Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

L’industrialisation et la collectivisation de l’URSS

, par

La victoire de Staline lors du quinzième congrès du Parti sonne le début du système stalinien, à savoir les plans quinquennaux ainsi que la collectivisation de l’URSS.

Premier plan quinquennal

Le premier plan quinquennal, qui s’applique donc sur cinq ans, vise à faire de l’URSS un grand pays industriel, et se penche également sur le processus de collectivisation. La fin des années 1920 sonne le début du système d’une agriculture collective : il s’agit du grand tournant de 1928, perçu parfois comme plus important que l’année 1917, car le mode de vie entier du monde paysan a changé brutalement créant un vaste bouleversement social qui a touché toute la société soviétique. Ce changement se produit un an après que l’Etat commence à collecter considérablement moins que l’année précédente. Là naît une hostilité du côté de la paysannerie à l’égard du commerce avec l’Etat, qui propose des prix trop bas aux paysans, alors que les produits industriels ont un prix trop élevé pour ces derniers. Mais ce qui effraie le plus le pouvoir soviétique est la stagnation d’une société essentiellement paysanne, incapable de financer l’effort d’industrialisation du pays. C’est donc en octobre 1928 que le premier plan quinquennal est adopté par la commission d’état pour une planification économique.

Le développement du matériel industriel

La majorité des investissements industriels du premier plan est l’industrie lourde. Son but étant de développer cette dernière, il fait construire en URSS des machines agricoles, aéronautique, chimiques, etc. C’est pendant ces années que sont construites la plupart des usines et qu’émergent des complexes industriels Le processus de collectivisation reste brutal dans les campagnes où les bouleversements du mode de vie sont les plus spectaculaires. En effet, l’URSS était encore un pays agraire en 1928 dans lequel la population rurale représentait plus de quatre-vingt pourcents.

Une Russie de fer

Par cette industrialisation, le pouvoir souhaite manifestement transformer cette Russie soviétique et paysanne en une Russie de fer, ou de métal : il s’agit de rendre industrialisé un pays encore majoritairement agricole. Cette transformation est mise en place rapidement et de façon brutale, mais surtout sans prendre en compte les capacités ni le sentiment de la population.

Des fermes collectives

Des fermes collectives sont créées dans le but de contrôler les productions des paysans. Seulement, l’Etat paie aux fermes collectives seulement la moitié du prix demandé aux consommateurs pour leur vendre les mêmes aliments.

Résistance paysanne et répression

Ces fermes collectives, et surtout cette façon de faire de l’Etat, provoquent une résistance très forte de la part des paysans. Mais cette insurrection entraîne inévitablement une offensive en guise de réponse de la part du pouvoir contre l’agriculture individuelle. Cette offensive accélère encore davantage le processus de collectivisation.

Kolkhozes vs Sovkhozes

Dans les années 1920, presque 70 pourcents de terres cultivées en URSS le sont par des kolkhozes : il s’agit de coopératives agricoles soumises au contrôle de l’Etat, où les propriétés appartiennent à l’ensemble des membres. Il reste encore un peu plus de vingt pourcents d’agriculteurs individuels, tandis qu’il n’y a que dix pourcents de sovkhozes : ce sont de grandes fermes ressemblant à des usines agricoles et appartenant à l’Etat soviétique. Ainsi, les agriculteurs sont des ouvriers salariés.

La collectivisation dans l’Union soviétique

Pour ce pourcentage important de kolkhozes, la collectivisation est très brutale : les communistes dévoués au pouvoir sont réunis et forment des brigades d’ouvriers ou d’étudiants envoyés dans les villages pour les organiser. Ces brigades sont ensuite renforcées et soutenues par l’armée, ainsi que la police, qui force les paysans à entrer dans des fermes collectives. Les brigades se heurtent à une résistance importante. Finalement, les kolkhozes passent sous le contrôle de l’Etat.
A l’issue du premier plan quinquennal, en 1932, de nombreux ménages rejoignent les kolkhozes. Dans les années 1930, il ne reste plus que vint pourcent d’agriculteurs individuels. Il s’agit là d’une rupture massive : en effet, la NEP [1] avait permis le développement d’une agriculture individuelle, désormais complètement détruite par la collectivisation. Mais il se trouve qu’il était plus facile de l’introduire là ou l’activité communautaire était la plus répandue. Dès lors, les travailleurs agissent de manière militaire.


[1NEP : nouvelle politique économique. Créée en 1921, elle offre davantage de liberté aux paysans en passant par une libéralisation économique.

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.