Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Roger Faulques

, par

Roger Faulques, né le 14 décembre 1924 et décédé le 6 novembre 2011 (à 86 ans) à Nice, est un militaire français, Chef de bataillon issu de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, officier parachutiste de la Légion étrangère.

Roger Faulques est maquisard en 1944 et prend part aux derniers combats de la Seconde Guerre mondiale au sein de la 1re Armée, alors caporal il est cité et reçoit la Croix de guerre à l’âge de 20 ans. Remarqué pour son ardeur au combat et son sens du commandement, il est désigné pour l’École spéciale militaire de Saint-Cyr qui facilite largement ses conditions de recrutement pour palier au manque d’officiers dans l’armée française à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 1946 il est promu Sous-Lieutenant et est affecté sur sa demande, à la Légion Etrangère au 3e REI (3e Régiment Etranger d’Infanterie ).

Lieutenant, il sert en Indochine au 1er BEP (Bataillon étranger de parachutistes) et participe à tous les combats de cette unité jusqu’à son premier anéantissement en octobre 1950. Le 26 février 1948, commandant un groupe de légionnaires, il tombe dans une embuscade sur la route coloniale no 3. Ayant perdu la moitié de ses légionnaires il mène un combat au corps à corps lorsqu’il voit ses deux pieds ouverts par une balle de mitrailleuse. Ses légionnaires le récupèrent alors in extremis et l’éloignent de l’avant de la ligne de feu. Rapatrié vers la métropole pour graves blessures de guerre, il se trouve alors à 23 ans, Chevalier de la légion d’honneur, et titulaire de cinq citations.

Rétablit il participe aux combats sur la RC4 (Route Coloniale no 4), c’est alors que lui est confié le commandement du Peloton des élèves gradés du 1er BEP qui verra près de 80% de son effectif disparaître lors de l’opération d’évacuation de Cao Bang en septembre et octobre 1950. Grièvement blessé à quatre reprises lors de cette bataille (l’épaule droite fracassée par balle, la poitrine ouverte par une rafale, le coude gauche et le fémur droit brisés par balles), il gît sur le terrain et est laissé pour mort durant 3 jours. Ayant survécu il est fait prisonnier par les troupes du Viêtminh qui, le jugeant condamné, décident de le rendre, avec d’autres blessés graves, aux autorités françaises. Un colonel de l’armée du Viêtminh le félicite alors pour son courage. Cité à l’ordre de l’armée il est fait Officier de la Légion d’Honneur pour services exceptionnels de guerre et se voit de nouveau rapatrié vers la France. Ses blessures lui imposent de séjourner durant plusieurs années à l’hôpital militaire du Val-de-grâce pour se rétablir.

Terminant la guerre d’Indochine avec 6 blessures et 8 citations, Roger Faulques sert ensuite en Algérie au sein du 1er REP, en particulier comme officier de renseignement de ce régiment, lors de la bataille d’Alger. Il assume la torture pratiquée en Algérie, et se vante d’avoir notamment questionner Henri Alleg, auteur plus tard de La Question. Faulques obtient des résultats de guerre exceptionnels, personnellement artisan du démantèlement de plusieurs réseaux du FLN. Mis en disponibilité pour apporter un soutien à la rébellion katangaise dans l’ancien Congo belge, il ne participe pas au putsch d’avril 1961, comme beaucoup le prétendent.

Ayant quitté l’armée, il entame une carrière de mercenaire, aux côtés de son ami Bob Denard, au Yémen d’août 1963 à la fin 1964, pour le compte du MI6 (services secrets britanniques), puis au Biafra pour le compte du gouvernement français. Selon David Smiley dans Arabian Assignment (page 156), les mercenaires français et belges alternent au début des années 1960 entre les théâtres yéménites et congolais car au Congo ils ont femmes et alcool à volonté mais sont rarement payés, tandis qu’au Yémen ils sont rémunérés mais privés de femmes et d’alcool.

Faulques a servi de modèle à certains personnages des romans de Jean Lartéguy, Les Centurions, Les Prétoriens et Les Chimères Noires, The Siege of Jadotville.

Décorations

Grand Officier de la Légion d’honneur (Décret du 16 avril 2004 . Commandeur du 19 juillet 1960)
Croix de guerre 1939-1945 avec 1 citation ( une étoile de bronze )
Croix de guerre des TOE avec 8 citations (5 palmes de bronze-2 étoiles d’argent-une étoile de bronze) (Indochine)
Croix de la Valeur militaire avec 3 citations ( 2 étoiles de vermeil et une étoile d’argent ) (Algérie)
Croix du combattant
Médaille des blessés militaires avec 6 blessures ( 6 étoiles rouges )
Médaille Coloniale avec agrafe "EXTREME-ORIENT" (Indochine)
Médaille commémorative 1939-1945
Médaille commémorative de la guerre d’Indochine
Médaille commémorative des opérations de Suez
Médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l’ordre en AFN (Algérie)

Décorations étrangères

Officier de l’ordre du Million d’éléphant
Officier du Mérite Civil Thai
Mérite Militaire Thai
Croix de la Vaillance avec 1 citation ( une étoile de bronze ) ( Indochine)

Surnom "L’homme aux milles vies"
Naissance 14 décembre 1924
Décès 6 novembre 2011 (à 86 ans)
Nice
Allégeance France Armée française
Arme Légion Etrangère
Grade Chef de Bataillon (Commandant)
Années de service 1944 – 1964
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d’Indochine
Guerre d’Algérie
Faits d’armes Bataille de la RC4
Distinctions Grand-Officier de la Légion d’Honneur


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.