Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Sa politique étrangère

, par

Depuis la naissance de Louis XIV, la France a continuellement été en guerre contre l’Espagne et plus généralement contre l’hégémonie des Habsbourg en Europe. Elle participe directement au dernier tiers de ce qu’on a appelé ensuite la guerre de Trente Ans conclue en 1648 par les traités de Westphalie. La France doit ensuite gérer des conflits intérieurs liés à la Fronde menés par le Prince de Condé mais dont l’Espagne est le principal soutien.

Louis XIV, le guerrier

Le 23 juin 1658 à Dunkerque, les Français récemment alliés aux Anglais (gouvernés à l’époque par Lord Oliver Cromwell) remportent une victoire importante contre Condé et l’Espagne lors de la bataille des Dunes. Ce fut une des premières grandes victoires du jeune Louis qui n’a que 20 ans à l’époque.

Louis XIV a consacré 32 années sur 54 à faire la guerre. Le roi laisse Colbert gouverner et avec l’aide de Michel Le Tellier puis du Marquis de Louvois, il réorganise l’armée : unification des soldes, création de l’Hôtel des Invalides en 1670, réforme du recrutement. Cette nouvelle impulsion politique limite la désertion et augmente le niveau de vie de la gente militaire. Il demande à Vauban de construire une ceinture de fortifications autour du territoire (politique du pré carré). Il dispose alors d’une armée de 300 000 hommes et, pour renforcer le pouvoir de la France dans le monde, engage le royaume dans une multitude de guerres et batailles :

* de 1667 à 1668, la guerre de Dévolution ;
* de 1672 à 1678, la guerre de Hollande qui se conclut par le fameux Traité de Nimègue ;
* de 1688 à 1697, la guerre de la ligue d’Augsbourg (également appelée guerre de Neuf Ans) ;
* de 1701 à 1713, la guerre de Succession d’Espagne.

Ces guerres agrandissent considérablement le territoire français. Sous le règne de Louis XIV, la France conquiert la Haute-Alsace, Metz, Toul, Verdun , le Roussillon, l’Artois, la Flandre française, Cambrai, la Franche-Comté, la Sarre, le Hainaut et la Basse-Alsace. Ces acquisitions consacrent l’hégémonie française en Europe et ceux qui, comme le doge de Gênes, se risquent à défier le roi ne tardent pas à en payer les conséquences.

Cependant, l’état de guerre permanent mène l’État au bord de la banqueroute, le forçant à lever de lourds impôts sur le peuple, mais aussi sur la noblesse (impôts de la Capitation, du Dixième). Même la famille royale doit payer des impôts. Sous Louis XIV, la noblesse devient courtisane et soumise. Le roi accorde le pouvoir politique à des bourgeois, Colbert en est le meilleur exemple. Louis XIV ne donne que peu d’initiatives politiques à la noblesse, dont il se méfie. Son successeur, Louis XV, ne poursuivit pas cette politique.

Au début de son règne l’autre grande puissance en Europe est l’Espagne. En 1715, c’est le Royaume-Uni, et en particulier l’Angleterre, qui est devenu le concurrent le plus redoutable

La Marine

A la mort de Mazarin, en 1661, la Marine royale, ses ports et ses arsenaux sont en piteux état. Seule une dizaine de vaisseaux de ligne est en état de fonctionnement correct. À la même période, la marine anglaise comptait 157 vaisseaux (dont la moitié sont des vaisseaux importants, embarquant de 30 à 100 canons), soit un rapport de 1 à 8 avec la marine française. Les flottes de la république des Provinces-Unies en comportent 84. Contrairement à une idée très répandue, Louis XIV s’intéressa personnellement et contribua avec Colbert à l’essor de la marine de guerre française. Dès 1662, il crée le corps des galères, qui a l’avantage de constituer une flotte à la fois militaire et commerciale. Il préside une fois par semaine le Conseil de la Marine et suit avec le plus grand soin les détails de la mobilisation des ressources, fixant chaque année l’ampleur des armements, nommant en personne tous les officiers de vaisseau ou encore choisissant le nom de chaque vaisseau fabriqué. Le roi souhaite que son armée de mer devienne aussi puissante et redoutée que son armée de terre, non tant pour combattre que pour disposer plutôt d’un instrument de dissuasion permettant de ne pas combattre. Le 7 mars 1669, il crée le titre de Secrétaire d’État à la Marine et nomme officiellement Colbert comme premier titulaire du poste. Dès lors, Colbert et son fils vont mobiliser des ressources humaines, financières et logistiques sans précédent qui ont permis, pratiquement ex nihilo, de faire de la France une puissance militaire navale de premier rang. L’objectif fixé par Colbert était d’atteindre une flotte de 120 vaisseaux dont 72 d’au moins 50 canons. À sa mort en 1683, la Royale comptait 117 vaisseaux, 1 200 officiers et 53 000 matelots. De 1661 à la mort de Louis XIV en 1715, 381 vaisseaux et frégates furent construits.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.