Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Joffre et Verdun

, par

Nommé Maréchal à l’issue de la bataille de Verdun, Joffre (1852-1931) eut un rôle majeur dans la Première Guerre mondiale. Alors qu’en 1914, les Français se souviennent de lui comme le vainqueur de la bataille de la Marne et le sauveur de Paris, il régit les généraux deux ans plus tard en tant que commandant en chef des armées françaises. Mais l’année 1916 est marquée par la bataille de Verdun, bien connue pour avoir été la plus meurtrière entre 1914 et 1918.

Février 1916, Joffre a soixante-quatre ans. Il est général et commandant en chef à l’aube de la bataille de Verdun. Quand arrive la menace de la plus grande offensive allemande, Joffre ignore les avertissements qu’il reçoit, jugeant plus important la bataille de la Somme, sa priorité. Il ne réagit qu’après que la tempête a retardé l’offensive des Allemands, et fait venir du renfort. A partir de ce moment, toutes les permissions sont suspendues afin d’avoir un maximum de soldats en premières lignes.
Dès le 21 février 1916, Joffre ordonne que tout chef donnant un ordre de retraite soit traduit en conseil de guerre. Il est prêt à sacrifier de nombreux hommes pour tenir, et surtout pour sauver la route de Paris. Il affirmait dès la bataille de la Marne : « Une troupe qui ne peut plus avancer devra coûte que coûte garder le terrain conquis et se faire tuer sur place plutôt que de reculer. »
Philippe Pétain, que Joffre nomme pour défendre Verdun et qu’il rejoint à Souilly le 10 mars 1916, réclame de plus en plus d’hommes et de moyens pour résister aux ennemis, mais Joffre supporte de moins en moins ces demandes constantes. C’est la raison pour laquelle il l’envoie à la tête des armes du centre et l’éloigne ainsi de lui. Le 1er mai 1916, Robert Nivelle remplace Pétain sur la demande de Joffre. Il réclame moins d’hommes, mais juge tout aussi important que son prédécesseur une artillerie de qualité, et en grande quantité.
Le 22 juin, les Anglais et les Français se préparent à attaquer sur la Somme : les bombardements entraînent de nombreux morts du côté des Anglais, chez qui les indigènes de leurs colonies ont combattu. Mais éternel partisan de « l’offensive à tout prix », Joffre se voit contesté par ses supérieurs. Cela fait plus de deux ans que le pays est meurtri par les offensives répétées et les gains de terrain aussitôt perdus. En décembre 1916, Clemenceau refuse de laisser les soldats se faire laminer de la sorte : Nivelle devient le nouveau commandant en chef, successeur de Joffre, pendant que ce dernier est nommé Maréchal de France.


SOURCE : documentaire Apocalypse, Verdun, d’Isabelle Clarke et Daniel Costelle, 2016
Rémy Porte, Joffre, Paris, Perrin, 2016
L’Histoire en citations : https://www.histoire-en-citations.fr/
image : https://www.thefamouspeople.com/profiles/joseph-joffre-3362.php

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.