Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Une nouveauté : l’ Aluminium

, par

Ceux qui pénétraient dans le palais suivaient rarement l’ordre logique qu’indiquaient les catalogues. S’engageant dans l’une des voies rayonnantes et se rapprochant du centre de la circonférence, ils allaient tout droit à ce qui brillait, aux glaces de Saint-Gobain, aux porcelaines de Sèvres, aux tapis des Gobelins, aux cristaux de Baccarat ou de Bohême. Puis on admirait les surtouts de la maison Christofle et les chefs-d’oeuvre plus discrets de la maison Froment-Meurice. Ce qui méritait le plus d’éveiller l’attention, c’étaient les efforts vers de nouvelles découvertes, vers de nouvelles applications industrielles.
La galerie des machines, la plus extérieure de toutes, celle qui englobait toutes les autres, offrait de nombreux sujets d’observation. A côté des anciens appareils à vapeur commençaient à se montrer d’autres appareils, obéissant à d’autres forces motrices, telles que le gaz ou l’air comprimé. Les machines d’extraction et d’exploitation, destinées aux mines, avaient reçu des perfectionnements proportionnés à l’importance des services que bientôt elles rendraient. Très instructive, très suggestive aussi était l’exposition des chemins de fer. Cette grande industrie des transports, qui tendait à s’emparer du gouvernement de toutes les autres, était alors en pleine évolution. On s’était d’abord contenté d’obtenir la vitesse, et le public, les ingénieurs eux-mêmes, tout ravis de la merveille réalisée, s’étaient un instant arrêtés, comme se reposant sur le succès. Voici qu’on se mettait en quête de nouveaux progrès ; de là, toutes sortes de wagons types qui assureraient la commodité des longs voyages ; de là, toutes sortes d’appareils ou de signaux qui préviendraient les accidents.
Que si, de la galerie des machines, on passait dans la galerie des matières premières, l’aspect était peu engageant et même tout à fait sévère. Un nouveau métal, léger et résistant à la fois, attirait fort la curiosité : c’était l’aluminium. On remarquait aussi les huiles dites de pétrole, alors peu employées, quoique connues depuis assez longtemps.
Les galeries suivantes et, en particulier, celle du vêtement permettaient de suivre le sort de toutes les industries textiles.
L’industrie cotonnière portait encore la trace de la crise qui, de 1861 à 1865, avait pesé sur elle ; de là, en certaines parties de l’Exposition, des produits tout à la fois moins fins et moins solides. L’industrie des soieries traversait, elle aussi, une période un peu difficile. Elle se sentait atteinte par la maladie des vers à soie qui désolait tout le pays cévenol. Elle ne l’était pas moins par les révolutions de la mode. On commençait à reconnaître que ces riches décorations, séantes pour les draperies ou l’ameublement, n’étaient pour la toilette qu’excès prétentieux et perversion du goût. De plus, la crinoline tendait à disparaître. Ce sage retour n’avait pas laissé que de porter aux manufactures lyonnaises un assez rude coup, et, pour le raffinement ou la variété des créations, l’Exposition du Champ-de-Mars eût malaisément supporté la comparaison avec sa devancière.
Une série de galeries était consacrée aux objets à bon marché. Il faut l’avouer, l’aspect général était, au premier abord, celui d’un assez mesquin bazar : en outre, il n’eût pas été malaisé de relever des puérilités, des
maladresses. Mais ces taches s’effaçaient dans le dessein généreux qui avait présidé à l’organisation. Cette exposition trouvait son complément dans les habitations populaires modèles disséminées à travers le parc. Prêchant d’exemple, l’empereur avait voulu concourir pour les maisons ouvrières et s’était rangé lui-même parmi les exposants.
Tout près du centre de la circonférence se développait la galerie dite de l’histoire du travail. C’était un vrai musée rétrospectif.
Avec la galerie de l’histoire du travail, la galerie des beaux-arts occupait le centre du palais. Le choix s’était limité aux oeuvres exécutées depuis le 1er janvier 1855 : aussi cherchait-on en vain les grands maîtres qui avaient illustré les époques précédentes. Même un peu diminuée, l’école française apparaissait encore la première à l’Exposition du Champ-de-Mars, avec Hippolyte Flandrin, mort peu de temps auparavant, puis avec Gérôme, Meissonier, Cabanel, Théodore Rousseau, Corot, Millet, Breton. Dans la sculpture, la supériorité de notre pays se montrait pareillement avec Crauk, Carpeaux, M. Falguière, M. Guillaume.


Le Journal de la France Tallendier 1970 article de Pierre de la Gorce

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.