Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Calvin et la prédestination

, par

Réformateur français né à Noyon, Calvin est l’auteur de L’Institution de la religion chrétienne, traité dans lequel il expose les préceptes de la Réforme, revenant sur les dires de Luther, son prédécesseur et instigateur de la Réforme protestante en Allemagne.

Johann Calvin

Jean Calvin naît à Noyon en 1509, dans une famille catholique. Il a la possibilité de faire des études et il fréquente dans sa jeunesse des cercles luthériens qui le pousseront plus tard à répandre le protestantisme. En 1536, alors que les guerres de religions règnent déjà en France notamment suite à l’ « Affaires des placards », Calvin va à Genève et y rencontre Guillaume Farel qui le menace de rester pour convertir les Genevois, ce qu’il n’a pas su faire. Calvin reste donc en Suisse et impose les doctrines sévères du calvinisme, telles que le port d’habits noirs, l’absence de bijoux et l’abstention de fêtes. Deux ans plus tard, les Genevois le chassent, ainsi que Guillaume Farel, lassés de toutes ses contraintes très strictes. Calvin s’en va à Strasbourg où il épouse Idelette de Bure, une veuve de qui il acceptera les enfants comme les siens. Trois années plus tard, les Genevois réclament à nouveau Calvin.

La notion de prédestination

Selon les préceptes du protestantisme, le salut de l’âme ne dépend pas des bonnes et mauvaises actions accomplies durant la vie. Le salut vient de la conviction de l’existence de Dieu. Cependant, Calvin va plus loin en affirmant qu’il ne suffit pas de croire pour accéder à la vie éternelle. En effet, la notion de prédestination traduit l’idée que certains Hommes sur terre sont destinés à obtenir le salut de l’âme, avant même leur naissance, tandis que le paradis reste vain pour les autres : les non prédestinés. Il publie De la prédestination éternelle de Dieu en 1552, en réponse aux indulgences dont faisait référence Luther, ainsi qu’à toute autre forme de paiement pour accéder à la vie éternelle, pratiques catholiques qu’il condamne farouchement. Pour lui et tous les calvinistes, le salut de l’âme est assuré « gratuitement » par la foi sincère des croyants : sola fide (par la foi seule).


Sources : Musée International de la Réforme, Genève
COTTIN, Jérôme, Jean Calvin et la modernité de Dieu,
Image : Corinne Vonaesch, Calvin l’ami de Dieu : http://c-vonaesch.ch/galerie/albums/calvin-lami-de-dieu-1/content/3-1/

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.