HistoireduMonde
.net

Bataille de Monte Cassino

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la bataille du Monte Cassino fut une série de batailles livrées par les Alliés pour transpercer la ligne Gustave afin d’occuper Rome et rejoindre les forces débarquées à Anzio.

Des centaines de bombardiers y anéantirent l’abbaye du Mont-Cassin.

Après l’opération Husky (débarquement et prise de la Sicile par les Alliés) en septembre 1943, puis le débarquement en Calabre et la prise de Naples, le front d’Italie s’est enlisé. Certes les Allemands ne peuvent aligner qu’une armée réduite face aux Alliés, mais le front lui même se réduit à la largeur de la botte italienne, qui est bien plus facile à défendre que les immensités de l’espace russe.

L’Italie a théoriquement rejoint le camp allié, mais la plupart les troupes italiennes ont été désarmées ou froidement exécutées par les Allemands. Ceux-ci ont installé une république fantoche et ultra-fasciste dans le nord de la botte, la république de Salò, dirigée par Mussolini. Si les Allemands disposent de troupes moins nombreuses que les Alliés, celles-ci sont solidement retranchées sur un solide dispositif de défense couvrant toute la largeur de la péninsule italienne, qui atténue leur infériorité numérique : échelonné sur plusieurs lignes, ce dispositif est constitué par une série de fortifications plus ou moins denses, qui utilisent les sommets des Apennins comme un véritable rempart. Les quelques vallées ou plaines littorales permettant les communications du sud vers le nord sont, quant à elles, entièrement minées et parsemées de réseaux de barbelés. La plus redoutable de ces rangées défensives est la ligne Gustav, qui s’appuie sur la région montagneuse des Abruzzes.

Le maréchal allemand Kesselring barre ainsi fermement la route de Rome aux Alliés, d’autant plus qu’après la conférence de Téhéran, fin 1943 avec les Soviétiques, un autre front doit être ouvert en Europe occidentale. Le théâtre de la Méditerranée et des Balkans est relégué au second rang, au grand dam de la Grande-Bretagne, qui a bien du mal à influencer le cours des événements entre les deux grandes superpuissances : l’Union soviétique et les USA.

Du point de vue géopolitique, Winston Churchill voulait contrer directement et immédiatement l’avancée soviétique déjà amorcée dans les Balkans. Du point de vue militaire de la topographie montagneuse qui favorisait la défense et les combats auraient été très coûteux. Le débarquement en Sicile a été seulement le préambule à la campagne d’Italie qui n’était que le prélude à l’invasion (nom anglo-saxon au débarquement en Normandie), en attendant que le renforcement en matériel et troupe fût prêt en Grande-Bretagne. L’entrée dans Rome, ville ouverte, le 6 juin 1944 correspondait au débarquement en Normandie qui ouvrait la Bataille de Normandie et la ruée vers la Seine en terrain plat et ouvert. Après la campagne d’Afrique du Nord, les États-Unis menaient de plus en plus les affaires militaires par la valeur relative de leurs engagements et l’URSS n’avait aucn intérêt à voir leurs ambitions en Méditerranée contrariées, dans la perspective de la Politologie.

Donc, début 1944, les Alliés ont choisi la Normandie, et le gros de leurs efforts se concentre sur la préparation de cette opération gigantesque. Dans ces conditions, les Alliés en Italie n’ont pas la priorité. De plus, les Allemands ne semblent pas près d’abandonner Rome sans en faire payer le prix fort.

L’échec des attaques frontales anglo-américaines sur Cassino (janvier-mars 1944)

Les Alliés veulent rompre la ligne Gustav pour pouvoir atteindre Rome, tandis que les Allemands essayent de freiner au maximum l’avance alliée. Le général Eisenhower, commandant suprême des forces alliées, le général Clark de la Ve armée américaine, et le général Leese de la VIIIe armée britannique, sont opposés au feld-maréchal Albert Kesselring, commandant en chef, et au général Heinrich von Vietinghoff, commandant de la Xe armée allemande.

Kesselring va définir la situation de la bataille autour du mont en tenant une coupe de vin d’Asti en présence de ses officiers : « Les Anglo-Américains et leurs alliés français occupent le fond de ce verre. Et nous, nous sommes assis sur le bord ! »

Les Alliés engagent à l’origine 1 division blindée et 6 divisions d’infanterie, puis par la suite 3 divisions blindées, et 13 divisions d’infanterie, soit 300 000 hommes. Les Allemands ont au début, quant à eux, 4 divisions de Panzers et 5 divisions d’infanterie, auxquelles s’ajoutent par la suite 1 division de Panzergrenadiere et 5 divisions d’infanterie, soit 100 000 hommes. Il faut quatre opérations aux Alliés pour qu’ils parviennent à s’emparer du Mont Cassin et de son monastère, seule voie pour prendre Rome. La hauteur sur laquelle se trouve le monastère (435 mètres) est la clef du dispositif défensif allemand. Elle surplombe la ville de Cassino, ainsi que la route nationale, et domine les vallées du Rapido et du Liri. Durant trois mois, le général Von Senger und Etterlin renforce ses défenses. Le 14ème Panzerkorps et des bataillons d’élite de parachutistes et d’infanterie sont chargés de sa défense.

Au début du mois de janvier, les Alliés lancent une succession de raids de 3 000 bombardiers, contre les voies de communication allemandes. Le 15 janvier 1944, le 2ème corps américain du général Keyes prend le mont Trocchio avec le soutien du Corps Expéditionnaire français (CEF). Cette unité française, composée essentiellement de troupes de l’armée d’Afrique et commandée par le général Alphonse Juin, est en effet engagée sur le front d’Italie aux côtés des Américains depuis le mois de décembre 1943.

Le 17 janvier 1944 commence la première bataille de Cassino. Initialement, le plan prévoyait que le CEF opère une attaque de diversion visant à déborder Cassino par la montagne, au nord-est, en atteignant Attina par le mont San Croce et le Carella ; tandis que le 2ème corps américain, avec une partie de la 1ère division de chars, marche sur les villes de Cassino et de Sant’Angelo, et que le 10ème corps britannique progresse vers Minturno. Toutes ces opérations doivent préparer l’opération Shingle, qui consiste en un débarquement à Anzio-Nettuno, prévu pour le 22 janvier 1944, sur les arrières du flanc droit de la ligne Gustav. Lors de la première phase des opérations, le 10ème corps britannique du général McCreery parvient à franchir le fleuve Garigliano, près de son embouchure. Il arrive le 19 janvier près de Castelforte. À partir du 20 janvier, les Allemands lancent des contre-attaques qui sont repoussées au bout de 12 jours. Dans une seconde phase, le 2e corps américain du général Keyes lance la 36e division contre Sant’Angelo, appuyée par la 34ème division qui attaque Cassino. La tentative de franchissement du fleuve Rapido par la 36ème division échoue toutefois le 20 janvier 1944. La 34e division réussit presque à prendre Cassino et le monastère : ils arrivent à 300 mètres seulement de l’objectif. Lorsque la 4e division indienne vient relever les Américains, la division ne compte plus que 840 hommes sur les 3 200 au début de l’attaque.

Au début du mois de février, les Allemands ont reconquis la majeure partie du terrain perdu. Le 6 février 1944, la 36e division américaine est relevée par la 2ème division néo-zélandaise. Les troupes débarquées à Anzio sont, quant à elles, immobilisées par les forces allemandes.

De son côté, si le CEF n’a pu s’emparer du mont San Croce et du Carella, faute de réserves, il a enregistré de nombreux succès sur un terrain escarpé particulièrement difficile : la prise de La Selva, de la Costa San Pietro (1 450 mètres d’altitude), d’Acquafondata et de la Monna Casale (dont les deux sommets jumeaux culminent à 1 220 et 1 225 mètres) ont constitué souvent autant d’exploits sportifs que militaires. En deux mois, la 2e DIM puis la 3e division d’infanterie algérienne (3e DIA), appuyées par deux groupements de tabors marocains (GTM), ont obtenu des résultats significatifs : une avance de plus de 15 kilomètres à certains endroits en pays montagneux, la capture de 1 200 prisonniers, la mise hors de combat d’une division allemande en entier. Au cours de l’offensive de janvier 1944, les tirailleurs nord-africains ont été les seuls à menacer sérieusement la ligne Gustav, réussissant même à la rompre au Belvédère lors de l’incroyable assaut du 4e régiment de tirailleurs tunisiens (4e RTT) ! Mais ces opérations sur le flanc nord-est de Cassino ne constituent pas la priorité de l’Etat-Major anglo-américain, qui persiste à vouloir enfoncer le verrou du mont Cassin par une attaque frontale.

Du 15 au 18 février 1944 se déroule ainsi la seconde bataille du mont Cassin. La 4e division indienne et la 2e division néo-zélandaise se préparent à prendre d’assaut le mont Cassin, en passant par la crête de la Tête de Serpent, et à également s’emparer de la gare du chemin de fer. Le 15 février 1944, le commandement allié ordonne le bombardement du monastère du mont Cassin. 224 appareils larguent 420 tonnes de bombes qui rasent le monastère : les Alliés pensaient que des observateurs allemands se trouvaient sur les toits, ce qui était faux. La destruction du monastère permet toutefois aux Allemands d’en faire une véritable forteresse. L’attaque terrestre est donnée le 16 février. Les Néo-Zélandais prennent la gare du mont Cassin, mais doivent peu après s’en retirer. Le 17 février, la 78e division britannique se joint au corps néo-zélandais, mais le lendemain, l’opération est suspendue. Le mauvais temps neutralise les mouvements durant 3 semaines. Du 14 au 22 mars, la bataille reprend. Freyberg attaque en direction du sud, le long des deux rives du fleuve Rapido, après des bombardements intensifs. Les Alliés veulent s’emparer de la ville du mont Cassin, mais après 6 jours de combat, le corps néo-zélandais est obligé de se retirer. La situation s’enlise et la propagande allemande s’en donne à cœur joie : sur les murs de l’Europe occupée une affiche compare l’avancée des armées alliées en Italie à celle d’un escargot !

Le succès de la manoeuvre française de débordement au sud de Cassino (bataille du Garigliano, mai 1944)

Au printemps 1944, les Alliés opèrent un repositionnement de leurs unités en vue de leur nouvelle offensive. La VIIIe armée Britannique et le Corps Expéditionnaire français sont ainsi redéployés en secret. L’offensive alliée qui se prépare s’appuie sur les plans audacieux du général Juin, qui a réussi à imposer ses vues à l’état-major anglo-américain. Juin veut éviter toute nouvelle attaque frontale contre Cassino, dont les défenses ont été encore renforcées et d’où les troupes allemandes d’élite paraissent impossibles à déloger. C’est au contraire par la montagne, là où l’ennemi ne s’y attend pas, qu’il faut porter l’effort principal : à travers les monts Aurunci (ou Aurunces), au sud-ouest de Cassino, considérés comme « impénétrables aux armées », selon les Allemands. Ce plan doit permettre de couper les positions arrières de l’ennemi, enveloppant ainsi toute la ligne Gustav. Pour Juin, seul le CEF est capable de mener à bien cette opération, grâce à l’aptitude au combat en montagne des tirailleurs et des goumiers, ainsi que leurs Trains muletiers. Parallèlement, le plan prévoit une attaque du 2e corps polonais contre le monastère par le nord, tandis que le 13e corps britannique doit franchir le fleuve Rapido pour couper la route nationale et isoler la ville. Le 2e corps américain étant, quant à lui, chargé d’attaquer les lignes allemandes au sud des positions françaises.

Tout en acceptant ce plan, Anglais et Américains doutent néanmoins que les Français puissent réussir à accomplir la manoeuvre de débordement qui permettrait d’ouvrir enfin les portes de Rome. Côté allemand, la date et les objectifs de cette offensive restent un mystère comme en témoigne l’envoi de leurs réserves vers Anzio, où ils prévoient une tentative de percée des Alliés. Une autre inconnue inquiète l’état-major allemand : « Savoir où et dans quelle mesure le CEF, avec ses divisions entraînées à la montagne et ses féroces combattants marocains, serait engagé ? »

L’opération de rupture de la ligne Gustav est initialement confiée à la 2e division d’infanterie marocaine (2e DIM), " le bélier du CEF " selon l’expression de Juin, qui doit s’emparer pour cette mission des monts Faito et Majo (ou Maio). L’offensive générale des Alliés se déclenche le soir du 11 mai 1944, à 23 h, sur l’ensemble du front italien. Une intense préparation d’artillerie de 2 000 canons précède l’attaque. Mais dans le secteur de la 2e DIM ce bombardement n’arrose que les crêtes, sans détruire le dispositif de défense allemand (blockhaus, barbelés, mines...), qui sillonne les pentes que doivent gravir les tirailleurs marocains avant de pouvoir s’emparer des sommets. Pire, dans les autres secteurs d’attaque du CEF, comme celui de la 4e division marocaine de montagne (4e DMM), aucune préparation d’artillerie n’a lieu. Cet assaut va s’avérer redoutable ! Les régiments de la 2e DIM se lancent ainsi à l’attaque dans une nuit noire... et rouge du sang des tirailleurs marocains, au cours de combats souvent confus et très meurtriers. Durant cette nuit apocalyptique, le courage des soldats marocains n’a eu d’égal que la témérité de leurs officiers mais la ligne Gustav tient toujours. Juin décide la reprise de l’offensive pour la nuit suivante, après une préparation d’artillerie plus importante et mieux ciblée. Très tôt dans la matinée du 13 mai, c’est la ruée des tirailleurs marocains sur les positions allemandes, ravagées par le " rouleau de feu " des canons français, qui finissent par céder. La prise du mont Majo par les troupes marocaines de la 2e DIM est saluée par un drapeau français de 30 m2 hissé à son sommet (940 mètres) et visible à des kilomètres à la ronde, par les troupes du CEF comme par les Allemands.

L’exploitation est maintenant possible vers les monts Aurunci puis, plus à l’ouest, les monts Lepini. C’est la 4e DMM et les trois GTM, formant le corps de montagne du CEF, qui s’en chargent dès le 14 mai, à « un train d’enfer ». « Les Français avancent si rapidement, que les communiqués ne peuvent suivre leur rythme », rapporte un journaliste américain. On assiste en effet à une véritable furia francese, qui suscite l’admiration de tous les Alliés. Une expression fait même son apparition pour évoquer la progression du CEF dans les monts Aurunci et Lepini : « Les Français ont goumisé leur route à travers la montagne » ! De nouveaux sommets s’inscrivent au " palmarès " des combattants marocains, tels le mont Fammera (1 175 mètres) et le mont Revole (1 307 mètres).

Parallèlement, le 4e régiment de spahis marocains (4e RSM) incorporé temporairement à la 3e DIA œuvre à la prise de Castelforte, qui ouvre la route d’Ausonia dans la vallée de l’Ausente ; ce qui permet de déboucher sur la vallée du Liri, au sud-ouest de Cassino, derrière les lignes allemandes. De son côté, le 3e régiment de spahis marocains (3e RSM), mis provisoirement à la disposition de la 1ère division de la France libre (1ère DFL), participe au mouvement général de cette division qui s’engage dans la haute vallée du Liri via San Apollinare, en débordant également Cassino par le sud.

Tandis qu’une attaque aérienne détruit le quartier général de la Xe armée allemande, l’avancée irrésistible du CEF, tant en montagne que dans les vallées, rompt donc le dispositif défensif allemand de la ligne Gustav et facilite la progression des Britanniques et des Américains. Ces derniers atteignent ainsi rapidement Spigno. Le 17 mai 1944, Kesselring ordonne à ses troupes de laisser Cassin de côté, de crainte de se voir enveloppé par la manœuvre française. Le même jour, la route nationale est coupée par le 13e corps, et les Polonais lancent l’assaut sur le monastère, qui tombe le 18. Les Alliés ont perdu environ 115 000 hommes (tués et blessés), et les Allemands 60 000. Quelques jours plus tard, Kesselring note dans son rapport quotidien : « Spécialement remarquable est la grande aptitude tout terrain des troupes marocaines, qui franchissent même les terrains réputés impraticables, avec leurs armes lourdes chargées sur des mulets, et qui essaient toujours de déborder nos positions par des manœuvres et de percer par derrière ».

Le 20 mai, les Allemands - qui battent en retraite - voient leur situation s’aggraver : le 23 la percée des troupes alliées les encercle dans Anzio. Le 26 mai, spahis et tirailleurs marocains s’emparent de la ville de Pastena, tandis que la 3e DIA occupe la localité de San Giovanni, après une lutte très violente et le plus grand combat de chars de la campagne d’Italie, au cours duquel se sont illustrés les tankistes français. La bataille du Garigliano est terminée, l’ensemble des monts Aurunci est alors aux mains de l’armée française, qui a réussi où ses alliés avaient échoué durant des mois : faire sauter le verrou de Cassino et ouvrir la route de Rome ! Le 4 juin 1944, la capitale italienne est libérée. Le colonel allemand Böhmler, l’un des défenseurs acharnés de Cassino, confie dans ses mémoires : « La grande surprise fut l’attitude au combat du Corps Expéditionnaire français. C’est Juin qui, en s’emparant du mont Majo et en faisant irruption dans la vallée du Liri, a réduit en miettes la porte de Rome ».

Après la libération de Rome, les Alliés continuent leur avancée en direction du nord de l’Italie avant de s’embourber de nouveau, au cours de l’automne 1944, face à une nouvelle ligne de défense allemande, la ligne Ghotic, au nord du fleuve Arno. Auparavant, plusieurs de leurs unités, dont celles du CEF, sont retirées d’Italie durant l’été pour participer à l’opération Anvil : le débarquement allié qui se prépare en Provence, programmé le 15 août 1944. Celui-ci constitue le deuxième acte de la priorité stratégique anglo-américaine définie en 1943 pour le front Ouest, après le débarquement du 6 juin 1944. Malgrè l’intensité des combats pour s’emparer de Cassino, le courage et les sacrifices des troupes alliées engagées dans cette bataille, les exploits de l’armée française permettant une libération de Rome fort prometteuse, la campagne d’Italie reste donc reléguée à un rôle secondaire : « L’une des tragédies de la campagne d’Italie fut que le triomphe des armées alliées coïncida avec le début du débarquement en Normandie ». (général W.G.F. Jackson, officier d’Etat-Major du général Alexander)

Les crimes de guerre imputés au CEF durant la campagne d’Italie (1943-1944)

Le Corps Expéditionnaire français, dirigé par le général Alphonse Juin, constitué notamment de soldats marocains, algériens, tunisiens et sénégalais des colonies françaises, se rendit coupable de crimes de guerre au cours de cette campagne, dans les environs de la région de la Ciociara. Destruction de villages, vols et violences, mais surtout viols de masse (et assassinats de ceux qui essayaient de les défendre) se multiplient autour du Monte Cassino. Les chiffres varient entre 700 et 2000 femmes violées, et environ 800 morts. C’est de ce triste épisode que vient l’expression populaire italienne « marocchinare » qui signifie violer.Ces crimes n’ont toutefois pas été ordonnés ou approuvés par les chefs politiques ou militaires alliés, à commencer par Juin lui-même .

Ces évènements servent de toile à un roman d’Alberto Moravia (La Ciociara), ainsi qu’au film de Vittorio de Sica, La Paysanne aux pieds nus.

Si les faits évoqués ci-dessus sont avérés, il convient cependant d’y apporter des précisions et quelques nuances. Le texte qui suit est extrait de l’ouvrage "Ana ! Frères d’armes marocains dans les deux guerres mondiales", il s’appuye en grande partie sur les travaux de recherche menés par Jean-Christophe NOTIN, auteur d’un livre de référence sur la participation française à la campagne d’Italie, qui a étudié notamment des archives inédites sur la question des exactions commises par le CEF :

« (...) Face aux problèmes de ravitaillement qui ont affecté le CEF depuis son arrivée en Italie, il est certain que les tirailleurs et les goumiers n’ont pas hésité à faire appel au " système D ". Celui-ci les a poussé à « vivre sur le pays » et à commettre des actes dommageables. Mais le plus souvent, ils se sont contentés de récupérer du bétail et des vivres abandonnés par les civils fuyant les combats. Au cours de la campagne d’Italie, la ponction des troupes du CEF ne semble pas dépasser les 50 000 moutons. En comparaison, chez les troupes allemandes, ce chiffre atteint près d’un million et demi d’ovins ! Avec l’amélioration du ravitaillement à partir du mois de juin 1944, les vols de bétail diminuent d’ailleurs fortement au sein du CEF.

Concernant les violences physiques et surtout les viols imputés aux soldats nord-africains, ces rumeurs se font l’écho de cas avérés et forts regrettables, mais qui restent très minoritaires au sein du CEF. Sans que cela ne les excuse, ces exactions ne constituent pas le triste apanage de l’armée française en Italie et s’observent malheureusement dans toutes les armées du monde qui se retrouvent sur un territoire étranger en temps de guerre, même lorsqu’il s’agit de libérateurs. Comme en témoignent les cas de viols attribués aux soldats américains en Europe, en 1944 et 1945.

Comment expliquer alors la véritable diabolisation dont font l’objet les combattants nord-africains et plus spécifiquement marocains, dès leur arrivée en Italie ? Il semble que les autorités italiennes et alliées ont souvent attribué à ces soldats la responsabilité d’exactions sans preuve ; les auteurs de la majorité de ces crimes restant inconnus. Les Maghrébins sont devenus ainsi des bouc émissaires bien pratiques, sorte de coupables passe-partout.

Cette situation est due en partie à une intense propagande d’horizons divers. Citons notamment celle des autorités italiennes qui cherchent à atténuer l’humiliation de la défaite et salir le retour triomphal des troupes françaises sur leur sol. Evoquons aussi le rôle essentiel de la propagande allemande, dont la diabolisation des Marocains, en particulier, permet de dissuader la désertion ou la reddition des soldats de la Wehrmacht et de camoufler leurs propres crimes contre les civils italiens.

Le général Guillaume reconnaît dans ses mémoires que ; « sans doute, des violences ont été commises, inévitables dans la guerre », en précisant cependant qu’elles ont été « le fait d’hommes appartenant aux services, souvent recrutés dans les bas-fonds des ports, et non pas des combattants de première ligne ». La discipline très stricte au sein des unités françaises du CEF ne tolère d’ailleurs que peu d’écarts. Pierre Lyautey, capitaine de goums l’évoque dans ses souvenirs : « Chez nous, la discipline est terrible. Tout flagrant délit est immédiatement puni. L’officier a le droit de faire fusiller sur-le-champ, sans attendre les arrêts du tribunal militaire. »

De fait, des cas d’exécution immédiate au sein des unités du CEF sont rapportés. Leur nombre peu élevé, difficile à fixer précisément, s’ajoute aux 360 soldats jugés par les tribunaux militaires français en Italie pour des exactions commises contre des civils italiens, entre 1943 et 1945. On est en tout cas très loin des chiffres fantaisistes qui vont circuler après la guerre en Italie, accusant les troupes du CEF d’avoir perpétré des dizaines de milliers de viols. (...) »

source wikipedia

Commentaires

1 Message

  • Bataille de Monte Cassino 11 mars 2012 18:21, par Kad

    Bonsoir

    Mon père a été bléssé le 23 mars 1944 à CERRETO, je voulais savoir si c’est dans la même bataille du Monte cassino. Il a perdu son bras droit au cours de cette bataille.

    repondre message

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?

Vous inscrire sur ce site

L'espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


Retour en haut de page

Qui sommes nous ? - Du coté technique - Nous contacter
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Développement de sites internet de qualité / YLMedia - Infographie - Site web sur mesure
Passionnés de voyages, l'agence des beaux voyages - Sites internet médicaux - ovh