Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Blocus de Berlin Contexte

, par

Lorsque les russes coupèrent les voies d’accès à Berlin, ouest les américains organisèrent le plus grand "pont aérien " de l’histoire.
Avec le blocus de Berlin la guerre froide atteignit son point chaud

Le Blocus de Berlin fut l’Affrontement suprême de la guerre froide . C’est au sujet de Berlin qu’eut lieu l’épreuve de force décisive entre les État Unis et l’URSS ; pendant le blocus, les États unis amenèrent leurs bombardiers stratégiques en Grande Bretagne, menaçant ainsi pour la première fois Moscou de leurs armes nucléaires . Lorsque le blocus fut levé l’union soviétique et les puissances occidentales étaient arrivées à un accord tacite sur l’Allemagne qui devait décider de l’avenir de celle ci .
Pour toutes ces raisons on peut considérer que le blocus de Berlin fut un tournant capital dans la guerre froide.

A une période d’accrochages idéologiques et d’âpres discussions , de méfiance et de malentendus succéda une période de longs conflits pendant laquelle chaque camps s’établit sur des positions déjà définies
Ce fut aussi un événement dramatique. Pendant onze mois le sort de Berlin ouest dépendit entièrement d’avions qui atterrissaient à Tempelhof, Gatow et à partir de 1948 à Tegel.

Le pont aérien fut organisé sur une échelle fantastique qui n’eut pas sont équivalent même au plus fort de la seconde guerre mondiale . Et l’endurance des aviateurs n’eut d’égal que le courage de la population de Berlin ouest.

le Blocus et le pont aérien donnèrent une unité dramatique aux confusions politiques et diplomatiques de la guerre froide contribuant ainsi a à condenser et clarifier les problèmes de l’antagonisme Est Ouest qui n’avaient fait que s’accentuer depuis 1945. Le drame du blocus eut également un rôle vital dans l’histoire allemande car il permit aux allemands d’effacer une autre conséquence de la domination nazie et de l’occupation militaire et d’identifier leurs avenirs avec la défense des valeurs démocratiques .

Dire que le blocus fut doublement important serait donner une trompeuse apparence de simplicité .

En s’efforçant de comprendre comment il survint, en essayant de le rattacher à la « guerre froide », un certain nombre de questions viennent à l’esprit et l’une d’elles plus particulièrement : le blocus fut-il intentionnel ?

On ne peut nier la réalité des événements. Pour tous les Berlinois qui grelottèrent, le ventre creux, pendant l’hiver de 1948, pour tous les aviateurs américains et britanniques qui endurèrent les fatigues extrêmes et les dangers permanents que représentait le pont aérien, le blocus fut réel. Mais est-ce bien ce que les dirigeants soviétiques souhaitaient ? Avaient-ils vraiment l’intention de couper tout accès à Berlin-Ouest ? L’épreuve de force fut-elle délibérée ou simplement la conséquence d’une série de hasards et de malentendus ?
Une des curiosités de ce blocus est qu’une interprétation en fut donnée avant que les événements survinssent. Pendant l’année 1947, alors que les relations entre l’Union soviétique et les puissances occidentales se dégradaient, le gouvernement américain avait été averti par deux de ses plus importants représentants à l’étranger que la Russie pourrait fort bien tenter un blocus de Berlin. L’un de ces représentants était l’ambassadeur américain à Moscou, Walter Bedell-Smith ; l’autre, le gouverneur militaire de l’Allemagne, le général Lucius D. Clay.
On peut en déduire que l’Union soviétique préparait quelque chose ’et que les représentants des États-Unis, d’une manière ou d’une autre, en avaient eu connaissance. Mais il est plus probable que les deux hommes, tout simplement, spéculèrent sur ce que les Russes pourraient faire s’il fallait en venir au fait.
En 1948, le général Clay avertit les chefs d’état-major américains qu’une guerre pourrait bien être imminente. Mais jamais la guerre n’éclata et il n’y avait aucune raison de supposer que le rapport de Clay fût autre chose que le reflet d’une tension croissante. Ni les mises en garde sur la probabilité d’un blocus ni les avertissements sur l’imminence d’une guerre ne pouvaient être considérés comme des preuves évidentes des intentions soviétiques. Pourtant, lorsque l’armée soviétique commença à dresser des barrages, les puissances occidentales, influencées par ces avertissements, pensèrent immédiatement au blocus. Les réactions allèrent du profond désespoir à la ferme détermination. Mais bien avant que le blocus de Berlin fût total, on supposait déjà qu’il le serait. Que s’était-il passé ?


sources Philip Windsor Historia Magazine 1971

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.