Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Une Guerre des nerfs

, par

Une Guerre des nerfs

Une guerre des nerfs commence alors. Le sénat se montre vague et inquiétant ; aucune précision n’est donnée sur les exigences romaines, mais les levées de soldats continuent. Quatre légions sont envoyées en Sicile au printemps - 49 sous les ordres des deux consuls Manilius et Censorinus. Une flotte de cinquante quinqué­rèmes se prépare à les suivre. Outre Carthage, Rome craint la puissance montante de Massinissa qui voudrait bien annexer à son profit l’ancien empire carthaginois. En fait, si ses troupes sont prêtes, il manque encore à Rome un point d’appui en Afrique. Elle va le trouver.

Utique, port situé un peu au nord de Carthage, a réussi jusqu’ici à garder sa neutralité dans les conflits, même si elle dépend de sa puissante voisine qu’elle jalouse beaucoup. Voyant les choses mal tourner, elle se donne à Rome et va héberger dès - 149 le quartier général de l’armée d’Afrique.

Pour prendre en considération la soumission de Carthage, le sénat romain exige alors la livraison de 300 otages choisis dans la meilleure jeunesse de la ville. L’embarquement de ces adolescents donne lieu à des scènes déchirantes longuement décrites par Appien. Les mères criant comme des désespérées, s’accrochant aux navires ; quelques-unes se jettent à l’eau et suivent longuement à la nage ces bateaux qui emportent leurs enfants. Puis ce sont tous les armements et machines de guerre qui doivent être livrés. L’obéissance à des instructions futures qui ne peuvent être encore précisées est d’autre part réclamée.

Une députation particulièrement nombreuse, composée de prêtres, de magistrats, d’officiers supérieurs décide d’accompagner jusqu’à Utique cette cargaison d’armes. Les Carthaginois veulent en avoir le coeur net. Quand auront-ils le droit de vivre libres et tranquilles ? Que veut au juste Rome ? Ils sont reçus par Censorinus avec le même cérémonial que pour la délégation précédente. Une estrade construite aux portes de la ville et protégée par une petite barrière permet aux deux consuls de dominer la situation ; le chemin qui y conduit est bordé de chaque côté d’un épais rideau de soldats en armes.


Henriette Ozanne, Denise R. Olson, Jean Watelet - L’Histoire tragique des villes assiégées - Famot (1979)

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.