Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

T-35 et SU-14

, par


T-35

Type :
char lourd.
Équipage : 11 hommes (pour les modèles portant toutes les tourelles ; sur certains modèles, quelques tourelles, furent enlevées).
Armement (modele de base) : un canon de 76,2 mm ; 2 canons de 45 mm : 6 mitrailleuses 7.62 mm ; une mitrailleuse antiaérienne P-40. (Sur certains modèles ultérieurs, on enleva une partie de l’armement secondaire.)
Blindage :
minimum 10 mm ;
maximum 30 mm.

Dimensions :

longueur : 9,72m ;
largeur : 3,20 m ;
hauteur : 3,43 m.
Poids en ordre de combat : 50 t. (Certains modèles étaient plus légers)
Pression au sol : 0,78 kg/cm2.
Puissance massique10 ch/t.
Moteur : Modèle M-17T V-12 à essence refroidi par eau, développant 507 ch à 2 200 tr/mn.

Performances :

vitesse sur route : 30 km/h ;
autonomie : 150 km ;
obstacle vertical : 1,20 m ;
coupure franche : 3.50 m ;
pente : 20°.
Temps de service : le T-35 fut adopté par l’armée Rouge le 11 août 1933. Sa production se poursuivit jusqu’en 1939.

Au début des années 1930, alors qu’on se livrait en URSS a des études poussées concernant les véhicules de combat blindés, l’état-major de l’armée Rouge opta pour l’utilisation de chars lourds à tourelles multiples, qui seraient groupés en formations de choc pour percer les positions. ennemies. Cela supposait l’emploi d’énormes « Bronenoster » (cuirassés) dotés d’une extraordinaire puissance de feu.

S’inspirant de la conception générale du char britannique A-1 (dont aucun spécimen ne fut acheté), on construisit le prototype du T-35 pesant 37 t Il possédait cinq tou-’ relles : une principale armée d’un canon de 76.2 mm (avec 900 obus),-(deux secondaires placées. en diagonale à l’avant et à l’arrière de la tourelle principale et armées chacune d’un canon de 37 mm, et deux autres petites tourelles placées sur la diagonale opposée à la précédente et armées chacune d’une mitrailleuse de 7,62 mm.
Pour servir cette énorme puissance de feu, il fallait au char un équipage de onze hommes.
Les véhicules de séries ultérieures avaient moins de tourelles et sur quelques-uns, les canons de 37 mm étaient remplacés par des pièces de 45 mm (avec 113 obus chacune). Le modèle final avait un blindage corroyé incliné.

Le T-35 était caractéristique de la famille, prédominante des années 1920 et 1930 des chars lourds à tourelles multiples, considérés comme l’arme d’avenir. Mais au milieu des années 1930, suite à l’apparition de nombreuses armes antichars, il fallut renforcer le blindage des chars lourds.
Comme cette mesure impliquait une augmentation de poids considérable, on ne put l’appliquer aux chars à tourelles multiples. Deux chars expérimentaux, le SMK et le T-100, furent construits avec deux tourelles seulement mais, au même moment apparut le char expérimental KV à une seule tourelle, conçu par Zh. Kotin.

Ces trois véhicules furent essayés lors de la percée de la ligne Mannerheim (guerre finno-soviétique de 1939-40) et c’est le KV qui se montra le plus efficace. Bien que démodé quand l’Allemagne envahit la Russie, le T-35 fut maintenu en service jusqu’à la bataille de Moscou (décembre 1941), où il livra son dernier combat .

Il y eut diverses variantes du T-35, dont environ 60 exemplaires furent construits et livrés aux brigades de chars de la Réserve d’état-major général. Outre des changements dans la disposition du blindage et le nombre des armes, il y eut quelques modifications portant sur le nombre des roues et le type de suspension. Tous les véhicules étaient équipés d’une radio dont l’antenne cadre entourait le sommet de la tourelle principale. Plusieurs affûts d’artillerie furent essayés sur le châssis de ce char et notamment la série du Su-14 lourd, doté d’un armement interchangeable.
Lorsque les derniers T-35 furent finalement déclassés, à la fin de 1941, leurs coques blindées, enlevées de leurs châssis, furent légèrement modifiées pour être fixées sur des plates-formes de chemin de fer qui, tout au long de la guerre, formèrent des unités de trains blindés.


sources / Encyclopedie des blindés ed Elsevier Sequoia 1978

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.