Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

L’inquisition en Suisse

, par

L’inquisition suisse, dont le siège se trouvait à Lausanne, étendait sa domination jusqu’aux territoires de Fribourg et de Neuchâtel. Là-bas, l’influence du Malleus Maleficarum (le marteau des sorcières) était particulièrement forte, et eut des répercussions sur le nombre de femmes brûlées pour sorcellerie.

La chasse aux sorcières eut des conséquences importantes en Suisse : un à un, les cantons helvétiques blanchissent leurs dernières sorcières exécutées il y a près de trois cent ans.
L’époque moderne succède à des catastrophes telles que la peste, et cherche des responsables à ses malheurs. La répression contre la sorcellerie débute dans les années 1420 en Suisse romande, et notamment dans le canton du Valais, où l’inquisition condamne déjà les hérétiques. Le culte du diable, autrement dit le Sabbat, commence à faire parler de lui dans les Alpes au début du quinzième siècle.
Dès lors, on pourchasse tout danger pour la société chrétienne, on guette des sectes alliées au diable ainsi que des magiciens et autres individus pourvus de pouvoirs surnaturels : « On sait bien comment se manifeste l’activité de notre propre nature : dans l’immoralité, l’impureté et le vice, le culte des idoles et la magie. Les gens se haïssent les uns les autres, se querellent et sont jaloux, ils sont dominés par la colère et la rivalité. Ils se divisent en partis et en groupe opposés. » [1] Voici ce que redoute la société chrétienne.
L’arrivée du protestantisme n’apaise pas les esprits : la lutte contre l’influence du diable ici-bas continue de plus belle. Michel Servet, accusé d’hérésie, finit sur le bûcher en 1553. Un climat de terreur règne alors sur Genève jusqu’à la mort de Calvin. Genève fut certainement la ville la plus touchée par l’inquisition et celle à laquelle y mit un terme plus rapidement. Michée Chauderon fut exécutée en 1652.


Sources : FERRERO, Monique, Requiem pour une sorcière : Michée Chauderon, Saint- Gingolph (France) : Cabédita, 2000
MAXWELL-STUART, Peter G., La sorcellerie et son histoire, trad. de l’anglais par Anne Boudrot, Saint-Cyr-sur-Loire : A. Sutton, 2005
BROYE, Christian, La sorcellerie à Genève : répression, déclin et survivances à l’époque moderne, Genève, 1989
Image : https://www.rts.ch/decouverte/monde-et-societe/histoire/sorcellerie/


[1Épître aux Galates, 5 : 19-20

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.