Publicité

Publicité
Publicité
Supportez HdM en donnant un peu de temps de processeur, ça ne vous coute rien, cliquez sur "Start Mining" pour donner votre accord
Loading...

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Téméraire

, par

Téméraire

Les cent sept vaisseaux de ligne de la classe Téméraire furent construits par la France, entre 1782 et 1813 ; ils constituent la première série de navires de ligne construite selon des plans identiques, leurs éléments étant ainsi interchangeables entre deux navires de la série.

Histoire

Lors de la première moitié du XVIIIe siècle, la marine française mit au point progressivement un nouveau type de navire de ligne du second rang, portant soixante quatorze canons, dont le premier représentant fut le Bourbon. Un grand nombre d’exemplaire fut construits, variant pour les dimensions et quelque peu pour la disposition de l’armement. Celui d’abord constitué de 26 pièces de 36 livres, 28 de 18, 16 de 8 et 4 de 4, se fixa dés le Terrible de 1739, à 28 de 36, 30 de 18 et 16 de 8.

Un certain nombre d’exemplaires furent capturés, en particulier par la Royal Navy, qui après les avoir utilisés, entreprit de construire des modèles similaires. Finalement, ce type de navire devint vite l’ossature de toutes les flottes de combat européennes.

À la sortie de la guerre de Sept Ans, sa flotte décimée, le Royaume de France lance un nouveau programme de constructions navales. Sous l’impulsion du chevalier Jean-Charles de Borda, assisté par l’ingénieur naval Jacques-Noël Sané, les types de bâtiments sont normalisés, grâce à l’établissement de plans à l’échelle 1/48, et les pièces, en particulier la mâture, sont standardisées. Les plan du vaisseau de 74 canons est dressé pour la construction du vaisseau Téméraire, qui devient ainsi le chef de file d’une longue série.

Description

La coque mesure 172 pieds français de long, soit 55,87 mètres, et 44 pieds et 6 pouces de large, soit 14,90 mètres, et présente un creux de 22 pieds au centre, soit 7,26 mètres. Le déplacement est de 2900 tonnes .

La voilure est à trois mâts, gréés carrés, avec trois étages de voiles, à l’avant trois focs et une civadière. Des voiles d’étais, ainsi que des bonnettes peuvent s’y ajouter dans des conditions favorables. La surface est de 2485 m². L’équipage nécessaire pour armer ces navires est de 562 officiers et hommes.

Le bâtiment est à deux ponts, c’est à dire que son artillerie occupe deux ponts complets. Le pont inférieur, le plus proche de la ligne de flottaison, est garni de quatorze canons de 36 livres, sur chaque bord. Ces pièces, longues de 3,274 mètres, pèsent 3520 kg, auxquels s’ajoutent les 900 de son affût, leur service nécessite quinze hommes, elles sont capables d’expédier un boulet plein de 17,62 kg à 3700 mètres, environ toutes les huit minutes. Le pont juste au dessus, est armé par deux rangées de quinze pièces de 18 livres. Ces ponts de batterie sont haut de 1,75 mètres et couvrent presque entièrement la longueur et la largeur du navire, sauf l’extrême arrière qui est dédiée au logements des officiers. Le reste de l’armement est disposé sur la dunette, il est constitué de seize pièces de 8 livres. Par la suite, l’introduction progressive des carronades, va quelque peut faire évoluer la disposition de l’armement. Dés 1788, quatre d’entre elle, de 36 livres, sont ajoutées sur la dunette. En 1808, on augmente leur nombre à dix pour la perte de deux canons de 8. Après la période impériale, on ira encore plus loin, en réarmant certains des navires encore existants, selon deux dispositions, une supprime les quatorze pièces de huit encore présentes, au profit de douze carronades supplémentaires et deux pièces de 12 livres, l’autre encore plus radicale, substitue au pièces de 18, des caronades de 36 et supprime les pièces supérieures. Il est a noter, cependant, que toutes ces dotations en artillerie sont théoriques et maximales, et dans la pratique, en temps de guerre, du fait de la pénurie de canons et de canonniers, les bâtiments étaient souvent moins bien armés.

Suite aux critiques du ministre de la marine Forfait, on lança une série de navires aux dimensions légèrement réduites, long seulement de 169 pieds (53,5 m), large de 44 (14,50 m) et profond de 21 pieds et 3 pouces (7,2 m), l’armement était le même que sur leur grands frères, avec 4 puis 10 caronades, mais ils se révélèrent bien moins bon, la coque étant surchargée.


sources:wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.