Publicité

Publicité
Publicité

Site collaboratif, dédié à l'histoire. Les mythes, les personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Ivan le Terrible

, par

Centralisation, annexions, expansion sont le règne d’Ivan le Terrible, premier prince moscovite couronné tsar qui incarne la figure du tyran. Si la période du stalinisme est la seule à ne pas le considérer comme tel, il fut un tsar despotique, animé par la folie et une cruauté sans limite.

L’impérialisme russe

L’impérialisme russe débute avec le règne d’Ivan le terrible entre 1533 et 1584. Son règne est le plus important dans l’histoire de la Russie. Alors que celui d’Ivan III marque la fin des apanages, Ivan le terrible symbolise le triomphe de l’absolutisme moscovite. C’est lui qui a transformé la petite Moscovie en grande puissance et qui est devenu le prototype du tyran, à savoir le monarque souverain indépendant qui abuse de son pouvoir autocratique et arbitraire.

L’enfance d’Ivan IV

Né en 1530 à Moscou, Ivan IV a trois ans lorsqu’il succède à Basile III, son père, qui meurt en 1533. C’est la mère d’Ivan, Elena Glinskaïa, qui va régner jusqu’à sa mort. Dès lors, les boyards - les aristocrates russes - règnent à sa place et luttent entre eux, notamment entre les clans Chouiski et Bielski. Mais surtout, ils maltraitent le jeune Ivan. S’ils le respectent en public, ils ne dénigrent violemment en privé. Ivan IV grandit dans une atmosphère de violence et de meurtre avant d’accéder réellement au trône à l’âge de seize ans. Grand-prince de Moscou, il a dans le cœur une vengeance à assouvir.

Les débuts du règne : 1547-1560

Ivan IV épouse en 1547 Anastasia Romanovna. Cette même année, il est officiellement le premier tsar. Et tel Caesar, il souhaite s’étendre et conquérir.
En 1549, après avoir inauguré le Conseil choisi réunissant le métropolite, le prêtre et un de ses conseillers afin d’améliorer le gouvernement, Ivan convoque un zemski sobor : il s’agit d’une assemblée des états où se présentent différents ordres. Un an plus tard, c’est un nouveau code de loi qui fait son apparition sous le nom de Soudebnik. Le dernier remontait à plus de cinquante ans en arrière. En 1551 a lieu le concile des Cent Chapitres, qui rassemble toutes les personnalités religieuses importantes en Russie dans une période où l’Eglise va peu à peu perdre de son prestige au bénéfice de l’Etat. Cette réunion précise le statut de l’Eglise et sa place vis-à-vis de l’Etat.

Les strelsty

En 1556 a lieu la réforme de l’armée avec le développement des premiers éléments d’une armée régulière qu’Ivan recrutera parmi les citadins. Les strelsty, équivalent des mousquetaires, forment l’embryon de la future armée russe, celle qui sera concentrée autour du tsar et financée par une pression fiscale sur les paysans et l’Eglise. Ceci constitue une réforme militaire importante, car c’est le début d’une guerre pour la Moscovie : cette dernière est exposée aux raids des Tatares et cela relève de coûts importants pour la défense des frontières. Ainsi commence l’offensive russe pour la défense du khanat de Kazan.

Annexion des khanats (1552-1565)

Les khanats, royaumes qui sont en réalité des ruines de la Horde d’or affaiblie avec le temps, entretiennent des relations conflictuelles avec Moscou. Pourtant, celui de Kazan, le plus proche de la capitale, collabore et entretient avec la capitale des relations de clientèle. Certains partisans de la Moscovie vivent au sein du khanat. C’est lors d’une offensive sur les ordres d’Ivan que Kazan, en 1552, est annexé. En 1565 c’est au tour du khanat d’Astrakhan. Seul reste celui de Crimée, qui est soutenu et protégé par l’Empire ottoman. A la fin de l’Empire mongol, les Tatars de Crimée se sont retournés contre leurs origines. Affaiblie, la Horde d’or s’est retrouvée morcelée et de là sont issus ces trois états indépendants de la Moscovie.

La population musulmane

Si les règnes précédents héritaient des territoires qui leur appartenaient, ce n’est désormais plus le cas avec l’annexion de terres étrangères et de populations de confession musulmane. La Moscovie montre un désir d’impérialisme à vouloir s’emparer de territoires n’ayant jamais appartenu à la Rous. L’Europe est visée, ainsi que ses richesses.
La Rous qui, durant des siècles fut soumise aux Tatares, retourne la situation par ses conquêtes multiples de la même violence que les Mongols et les mosquées se transforment vite en églises.

La guerre de Livonie (1555)

Des relations commerciales ainsi que diplomatiques sont établies avec l’Angleterre en 1555, qui se feront via le port d’Arkhandelsk dès 1584. Outre ces relations, la Moscovie est fermée à l’ouest et, par conséquent, très isolée.
En 1558, Moscou vainc les attaques de la part des Tatars de Crimée. La même année, la guerre de Livonie est déclarée. La Livonie est une ville fondée par Iaroslav le sage. Cette attaque de la part de la Moscovie souligne le début d’acquisitions de territoires non russes. Trois ans après le début du conflit, la Livonie se soumet à la Lituanie, puis à la Pologne : le vassal du roi de Pologne est le dernier dirigeant de Livonie.
La Moscovie se retrouve alors seule contre la Pologne, la Lituanie et la Suède. C’est la raison pour laquelle, de 1582 et 1583, la Moscovie doit renoncer à ses terres conquises. La guerre de Livonie se révèle donc un échec après vingt-cinq ans d’affrontements. Néanmoins, en 1563, les Russes marquent une victoire contre les Lituaniens : en effet, la Moscovie cherche à briser la frontière Pologne-Lituanie.

La mort d’Anastasia Romanovna (1560)

Mariés le 7 février 1547 au Kremlin de Moscou, Ivan IV et Anastasia Romanovna ont eu six enfants dont trois sont morts en bas âge, et l’un qui règnera par la suite entre 1584 et 1598 : Fédor Ier.
En 1560, alors âgée de 32 ans, Anastasia Romanovna meurt après une longue agonie. Ivan, détruit, est persuadé qu’elle est morte empoisonnée. Il fait alors emprisonner ou mettre à mort tous les boyards qu’il croit coupables. Il a encore en tête le décès de sa mère lorsqu’il avait trois ans et qu’il soupçonne d’avoir été elle aussi empoisonnée, afin que ses assassins aient accès à son pouvoir.
Suite à cette méfiance exacerbée, certains boyards tels qu’Andrei Kourbski, un proche d’Ivan, ne se sentent plus en sécurité et fuient en Lituanie. Il existe des traces historiques d’échange de lettres entre Andrei Kourbski et Ivan, dans lesquelles ce dernier explique qu’il exige l’obéissance totale de la part des boyards. Cette correspondance nous offre les visions du pouvoir autocratique.

Le départ d’Ivan IV

A la fin de l’année 1564, Ivan quitte Moscou avec des hommes de la cour et se rend dans une petite ville. Il écrit une lettre dans laquelle il dit renoncer au trône, tant il en veut aux boyards et au peuple qui, selon lui, complotent dans son dos. En effet, il se sent envahi et entouré de traîtres qui ne cherchent qu’à lui nuire. Ce n’est pourtant pas un départ sur un coup de tête comme la plupart de ses actions qui suivront. Mais peu de temps après son départ, les boyards et la population de Moscou le supplient de revenir.

L’opritchnina

Un an après être parti, Ivan revient au pouvoir sous deux conditions : la première consiste en la création de l’opritchnina, une institution particulière qui subdivise l’Etat moscovite. Il s’approprie ainsi la moitié du territoire moscovite comme propriété personnelle. Les opritchnini seront chargés de « nettoyer » la terre russe de tout félon qui vivrait dans le royaume. Il exige également le droit de châtier les criminels et les traîtres comme il l’entend - il s’agit d’une conséquence de la première condition. C’est le début d’un règne de terreur totale. Il n’y a, par ailleurs, aucun opposant au tsar.

La tyrannie à l’état pur

Une hostilité exacerbée naît envers ses conseillers et collaborateurs de son caractère despotique. Et ce despotisme augmente avec la réticence des boyards : ces derniers défendent leurs propres intérêts familiaux et c’est du chacun pour soi pour respecter l’honneur familial.

Déséquilibre affectif

La mort de sa femme l’a beaucoup marqué. Malgré les six épouses, elle était la seule à parvenir à le calmer lors de ses excès de fureur. Il s’enfonce dans la paranoïa depuis la perte d’Anastasia Romanovna. Commence son règne de terreur avec des disparitions de familles entières, ainsi qu’un agrandissement constant des cercles de suspects. Il fait preuve d’extrême violence et de cruauté jusqu’à participer aux exécutions et même aux tortures.

Les boyards vengeurs

Il y a ensuite une rupture avec le Conseil choisi : son régime despotique est instauré. Les boyards, réticents à l’absolutisme, ne peuvent pourtant pas contraindre ses plans. En effet, ceux-ci manquent d’organisation ainsi que de solidarité, eux qui se disputent le pouvoir. Le métropolite Philippe sera bientôt tué par le plus célèbre des opritchinki, car il avait fait des reproches quant au système politique du tsar. En outre, les églises sont un lieu de torture pendant l’opritchina. C’est un renversement total de l’image de l’Eglise.
Ivan abolit l’opritchina en 1572, mais l’état Moscovite reste divisé jusqu’en 1575 en deux grandes directions, à savoir la Livonie avec la mer baltique qui empêche l’accès à l’Europe, ainsi que ce qui reste de la Horde d’or : le khanat.

La mort de l’héritier

En 1581, il frappe son fils avec un couteau dans un accès de fureur. Son fils en meurt. Il était l’héritier au trône. C’est un crime passionnel, irréfléchi, comme la plupart de ses actes guidés par ses excès de violence.

La conquête de la Sibérie

En 1572, les Tatars attaquent Moscou, y mettent le feu et s’en vont avec cent milles prisonniers. A ce moment, la Moscovie est en guerre contre la Livonie. De plus, Moscou s’affaiblit : l’opritchina défaille dans le pays épuisé. C’est une fin de règne pessimiste qui compte notamment la mort de l’héritier. C’est pourtant à cette période que la Moscovie conquiert la Sibérie. Des familles de marchands s’en vont au nord, notamment celle des Stroganov, et affrontent les tribus qui bénéficient du soutien du khan. En 1582, les Stroganov envoient une première armée. Au milieu des combats violents, en 1585, Ermak le chef de l’expédition meurt.

La fin d’Ivan le terrible

Ivan le Terrible, le tsar fou, meurt en 1584. On soupçonne sa mort due à un empoisonnement, comme ce fut le cas de son épouse. Son décès met fin à son règne d’expansion et de terreur. Malgré ses actions pathologiques, sa cruauté et sa paranoïa, le règne d’Ivan IV a permis à la Moscovie une grande expansion, ainsi qu’une centralisation importante : il a mis en place un modèle de pouvoir extrême avant que commence le règne de son fils Théodore Ier, l’année de sa mort. Pierre le Grand permettra l’ouverture de la Russie vers l’Europe via la mer Baltique.
La dernière attaque tatare contre Moscou aura lieu en 1591. Le khanat de Crimée, lui, conservera son indépendance du côté de Byzance jusqu’en 1783, année durant laquelle il sera annexé par Catherine II.


Sources : RIAZANOVSKY, Nicholas, Histoire de la Russie des origines à 1996, Paris, Laffont, 1999.
AMACHER, Korine, La Russie, 1598-1917 : révoltes et mouvements révolutionnaires, Infolio, 2011
GONNEAU, Pierre, Ivan le Terrible ou le métier de tyran, Paris, Tallandier, 2015.

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.