Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Dionysos

, par

Dionysos

Dans la mythologie grecque, Dionysos (en grec ancien Διώνυσος / Diốnysos ou Διόνυσος / Diónysos) est le dieu des jonctions des opposés et des ambiguïtés (mort-vie, homme-femme, vigne, vin et ses excès-lierre soporifique, dieu souterrain-dieu solaire, dieu étranger, barbare-dieu grec quasi maître de l’Olympe). Il est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé. Les Romains l’ont assimilé au pâle Bacchus. Selon les listes, il fait partie ou non des douze Olympiens, bien qu’il ne vive pas sur le mont Olympe (c’est essentiellement un dieu errant).

Le mythe

Excitée par la jalousie d’Héra, Sémélé, fille du roi de Thèbes, veut contempler son amant Zeus dans toute sa majesté. Lié par un serment, Zeus ne peut s’y soustraire, et Sémélé, simple mortelle, meurt foudroyée. Zeus alors tire son fils du ventre de sa mère, et s’entaillant la cuisse, y coud l’enfant, pour mener sa gestation à terme.

C’est l’origine de l’expression « être né de la cuisse de Jupiter ». C’est aussi une étymologie proposée pour Dionysos (« deux fois né »). La cuisse pourrait être une désignation euphémique pour les organes sexuels (procédé courant, voir par exemple le français « bas-ventre »), Dionysos peut donc être considéré comme issu directement du sperme de Zeus.

Pour le soustraire à la vengeance d’Héra, il est confié à sa tante Ino (sœur de Sémélé) et à son époux, Athamas. Mais Héra les rend fous et ils tuent leurs enfants. Ino se jette à la mer avec le cadavre d’un de ses fils : ils sont transformés en divinités marines, Leucothée et Palémon. Dionysos est ensuite confié aux nymphes, sous la direction de Silène, sur le mont Nyséion, en Thrace, c’est-à-dire, pour les Grecs, en Asie. Pour échapper à Héra, il est transformé en chevreau.

Il mène une adolescence mouvementée : selon l’Iliade, il est d’abord poursuivi par Lycurgue, puis est fait prisonnier par des pirates tyrrhéniens, auxquels il n’échappe qu’en réalisant d’effrayants prodiges (Hymnes homériques). Son culte excite d’abord les railleries, et il doit châtier les filles d’Éleuthère ainsi que Penthée, roi de Thèbes, pour cela. Dionysos est, avec Apollon, un dieu qui se manifeste par épiphanies (apparitions) : éternel voyageur, il surgit par surprise. Il se présente toujours comme un étranger, courant le risque de ne pas être reconnu.

Désireux d’aller visiter sa mère aux Enfers, Dionysos demande l’aide d’un guide, Prosymnos, qui accepte de lui montrer le chemin en plongeant avec lui dans le lac de Lerne, qui communique avec le royaume d’Hadès. Ce plongeon est associé à de nombreux rites initiatiques en Grèce ancienne, généralement liés au passage de l’adolescence à l’âge adulte, et donc aussi aux amours entre un aîné (éraste) et un cadet (éromène). Prosymnos accepte ainsi d’aider le jeune dieu mais exige en échange que celui-ci, lorsqu’ils seraient de retour, lui accorde ses faveurs. Mais lorsque Dionysos revient des Enfers, Prosymnos, lui, est mort. Le dieu décide de tenir son engagement malgré tout : il taille un morceau de figuier en forme de phallus et s’acquitte de sa dette sur la tombe de Prosymnos[1].

Dans le panthéon grec, Dionysos est un dieu à part : c’est un dieu errant, un dieu de nulle part et de partout. À la fois vagabond et sédentaire, il représente la figure de l’autre, de ce qui est différent, déroutant, déconcertant, anomique.

Le retour de Dionysos chez lui à Thèbes, s’est heurté à l’incompréhension et a suscité le drame aussi longtemps que la cité est demeurée incapable d’établir le lien entre les gens du pays et l’étranger, entre les autochtones et les voyageurs, entre sa volonté d’être toujours la même, de demeurer identique à soi, de se refuser à changer, et, d’autre part, l’étranger, le différent, l’autre.

Il est rarement associé à la geste olympienne. Il se contente de prendre part à la Gigantomachie, et négocie auprès d’Héphaïstos la libération d’Héra prise au piège par ce dernier.

Fonctions

Dionysos est avant tout un dieu de la végétation arborescente et de tous les sucs vitaux (sève, urine, sperme, lait, sang), comme en témoignent ses épiclèses de Φλοῖος / Phloĩos (« esprit de l’écorce ») ou encore de Συκίτης / Sukítês (« protecteur des figuiers »). Il se spécialise ensuite dans la vigne, qu’il est censé avoir donnée aux hommes, ainsi que dans l’ivresse et la transe mystique. Ses attributs incluent tout ce qui touche à la fermentation, aux cycles de régénération. Il est fils de Sémélé, avatar de la déesse phrygienne de la terre, amant d’Ariane, déesse minoenne de la végétation, et le compagnon des nymphes et des satyres. Il est également fréquemment associé au bouc et au taureau, animaux jugés particulièrement prolifiques.

Il est surtout le père de la comédie et de la tragédie (du grec τράγος / trágos, « bouc »). C’étaient au départ des sortes d’« illustrations » du culte, qui se donnaient au théâtre grec au cours des Dionysies, en présence de ses prêtres (comme les mystères que l’on jouait au Moyen Âge sur les parvis des cathédrales). Elles avaient une forme littéraire scandée particulière, le dithyrambe. Les chants et musiques dionysiaques font appel aux percussions et aux flûtes. Ils sont dissonnants, syncopés, provoquent la surprise et parfois l’effroi. En ce sens, il est l’antithèse d’Apollon, qui patronne l’art lyrique et l’harmonie. D’ailleurs les flûtistes (aulètes) étaient perçus comme des bateleurs et non des musiciens, car l’usage de l’instrument déformait leur bouche, ce qui heurtait l’esthétique grecque et donnait lieu à des plaisanteries.

Jane Ellen Harrison[2] signale que Dionysos dieu du vin (boisson des couches aisées) et de l’ivresse s’est substitué tardivement à Dionysos dieu de la bière (boisson des couches populaires) ou Sabazios, dont l’animal emblématique chez les crétois était le cheval (ou le centaure). Il se trouve que la bière athénienne était une bière d’épeautre, trágos en grec. Ainsi, les « odes à l’épeautre » (tragédies) ont-elles pu être considérées tardivement, par homonymie, comme des « odes aux boucs » (l’animal qui accompagnait le dieu et associé au vin chez les crétois).

La liturgie et les cultes

Les Grecs considéraient Dionysos comme une divinité étrangère, ainsi que l’indique l’attribut du bonnet phrygien, qu’il partage avec Mithra. On a parlé d’une origine indienne et mésopotamienne. Le décryptage par Evans des tablettes en linéaire B découvertes dans les palais mycéniens a cependant révélé que le nom de Dionysos figurait dans la liste des divinités grecques dès l’époque archaïque.

Il semble qu’à l’époque pré-olympienne, son culte soit à rapprocher des cultes agro-lunaires et chtoniens. Eusèbe de Césarée, auteur chrétien, a évoqué des sacrifices au cours desquels on dépeçait la victime vivante (d’où l’épiclèse d’Omadios) pour la consommer.

Dionysos est un dieu très répandu et très populaire dans toute l’Antiquité. On trouve de nombreux temples tout autour du bassin méditerranéen, qui voisinent avec ceux des plus grands dieux.

Son culte public donnait lieu aux fêtes des « Dionysies », mais il existait aussi un important culte secret, représenté par des Mystères, comportant des cérémonies initiatiques. Il est souvent accompagné d’un groupe de satyres, de ménades, de panthères, de boucs, d’ânes et du vieux Silène, formant le « cortège dionysiaque ».

Le culte privé avait lieu entre initiés, c’est un culte à Mystères. Le regroupement de ces initiés porte le nom de thiase. Les thiases pratiquaient un culte caché et initiatique, souvent dans des cavernes et la nuit, au cours desquels on initiait les nouveaux membres du thiase, et qui officiaient dans la dimension ésotérique de la résurrection du dieu. On manque de sources pour savoir ce qui s’y passait exactement, mais ces cérémonies secrètes et nocturnes ont perduré jusque sous l’empire romain. Elles comportaient des sacrifices, mais aussi des délires dus à l’ivresse ou à la consommation de drogues végétales, et des excès de toutes sortes, notamment sexuels. Un scandale retentissant a fait interdire ces cultes par un sénatus-consulte en 186 av. J.-C.

Enfin il faut signaler l’existence d’une résurgence contemporaine du culte de Dionysos. Il existe ainsi plusieurs thiases aux États-Unis, et quelques-uns en Europe, mais qui n’ont rien à avoir avec ceux de l’Antiquité.

Iconographie

Il existe d’innombrables statues de Dionysos, à l’époque où il était un dieu révéré. On trouve également nombre de mosaïques à énigme, car il était courant pour un initié un peu riche de le faire savoir au sol d’une pièce publique de sa maison. Enfin des scènes évoquant ses aventures sont souvent présentes sur des sarcophages ou bas-reliefs, car il avait une importance dans la perception de la mort et de la renaissance.

Lorsque son culte s’est éteint, ses représentations ont souvent repris la confusion avec Bacchus, et il faut attendre le Symbolisme pour le voir réapparaitre avec le thyrse dans la peinture d’un Siméon Solomon.

Épiclèses, attributs & sanctuaires

* épiclèses :
o Δενδρίτης / Dendrítês, protecteur des arbres ;
o Ὠμάδιος / Omádios, qui aime la chair crue ;
o Φαλληνός / Phallênós, garant de la fécondité ;
o Φλοῖος / Phloĩos, esprit de l’écorce ;
o Συκίτης / Sukítês, protecteur des figuiers ;
* épithètes : « au bruyant cortège »
* attributs : L’attribut majeur et personnel de Dionysos est le thyrse, qu’il tient à la main ou qu’on trouve à ses pieds ou dans son cortège. Ses plantes principales sont le pin et le lierre, ansi que leurs fruits, la pomme de pin et les baies de lierres, dont il est souvent couronné. Ces plantes sont une apparente exception dans la nature, car elles sont toujours vertes au cours de l’année, et ne semblent pas perdre leurs feuilles, ce qui renvoie aux résurrections du dieu. On notera aussi que les vrais fruits du pin sont cachés dans la pomme, et que les baies de lierre, toxiques, entraient dans la fabrication d’une bière que consommaient les ménades, et qui contribuait à leur transe. On trouve aussi le grenadier et la grenade, le figuier et les figues (le grenadier est issu du sang du dieu, ses fruits mûrissent en hiver, et Perséphone reste liée aux enfers pour en avoir mangé ; le figuier est associé à la vie cachée dans le monde méditerranéen, car il pousse spontanément là où il y a de l’eau souterraine et révèle les sources).

Comme il a apporté la vigne et le vin aux hommes, on trouve également la vigne et le raisin, la coupe à boire. Mais il s’agit plutôt d’une contamination avec Bacchus, son équivalent romain.
Le bonnet phrygien rappelle son origine asiatique. On trouve aussi la flûte, les cymbales et les tambourins.

* animaux associés : le bouc, la panthère, l’âne.
* temples majeurs : Athènes, Éleusis, Smyrne, Éphèse.
* fêtes en son honneur : Dionysies, Anthestéries


Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.