Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Sioux

, par

Sioux

Population actuelle 150 000+ (2005)

Localisation États-Unis, Canada

Langue(s) Anglais, Sioux

Le mot "sioux" désigne :

1. un important groupe linguistique du centre et du sud-est de l’Amérique du Nord. Ce groupe est subdivisé en deux sous-groupes, les Catobas aujourd’hui disparus et les Sioux (qui comportent eux-mêmes d’autres subdivisions) ;

2. un mot d’origine Sauteux qui désigne des tribus Lakota, Nakota et Dakota culturellement très proches. Le mot "sioux" provient de l’expression "nadewisu" qui, dans la langues des Sauteux, signifierait « perfides serpents », mais ce point est incertain et discuté.

Ce terme a été repris par les Français au XVIIe siècle, et ensuite adopté par les Sioux eux-mêmes, mais aujourd’hui ils préfèrent réutiliser leurs noms d’origine en disant je suis lakota, nakota ou dakota. « Nahdossiou » est donc à l’origine un mot péjoratif que les Sauteux utilisèrent pour désigner les peuplades voisines aux Blancs qui s’enquéraient de savoir comment s’appelait cette tribu ; par simplification linguistique il n’en est resté que le mot sioux qui a perdu ce sens péjoratif.

Les Sioux s’appelaient entre eux OCETI SAKOWIN OYATE, « Le Peuple des Sept Feux ». Ce peuple se divisait en trois grands groupes :

* les Tetons ou Lakota (Territoire traditionnel Dakota/Wyoming) qui comprennent :

o Honkepapa ("Ils campent à l’entrée"). Réserve de Standing Rock (Dakotas du Sud et du Nord)

o Oglala ("Ils se dispersent") Réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud)
o Brûlés ("Cuisses brûlées"). Réserve de Rosebud et Réserve de Lower Brule (Dakota du Sud)

o Minneconjou « Mnikwojupi » ("Ils plantent près de l’eau"). Réserve de Cheyenne River (Dakota du Sud)

o Sans-arc ("Sans arc"). Réserve de Cheyenne River (Dakota du Sud)
o Chaudière ("Deux fois bouilli"). Réserve de Cheyenne River (Dakota du Sud)

o Pied-noir ("Pieds noirs" ou Blackfeet Sioux, à ne pas confondre avec le peuple Blackfoot). Réserve de Cheyenne River (Dakota du Sud).

* les Santis ou Dakota (territoire traditionnel Minnesota) qui comprennent :

o Sisseton. Réserve Sisseton-Wahpeton (Dakota du Sud)

o Wahpeton ("Ils habitent sous les feuilles"). Réserve Sisseton-Wahpeton (Dakota du Sud)

o Wahpekute ("Ils chassent sous les feuilles"). Petites réserves du Minnesota

o Mdewakanton ("Ils habitent le lac sacré"). Réserves de Devil’s Lake (Dakota du Nord et de Prior Lake (Minnesota).

* les Yankton ou Nakota (territoire national Dakota) qui comprennent :

o Ankton « Iyanktonwan » ("Ils habitent au bout"). Réserve Yankton (akota du Sud)

o Assiniboine (apparentés aux Yanktons). Réserve de Fort Peck, Réserve de Fort Belknap (Montana) et Réserves en Alberta (Canada)

o Stoney (apparentés aux Yankton). Réserves en Alberta

o Yanktonnais « Iyanktonwanna » ("Les petits Yankton"). Réserve de Fort Peck (Montana).

Contacts avec les Européens

.

Les Français furent les premiers Européens à rencontrer les Sioux, sur la façade occidentale du lac Supérieur, dans les États actuels du Minnesota et du Wisconsin. Les Sauteux, leurs ennemis, les surnommaient Nadowessioux, « les petites vipères », dénomination désobligeante que les Français, alliés des Objiwas, reprirent en l’abrégeant. En fait, les Sioux se nommaient dans leur langue Oceti Sakowin, « le Conseil des Sept feux », en référence à leurs sept divisions politiques. À l’époque des premiers contacts avec les Français, dans les années 1670-1680, les Sioux étaient sédentarisés en gros villages ; ils alternaient la culture du maïs, la cueillette du riz sauvage et la chasse aux bisons, présents alors dans les clairières du Haut-Mississippi. Au cours du XVIIIe siècle, les bandes sioux, probablement chassées par les conflits alors endémiques autour des Grands Lacs et le développement des épidémies qui décimaient les tribus voisines, commencèrent leur migration vers l’Ouest. Ce mouvement au-delà du Mississippi était également motivé par l’abondance du bison et par l’apparition du cheval, venu des plaines du Sud, où les Indiens l’avaient adopté lorsqu’il était apparu avec l’arrivée des Espagnols, au XVIe siècle.

Au cours du XVIIIe siècle, les tribus sioux se constituèrent un véritable « empire » dans l’Ouest en repoussant les Corbeaux (Crows en français en France) vers les Montagnes Rocheuses, et les Panis sur la rivière Platte. Ils apparaissent dans les récits pour la première fois en 1650 dans la région des lacs Milles et Leech à proximité du Mississippi, dans le Minnesota. Les frontières de leur nouveau territoire étant à un jour de marche du lac Supérieur. Sous la pression des tribus Sauxteux (parmi les premiers à obtenir des armes à feu), ils se déplacèrent a nouveau plus à l’ouest, poussant devant eux les Cheyennes, les Omahas, les Corbeaux et d’autres tribus plus petites. Ils envahirent rapidement tout l’ouest et le sud-ouest du pays après l’acquisition de chevaux et de fusils.

Vers 1750, ils traversèrent le Mississippi et envahirent les Collines noires. L’expédition Lewis et Clark, au début du XIXe siècle, permit aux Américains d’approfondir leurs connaissances sur les Sioux. À l’arrivée des colons américains dans les Grandes Plaines, dans les années 1830-1840, les Sioux occupaient ainsi un vaste territoire qui s’étendait depuis le Missouri jusqu’aux monts de la Little Bighorn (les actuels États du Dakota du Nord et du Dakota du Sud), ainsi que sur une partie du Wyoming et du Nebraska. Dans cette conquête, la Confédération sioux s’est alliée avec les Arapahos et les Cheyennes ; cette union, qui perdura tout au long du XIXe siècle, faisait des Sioux la puissance militaire la plus imposante des Plaines du Nord.

Noms de lieux dérivés

Deux États des États-Unis, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud portent le nom de la tribu Dakota. Deux autres États ont des noms d’origine sioux : le Minnesota (mni ("eau") et sota ("brumeux/fumeux, pas clair") et le Nebraska dont le nom provient d’un langage proche du Santee, dans lequel mni et blaska ("plat") font référence à la rivière Platte (nom français). Les États du Kansas, de l’Iowa et du Missouri portent les noms de tribus cousines des Sioux, respectivement les Kansa, les Iowa et les Missouri, tout comme les villes Omaha dans le Nebraska et Ponca City dans l’Oklahoma. Ces noms démontrent la large dispersion des peuples sioux dans le Midwest

Plusieurs municipalités du Midwest utilisent le mot sioux dans leur nom : Sioux City et Sioux Center (Iowa) et Sioux Falls (Dakota du Sud) ainsi que les rivières Little Sioux dans l’Iowa et Big Sioux sur la frontière entre l’Iowa et le Dakota du Sud.

Plusieurs villes de moindre importance ainsi que d’autres entités géographiques des Plaines du Nord portent des noms d’origine sioux ou des traductions de noms sioux comme Wasta, Owanka, Oacoma, Hot Springs (Minnelusa), Minnehaha County, Belle Fourche (Mniwasta, ou "Bonne eau"), Inyan Kara etc.


Source : Wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.