Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Les réformes de Pierre le Grand

, par

Lors de son règne, Pierre le Grand chamboule la Russie en imposant de nombreuses modifications à la société… et plus particulièrement à l’Eglise.

Réformes ecclésiastiques

Après l’affaiblissement très fort de l’Eglise avec la mort en 1700 du patriarche Adrien qui était opposé aux réformes, Pierre affirme son envie de changement. Le siège reste vide pendant près de vingt ans, jusqu’à ce qu’un métropolite, partisan des réformes, puisse exercer sous le règne de Pierre. Mais il ne s’agit même plus d’un patriarcat, car en 1721, Pierre change le règlement ecclésiastique en réorganisant l’Eglise orthodoxe : le patriarcat est remplacé par le Saint-Synode, qui restera jusqu’en 1917. Ainsi, jusqu’à la révolution, il n’y aura plus de patriarche. Mais c’est à dessein, car cela permet à Pierre d’avoir le contrôle absolu sur l’Eglise sans que l’Etat, qu’il considère pourtant au-dessus de lui, n’aie son mot à dire. La puissance religieuse, elle, est réduite à néant.
Cependant, Pierre ne montre aucune hostilité contre la religion, pas même les vieux-croyants qui, eux, détestent ses réformes au plus haut point jusqu’à considérer Pierre comme l’Antéchrist [1]. C’est cette haine qui pousse le tsar à leur imposer des impôts supplémentaires.

Réformes militaires

Comme le règne de Pierre est scandé par d’innombrables guerres, il lui paraît urgent de remédier à l’organisation militaire. Une fois la conscription universelle instaurée, l’obligation de servir se voit renforcée. C’est notamment durant la guerre du Nord [2] que l’armée a besoin d’un maximum de soldats. Si auparavant il n’y avait que les Streltsy [3], il existe désormais les régiments d’infanterie, de cavalerie, de la garde, qui sont les partisans de Pierre. La marine russe est créée suite à l’instauration d’une flotte. A la mort de Pierre, l’armée comptera plus de 200’000 hommes, ainsi que des milliers de Cosaques.

Réforme de la société

En 1714, la noblesse est particulièrement touchée par les réformes du tsar : elle doit servir toute la vie depuis l’âge de seize ans. De plus, les domaines des aristocrates sont inaliénables et héréditaires. En 1718, Pierre instaure la capitation (подушная подать) : il s’agit d’un impôt par tête, à savoir par le nombre de membre de la famille, et non pas par foyer. Les impôts augmentent donc pour les serfs, les paysans et les citadins. Quatre ans plus tard, le tsar établit une table des rangs (Табель о рангах) qui durera jusqu’à la révolution en 1917 : il s’agit d’une hiérarchisation pour les militaires et les civils et, désormais, chacun peut acquérir un titre de noblesse même en naissant roturier car il suffit de grader dans l’armée… mais également si l’empereur octroie des titres de noblesse à ceux qui lui rendent un service important. Evidemment, cela agace les nobles de père en fils.

Réformes administratives

Au niveau du gouvernement central, la Douma des boyards est supprimée en 1711 au profit d’un Sénat dirigé par un procureur général. En 1718 : les prikazy [4] sont transformés en collèges. Cela concerne les dépenses de l’Etat, ses revenus, les contrôles financiers, la marine, les affaires étrangères, le commerce, la guerre, etc.
Du côté de l’administration locale, les municipalités sont réorganisées afin de mieux gérer les revenus de l’Etat. En 1708, la Russie est morcelée en huit gouvernements, à savoir : Moscou, Saint-Pétersbourg, Kiev, Smolensk, Kazan, Azov, Arkhangelsk et la Sibérie. Ces gouvernements sont eux-mêmes divisés en provinces. Les Voevody se chargent de leur administration.

Alexis et la résistance aux réformes

Bien qu’elles soient imposées par le souverain, toutes ces réformes suscitent chez la plupart du mécontentement ainsi que des révoltes. Les Vieux-Croyants, en particulier, s’insurgent contre le pouvoir, mais également les Bachkirs, les Streltsy [5], les Cosaques comme Boulavine, ou encore Astrakhan. Mais c’est surtout à proximité du tsar que les réticences se font le plus ressentir : sa mère, Nathalie, trouve qu’il va trop loin. Mais c’est surtout l’avis de sa femme, profondément conservatrice et qui va finir au couvent sur ordre de Pierre. Mais le pire pour le tsar, c’est la position de son fils Alexis : ce dernier se trouve du côté des opposants.
La personnalité du fils est l’opposé de celle de son père : il est doux, passif, lent, religieux, et Pierre le Grand voudrait tant qu’il œuvre pour les réformes jusqu’à le menacer de ne pas avoir accès au trône. Pourtant l’espoir des opposants, Alexis prend la décision de renoncer à ses droits et fuit en Autriche en 1716. Mais le tsar a soif de vengeance : il réclame les noms des complices et parvient à faire arrêter son fils avant de le condamner à mort. Il n’y a pourtant aucun complot. De plus, le procès d’Alexis fait comprendre à la population russe que Pierre mettait un point d’honneur à ce que l’Etat soit supérieur à tout.
Après Ivan le terrible, c’est au tour de Pierre le Grand de tuer son fils… à dessein. Pierre est devenu le véritable bourreau de son propre fils en l’ayant torturé et tué.

Une rupture radicale avec le passé

Les réformes de Pierre le Grand visent à manifester la rupture avec le passé dans un pays qui devient un empire. Ce sont principalement les paysans qui les paient, très cher, car les impôts augmentent brusquement. Un exemple d’impôt connu reste celui sur les barbes, instauré en 1704 : comme Pierre désirait se rapprocher de la culture occidentale, il a demandé aux hommes de renoncer à leurs barbes sous la forme d’un décret, et ceux qui y tenaient les ont payées. Mais ces réformes n’ont pas toujours survécu au règne de Pierre le Grand.


Sources : RIAZANOVSKY, Nicholas, Histoire de la Russie des origines à 1996, Paris, Laffont, 1999.
AMACHER, Korine, La Russie, 1598-1917 : révoltes et mouvements révolutionnaires, Infolio, 2011


[1voir l’article Le Raskol

[2voir l’article La guerre du Nord

[3Streltsy : corps militaire russe, qui a la même profession que la population en temps de paix. Ils représentent un danger pour le tsar.

[4Prikazy : des bureaux, secrétariats moscovites.

[5voir l’article Pierre le Grand

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.