Publicité

Publicité
Publicité
Supportez HdM en donnant un peu de temps de processeur, ça ne vous coute rien, cliquez sur "Start Mining" pour donner votre accord
Loading...

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Ia Drang valley

, par


Le 19 octobre 1965, le général Chu déclencha la campagne de Tau Nguyen en attaquant le camp des Special Forces à Plei Me, à environ 30 km au sud du chef-lieu de province, Pleiku. Le général William Westmoreland, chef de l’assistance militaire américaine au Viêt-nam, ordonna au major général H.W.O. Kinnard d’envoyer sa Ire Div. de Cav. afin d’aider les Sud-Vietnamiens à dégager le camp attaqué et à poursuivre l’ennemi, mais quand la 1 re Bde. de la Div. arriva sur place, les assaillants avaient disparu. Kinnard et ses officiers de renseignements les suspectèrent de s’être retirés dans leur refuge et ils envoyèrent l’Esc. de reconnaissance divisionnaire leur recherche. Se glissant entre les arbres et les ravins, les hélicoptères légers d’observation repérèrent l’ennemi à 10 km à l’ouest d camp ce qui eut pour conséquence la capture d’un hôpital de campagne nord-vietnamien. Au cours de la lutte pour l’hôpital et d’autres raids, les Américains, relativement inexpérimentés, apprirent que les Nord-vietnamiens étaient bien équipés, résolus et adroits. Quand les Américains établissaient un périmètre défensif, les Nord-Vietnamiens parvenaient s’en rapprocher de si, près que les feux défensifs perdaient toute efficacité. Ensuite, il abattaient ou attaquaient les cavaliers médusés à des distances inférieures à 10 m. Ceux -ci cependant firent des progrès rapides et, dans le combat pour l’hôpital, abattirent 78 Nord Vietnamiens et firent 57 prisonniers pour une perte de S tués et de 18 blessés.

Préparation d’une embuscade

Les services de renseignements sud-vietnamien et américain étaient convaincus que gros des forces de Chu était occupé à se refaire à l’ouest, au-delà de la vallée de la rivière Drang vers les monts Chu Pong, du côté vietnamien de la frontière. Cette région avait été un repaire du Viêt-minh, et les forces ami-s’y aventuraient rarement. Le 2 novembre 1965, le ler Esc. du 9e de Cav. atterrit dans une petite zone dégagée qui fut baptisée « Zone débarquement Mary » et dressa une embuscade sur les pentes des collines descendant du massif du Chu Pong vers la la Drang. C’était la première fois que la Div. tentait une embuscade de nuit avec mise -en place par air, embuscade qui devait être exploitée par une Cie. d’Inf. amenée également de nuit. Dans cette opération, le rapport des pertes fut de 150 Nord-Vietnamiens tués contre 4 tués et 25 blessés du côté américain. Les forces de Chu étaient bien dans la région, et la Cav. de l’air, ayant commencé le combat, fit place au gros de la Div. pour le terminer.
Le 9 novembre, les hommes de Chu étaient répartis en deux zones principales : le 32e Régt. nord-vietnamien se trouvait sur la rive nord de la la Drang à proximité du Cambodge tandis que le 66e, principal atout de Chu, et le 33e étaient entre la rivière et les contreforts orientaux du Chu Pong. Le 66° était en belle condition mais le 33e avait perdu le tiers de son effectif de 2 200 hommes au cours des combats pour Plei Me ; aussi s’était-il réorganisé en un Bn. composite, mais un Bn. qui avait presque la taille d’un Régt. Les mortiers de 120 mm de Chu et ses mitrailleuses AA doubles de 14,5 mm se trouvaient encore sur la piste- Hô Chi Minh au Cambodge. En sécurité sur les contreforts rocheux et boisés, Chu se préparait à une nouvelle attaque contre Plei Me.
Les hommes de la 3e Bde. de la 1re Div. de Cav. commandée par le colonel T.W. Brown, étaient à la recherche de la cachette de Chu. Parmi ses Bns. de combat, cette Bde. en comptait deux du fameux 7e de Cav. US. Pour cette raison la Bde. avait adopté la devise du 7e : « Garry Owen », et son esprit. La Bde. commença par fouiller de vastes étendues de la vallée en engageant des escouades et des Sons. pratiquant le système de saturation par patrouilles, mais comme les fouilles à proximité du massif paraissaient pleines de promesses, le lieutenant-colonel H.G. Moore, commandant le ler Bn. du 7e de Cav., décida de rechercher une zone de débarquement où il pourrait poser son Bn. en masse.


Histoire des opérations aéroportées Elsevier 1979

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.