacrosse réagit et tentant de prendre l’Indefatigable à l’abordage, sans succès.

À six heures trois quarts, après une heure et demie de combat, l’Amazon arriva à portée et tira une bordée dans la hanche du Droits de l’Homme, avant de s’éloigner avec l’Indefatigable pour réparer.

Sur les huit heures et demie du soir, les Britanniques rouvrirent le feu. Profitant de la supériorité de leur voilure, ils tournaient autour du Droits de l’Homme en le prenant en enfilade. Comptant sur son infanterie, Lacrosse essayait d’accrocher un de ses deux adversaires, espérant le prendre à l’abordage et forcer l’autre à lui porter secours et à s’exposer lui aussi à un abordage.

Le Droits de l’Homme perdit son mât d’artimon et les frégates britanniques tentèrent de s’approcher, mais furent repoussées par le feu du vaisseau. Vers une heure du matin, le lieutenant de vaisseau Châtelain eut le bras fracassé par un biscaïen, et quelques instants après, le commandant Lacrosse fut atteint au genou gauche par le ricochet d’un boulet mort. Il fit jurer à son équipage de ne pas amener le pavillon français, avant de confier le commandement à son second.

Le combat dura encore quatre heures ; vers six heures du matin, la vigie du Droits de l’Homme signala la côte, et le vaisseau tenta de gagner la terre, brisant ses mâts de misaine et de beaupré endommagés dans le combat. Démâté, ses ancres endommagées et son gouvernail détruit, le Droits de l’Homme se jeta à la côte.

L’Amazon se brisa à la côte et son équipage fut fait prisonnier. L’Indefatigable, à l’état de ponton, parvint à contourner les récifs de Penmarch et à s’échapper.

Le Droits de l’Homme s’échoua dans la baie d’Audierne le 25 nivôse à sept heures du matin. Dans la tempête, les canots légers étaient emportés par les lames avant d’être mis à l’eau. Plusieurs de ses matelots périrent en tentant d’établir un va-et-vient ou de chercher des secours. Dans la nuit du 25 au 26, cinq chaloupes venues d’Audierne purent emmener les blessés et environ 400 matelots ou soldats ; la tempête interrompit les opérations de sauvetage pendant 5 jours. Le 30, Lacrosse s’embarqua sur une corvette qu’on lui avait envoyée de Brest après s’être assuré qu’il ne restait plus un seul homme à bord.

Lacrosse fut élevé au grade d’officier général.


Sources wikipedia

Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852

Messages et commentaires

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.