Publicité

Publicité
Publicité
Supportez HdM en donnant un peu de temps de processeur, ça ne vous coute rien, cliquez sur "Start Mining" pour donner votre accord
Loading...

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Lyautey (Louis Hubert)

, par

Nancy, 1854 - Thorey, Meurthe-et-Moselle, 1934.)

JPEG - 16.4 ko
Lyautey

Maréchal de France. Issu d’une fa­mille de militaires lorrains, le jeune Lyautey maintient la tradition en entrant à Saint­Cyr en 1873 puis à l’école d’application d’état­major deux ans plus tard, avant de servir en 1877 dans la cavalerie, son arme de pré­dilection.

Les nécessités du service l’obligent cepen­dant à gagner ses grades en Algérie, au Tonkin puis à Madagascar, où Gallieni apprécie les qualités de ce chef d’escadron qui le seconde comme chef d’état-major.

Colonel en 1900, général de brigade en 1903, divisionnaire en 1907, Lyautey opère dans le Sud algérien puis sur les confins marocains, où il se signale par son humanité et son grand respect pour les traditions indigènes.
Après avoir dirigé le loe corps à Rennes, le général est désigné pour gouverner, en 1912, le nouveau protectorat du Maroc*. Par sa droiture, sa grande expérience des tra­ditions nord-africaines, sa brillante intel­ligence, sa chaleur communicative, le rési­dent général gagne l’estime du sultan et de son entourage, contribuant à pacifier le pays malgré les intrigues allemandes et développant l’économie d’un territoire encore féodal.

Les arcanes de la vie politique parisienne lui paraissent trop déloyales pour qu’il prolonge au-delà du mois d’avril 1917 une fonction de ministre de la Guerre proposée par Aristide Briand au mois de décembre précédent.

Le baton de maréchal récompense en 1921 une oeuvre solide à laquelle Lyautey a mis tant de coeur.

Certains d’ailleurs prennent ombrage de cette sorte de pro­consulat. Aussi la victoire du cartel des gauches, en 1924, marque-t-elle le début d’une disgràce que précipitera, l’année sui­vante, la révolte d’Abd el-krim.

Le maré­chal va dès lors consacrer tous ses efforts à perpétuer la vocation éducatrice de la France aux colonies, le succès de l’exposi­tion de 1931, au bois de Vincennes, repré­sentant pour lui le couronnement d’une carrière qui fut avant tout un apostolat.

Membre de l’Académie française depuis - 1912, le maréchal s’était fait remarquer, entre 1891 et 1900, par ses écrits sur le rôle social de l’officier et sa mission éduca­trice dans les territoires d’outre-mer.

A la suite de l’accession du Maroc à l’indépen­dance, le corps du maréchal a été ramené de Rabat à Paris et déposé aux Invalides aux côtés des autres grands serviteurs de la France


Source : Dictionnaire d’histoire de France Perrin - France Loisirs - 1988

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.