Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Jeunesse

, par

PHILIPPE II AUGUSTE ou LE CONQUÉ­RANT
(Paris, 1165 - Mantes, 1223.) Roi de France. Fils longtemps attendu et unique de Louis VII et d’Adèle de Champagne, il reçoit d’abord le surnom de Dieudonné. Jusqu’à la fin du Moyen Age, on le surnommera le plus souvent « le Conquérant ». L’appellation qui s’est imposée depuis, Auguste, est due au principal biographe du roi, Rigord ; elle pourrait venir du fait que Philippe est né au mois d’août, ou plus vraisemblablement être destinée à rappeler ses prétentions d’hé­ritier des empereurs carolingiens.
Associé à la couronne en mai 1179, Phi­lippe en devient seul détenteur par la mort de son père au milieu de l’an 1180. Pendant l’année de partage de la royauté, il s’est passé bien des événements importants. Le puissant caractère de ce garçon bien bâti (ce qui ne l’empêche pas d’être « mal pei­gné » et peu soucieux d’étude) s’est affirmé avec une précocité rare. A son égard, le comte de Champagne, frère de la reine Adèle, a d’abord voulu se donner des airs de protec­teur. Or ni lui, visiblement trop intéressé à développer son propre domaine, ni son frère le comte de Blois, ni ses autres frères le comte de Sancerre et l’archevêque de Reims n’ont pu instaurer leur tutelle sur le jeune roi. Pour s’émanciper, celui-ci a pris avis auprès de Robert Clément, maréchal du palais, et de Radulf, comte de Clermont. Et comme il faut bien contrebalancer la puissance des mécontents, il a conclu un pacte avec Philippe* d’Alsace, comte de Flandre. De ce pacte est sorti un mariage dont la décision a été longtemps tenue secrète. Philippe de France a épousé une nièce de son nouvel allié, Isabelle de Hai­naut, qui doit lui apporter des droits sur l’héritage à venir de sa tante Isabelle de Vermandois, comtesse de Flandre. La dot est constituée par le pays que l’on commence à appeler l’Artois*.
A son avènement donc, le « jeune roi », devenu « le roi », joue la carte flamande. Mais c’est pour tomber sous une domination bien pire que ne l’aurait été celle de ses oncles. Le terrible Philippe d’Alsace refuse de transmettre les droits de sa femme décédée à sa nièce. La brouille se met entre lui et son suzerain. Celui-ci a désormais beaucoup d’ennemis. Mais, s’appuyant sur l’amitié des Plantagenêts Henri II et surtout Henri au Court Mantel, qu’il a gagnés à sa cause, il se sent sûr de sa force. Tout d’abord, il parvient à repousser une offensive redou­table qui a conduit le comte de Flandre à neuf lieues de Paris ; ensuite, par une che­vauchée opportune, marquée de prises de places, il ramène à l’obéissance l’inconstant Eudes III de Bourgogne qui avait manqué aux traditions loyalistes de sa maison ; bien­tôt les comtes de Blois et de Sancerre, l’ar­chevêque de Reims doivent plier à leur tour. A l’issue de ces beaux succès, un accom­modement est conclu avec le comte de Cham­pagne. Isolé, Philippe d’Alsace comprend que la partie est perdue pour lui. Après la signature de l’accord d’Amiens, en juillet 1185, les seigneuries d’Amiens, Montdidier, Roye ont été annexées au domaine. Agé de 20 ans à peine, Philippe II jouit d’une flat­teuse réputation de chef de guerre.
Pour l’histoire générale, ce n’est là qu’ap­prentissage. La grande affaire du règne, la lutte sans merci contre l’empire des Plantagenêts, n’a pas encore commencé.

Le roi de France sait bien que la guerre éclatera tôt ou tard. Il s’y prépare habile­ment en soutenant, comme suzerain, les révoltes des fils d’Henri II contre leur père, d’abord celle d’Henri au Court Mantel, puis celle de Geoffroy. Cette politique n’est pas neuve : elle date du premier roi de Franc : qui se soit opposé à un duc de Normandi : devenu roi d’Angleterre, Philippe Ier. Son son arrière-petit-fils, le danger est plus grana_ encore, Henri II étant comte d’Anjou pa héritage et duc d’Aquitaine par mariage Heureusement, le vieux Plantagenêt n’. pas moins de quatre fils incapables de s’en tendre durablement avec leur père o entre eux. Parfaitement conscient de cette situation, Philippe quitte dès 1187 les ma noeuvres de coulisse pour les intervention-au grand jour : une expédition dans la Cham pagne berrichonne lui permet d’annexe quelques seigneuries, de médiocre impor tance certes, mais précieuses pour une guerre : d’usure (traité de Châteauroux, 1187).
Ensuite, c’est au tour de Richard, futur Coeur de Lion, de se laisser débaucher. Quelques jour avant de mourir, en 1189, Henri II dei signer la capitulation de Ballan ou d’Azay par laquelle il renonce à la suzeraineté d comté d’Auvergne, jusque-là mouvant d : l’Aquitaine, ainsi qu’à la possession de• châtellenies de Graçay, Issoudun, Château roux. Les données du jeu changent quant Richard accède au pouvoir. On peut s’at tendre à une reprise des hostilités lorsque 1. troisième croisade intervient fort oppor tunément pour réunir les deux rois.


sources : Dictionnaire de l’histoire de France Perrin sous la direction de Alain Decaux et André Castelot .ed Perrin 1981

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.