Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La victoire du système stalinien

Années 1930

, par

Le culte de Staline

1929 marque le cinquantième anniversaire de Staline, et surtout le début de son culte. Staline a pour fonction de rassurer la population désorientée : il obtient le statut de guide suprême, qui ne se trompe pas et protège des ennemis. Il est alors le dirigeant qui ne se trompe jamais, qui ne commet pas d’erreur : les erreurs ne sont réalisées que par ceux qui exécutent les ordres.
Staline contrôlant totalement le pays, le parti et le gouvernement et même les vieux bolcheviks à l’issue des grandes purges, - les vieux bolcheviks sont éliminés en 1939, du dix-huitième congrès du parti - toute résistance a été brisée après les grandes purges et il ne reste désormais plus que vingt pourcents des vieux bolcheviks. Ces derniers représentaient encore quatre vingt pourcents, ayant une position majoritaire, avant les purges en 1934.voir l’article La Terreur stalinienne

Les républiques soviétiques : autonomes ?

En 1936, une nouvelle constitution remplace celle de 1934, car la société soviétique est devenue socialiste. La nouvelle constitution est qualifiée comme la « plus démocratique du monde ». La fédération de Russie, l’URSS étant un état fédéral, compte onze membres ; elle en comptabilisera quatre de plus après la Seconde Guerre mondiale. Après les grandes purges, elle ne comprend ni la Moldavie, ni les états baltes, ni cinq républiques d’Asie centrale qui seront ralliées par la suite. Ces républiques deviennent autonomes au niveau culturelle : les droits des différentes nationalités sont reconnus, la langue et les traditions sont acceptées, mais les républiques n’ont cependant que peu d’autonomie politique. En effet, cela représenterait un danger pour le pouvoir, car l’autonomie politique est susceptible de mener au nationalisme. D’ailleurs, on commence à démasquer les nationalistes bourgeois.

URSS : retour à une vision impériale et patriotique

Des déportations de minorités nationales sont entreprises avant la Seconde Guerre mondiale, notamment les Polonais, les Allemands et les Coréens. Les religions, également, sont persécutées jusqu’à la fin des années 1930. Dès ces années-là, le peuple russe est vivement mis en avant malgré la vision impériale et patriotique dont il hérite. En effet, selon le même principe qu’à l’époque impériale, plus les minorités sont culturellement proches des Russes et importantes économiquement, plus les répressions sont fortes. L’Ukraine, par exemple, est importante du point de vue économique, et l’URSS a peur d’un centre, d’une volonté d’éloignement de l’Ukraine dès les années 1930. Ainsi, le rôle de la langue russe est rapidement mis en avant.

Naissance d’un sentiment anti-étranger

Avec ce retour de l’impérialisme, on réhabilite l’Etat russe fort, en particulier Alexandre Nevski. [1] Face à la menace extérieure durant les années 1930, une forme de sentiment anti-étranger se renforce, distinguant le « nous » des « autres » ; cela touche tous les citoyens soviétiques perçus comme étrangers dans les frontières. Les minorités nationales, essentiellement polonaise et allemande, sont arrêtées à la frontière de l’Ukraine. A l’autre extrémité du pays, la population d’origine coréenne vers Vladivostok est déplacée vers l’Ouzbékistan. Par peur du Japon, les Coréens ont fui la domination japonaise sur la Corée dès 1812. En témoigne la famille de Tsoï, icône du rock soviétique dans les années 1980 avec le groupe Kino, qui était une famille coréenne déportée au Kazakhstan, en Asie centrale. Tsoï, lui, est né à Leningrad.

La Religion en URSS

Mais si la culture nationale reste autorisée, ainsi que certains types de culture nationale quand elles ne menacent pas le pouvoir, la religion n’est cependant pas acceptée : elle subit une répression très forte jusqu’à la fin des années 1930. La majorité des prêtres de l’Eglise orthodoxe sont arrêtés et déportés, ou bien exécutés. Les églises sont fermées, et cela concerne également les mosquées, la religion musulmane étant elle aussi attaquée.

Un côté conservateur

La société des années 1930 se montre très conservatrice : en véritable retour en arrière, elle renforce l’image de la famille traditionnelle, l’avortement devient à nouveau illégal et les divorces difficiles. La famille traditionnelle redevient le pilier de l’ordre socialiste, avec l’idée sous-jacente de lutter contre la baisse démographique. En avril 1934 est rétablie la peine de mort pour les mineurs, à savoir les moins de dix-huit ans. Une année avant, l’homosexualité devenait un délit punissable. On rétablit également la discipline dans les écoles et les femmes sont très peu au sein du parti communiste.
Le conservatisme se retrouve également dans la littérature et l’art : c’est la fin des avant-gardes. Le féminisme est d’ailleurs écrasé car il ne correspond pas à la tradition. Néanmoins, les femmes ne cessent pas de travailler, mais c’est parce qu’elles ont une double charge : elles cumulent le travail à l’usine ainsi que celui à la maison. Si elles continuent leur profession, c’est parce que le pays a besoin de toutes les forces de travail. Le rôle des femmes se révèle ainsi très important.


[1voir l’article La Rous sous le joug mongol

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.