Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

La Tour de Constance

, par

Durant deux siècles de répression contre les huguenots en France, les lois despotiques du Roi-Soleil connaissent des mouvements d’insurrection de la part des persécutés pour revendiquer leurs droits. Si les soulèvements armés sont rapidement réprimés, une forme de résistance plus passive de la part des femmes réformées a marqué l’histoire du Protestantisme français. Les huguenotes refusant d’abjurer face aux soldats du roi sont emprisonnées à la Tour de Constance, dans laquelle elles sont condamnées à demeurer si elles refusent de se convertir. Pourtant, la plupart résistent à la tentation de céder. Marie Durand, la prisonnière la plus connue, y est restée pendant trente-huit ans.

Qui vécut là ? - Des prisonnières
Qui mettaient Dieu devant le roi.
Là, jadis, des femmes, des mères,
Moururent pour garder la foi. [1]

La Tour de Constance et ses prisonnières

Alors que les hommes sont condamnés aux galères, et les pasteurs clandestins au bûcher, les femmes bravant les interdits du Roi de France sont enfermées dans la Tour de Constance située à Aigues-Mortes. L’origine du nom de la tour reste inconnue, mais on suppose qu’elle fut érigée aux temps des Romains. Bordant la mer, elle était un point de départ des croisades. Après la révocation de l’Edit de Nantes en 1685, les protestants n’ont plus le droit d’exercer leur religion et sont dans l’obligation de se convertir. Ceux qui s’y opposent sont menacés, oppressés, forcés à abjurer. Des assemblées secrètes continuent néanmoins de se former, et c’est lors de leur découverte que de nombreux huguenots sont sévèrement châtiés. Dès 1692, la Tour accueille hommes et femmes. Les premières sont emprisonnées au rez-de-chaussée, tandis que les seconds sont enfermés au premier étage. Après la sanglante guerre des camisards au début du XVIIIe siècle, il n’y reste que des femmes. Si certaines cèdent et abjure, d’autres refusent de se soumettre, et se soutiennent parmi.

Leur seul crime était d’être allées,
La nuit par un sentier couvert,
Joindre leur voix aux assemblées
Qui priaient Dieu dans le désert. [2]

Ces femmes, inlassablement, chantent des cantiques, et font résonner leurs voix unies entre les murs qui les retiennent prisonnières. Autorisées quelquefois à accéder à l’extérieur en montant au sommet de la Tour, elles reprennent une bouffée d’air sur la terrasse, face à la mer d’où partent les galères, avant de retourner à l’intérieur. C’est à proximité de villages protestants qui connurent des mouvements de révolte de la part d’huguenots insoumis, que la Tour se situe. Les détenues restent cloîtrées durant des années, et même des dizaines d’années, à résister à la tentation d’abjurer. En effet, il leur suffirait de se convertir et de signer pour être libérées. Pourtant, certaines y passeront leur vie. En 1768, quatorze femmes y sont prisonnières quand le nouveau gouverneur du Languedoc décide de leur accorde la liberté.

Ah jamais ces murailles grises
Ne rediront ce qu’on souffert
Ces paysannes, ces marquises,
Ces nobles filles du désert ! [3]

Marie Durand : prisonnière emblématique

Marie Durand, arrêtée et enfermée à l’âge de dix-neuf ans, n’est sortie de la Tour qu’à l’âge de cinquante-sept ans. Sœur du pasteur Pierre Durand, Marie se destine à épouser Matthieu Serres quand des soldats du roi viennent l’arrêter chez elle. Son frère, qui présidait une assemblée clandestine, est parvenu à s’enfuir et est activement recherché par les autorités de la région. Afin qu’il se rende, les soldats arrêtent un à un les membres de sa famille. Tandis que son mari est emmené au fort de Brescou, Marie Durand s’apprête à passer trente huit années de sa vie dans la Tour de Constance, de 1730 à 1768. Elle est la prisonnière la plus connue par la ténacité de sa foi. L’inscription « Register », gravée dans une pierre de la Tour, lui est attribuée.

Mais dans leur foi puisant un baume,
D’une voix tremblante de pleurs,
Ensemble elles chantaient un psaume...
Les cœurs brisés sont les grands cœurs. [4]


Sources : DANIEL, Benoit, Marie Durand, prisonnière à la tour de Constance de 1730 à 1768, Edipro. 2008
DANCLOS, Anne, Marie Durand et les prisonnières d’Aigues-Mortes, Fernand Lanore, 2004
« Les Prisonnières De La Tour De Constance » in Un lieu un histoire
La Tour de Constance, Aigues-Mortes (30)
Le musée du Désert, Mialet (30)
image : https://www.museeprotestant.org/notice/jeanne-lombard-1865-1945/


[1“La complainte des prisonnières de la tour de Constance”

[2Ibidem

[3Ibidem

[4Ibidem

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.