Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Rudel

Victoires

9 victoires aériennes, 1 vaisseau de guerre, 1 croiseur, 1 destroyer, +de 500 chars, 70 peniches de debarquement, 800 véhicules, 150 positions d’artillerie, 4 trains blindés

Biographie

extrait de la préface - Pilote de Stuka - Pierre Closterman

Rudel fut l’homme le plus décoré de l’armée allemande toute armes confondues le seul recipiendaire des feuilles de chénes en or


Il ya la guerre des soldats, avec ses drames, harnachements de fer, ses mécaniques à tuer, monstrueuses - il y a aussi celle des innocents, avec ses ignobles massacres... d’Oradour à Hambourg, de Buchenwald à la bombe atomique d’Hiroshima.

Et toutes ces tragédies laissent, quand le dernier coup de feu a été tiré ,une lourde équivoque, des rancoeurs justifiées, des attitudes absurdes, des règlements de comptes qui perpétuent les haines...


C’est pour cela que j’ai longuement hésité, je l’avoue, avant d’écrire cette préface.

Puis le bon sens a repris le dessus. Pourquoi refuser ?

Suis-je communiste si j’écris que le MIG-15 est peut-être le meilleur et le plus rapide des chasseurs actuels ?

Suis-je nazi si j’admire la finesse aérodynamique du Messerschmitt 262 ?

La technique, la science, les archives - si elles sont dépouillées de propagande - sont choses imperméables à la rancune. L’homme aussi arraché aux notions de frontière et de langue, décrassé d’idéologies demeure respectable, à l’état pur. Un livre faisant l’apologie des méthodes d’extermination nazies m’écoeurera et je n’aurais aucun scrupule à le faire interdire, mais par contre je me félicite que le récit de Rudel soit offert au lecteur français. Certaines lectures, en effet, grandissent l’homme, l’homme dont la pauvre chair, qu’elle soit couverte de tissu kaki, bleu horizon ou feldgrau, est torturée, l’homme qui au fond du drame bestial d’une lutte de vie ou de mort, retrouve toujours l’étincelle du courage, de la solidarité ou. du dévouement...


" Pilote de’ Stukas " de Rudel m’a passionné, non plus par un aspect émotif, mais en tant que document.

Sur un plan professionnel pur oh ! je les entends déjà ricaner, les imbéciles qui ’ne se sont jamais assis dans un avion, et qui ne comprendront jamais, eux qui se piquent d’être des internationalistes, qu’il puisse y avoir, au-dessus des barbelés des frontières, un respect et une solidarité entre les pilotes Rudel, as de la Luftwaffe, est le plus grand spécialiste actuel de l’aviation tactique. Deux mille missions ; lui donnent,, sans discussion possible, ce titre.

Son ouvrage, simple compte rendu d’opérations, sans littérature inutile, est de ce fait du plus haut intérêt.

L’évolution de l’avion d’assaut -,avion tactique pour reprendre une expression à la mode - de Guadalajara en 1936 à la Corée de 1951, - a transformé l’intervention épisodique de l’aviation sur le champ de bataille, en un corps à corps quotidien avec le blindé ennemi.


Commençant par des missions de soutien en Pologne et au cours de la campagne de France, le Stuka a fini par intervenir directement dans le combat. Et la, nécessité de se maintenir en permanence sur les lignes, donc, d’affronter la chasse adverse, a finalement obligé les techniciens à renoncer à la formule " avion d’assaut pur " pour en venir au chasseur transformé. Et ce n’est pas la guerre de Corée qui viendra démentir cette affirmation.

L’histoire de l’escadre Immelmann que Rudel commandait en fournit le meilleur exemple.

Rudel nous raconte comment le Stuka, Junkers 87, avion à tout faire, robuste mais lent, utilisé comme artillerie lourde à longue portée en transportant des bombes, est devenu un engin spécialisé antichar, par l’adjonction de deux canons de 37 mm accolés aux pantalons du train d’atterrissage.


Puis, plus tard, quand la Luftwaffe, affaiblie, s’est trouvée dans Impossibilité de couvrir les Stukas trop vulnérables par une chasse a priori, l’escadre Immelmann reçu des Focke Wulfs 190 Jabo.

Rudel écrit" Depuis quelques semaines, la plupart de -nos pilotes ont reçu -des Focke Wulfs 190. Je ne suis pas sûr quels apprécient p cette modernisation de l’escadre... Il est vrai que le Focke Wulf, plus maniable et plus rapide que le vieux Junkers 87 a un inconvénient, il encaisse nettement moins bien... "
Rudel essaie plus tard le Focke Wulf 190 D-9 " Long-nez " sur lequel l’officier mécanicien de sa base a installé des freins à main, car avec sa jambe mutilée il ne peut se servir des pédales mais il préfère toujours en revenir à son vieux Junkers 87.

Même quand Hitler lui propose le commandement d’un groupe de cent quatre-vingts chasseurs à réaction pour couvrir l’armée Wenck qui se reconstitue à Hambourg, il refuse, préférant à la rigueur tenter cette opération avec les Ju-87.


Pour le technicien, et pour l’histoire militaire, " Pilote de Stukas " est un livre infiniment précieux. Il découvre, non seulement un nouvel aspect de cette gigantesque bataille de Russie, mais encore I’ ambiance qui régnait dans les sphères du haut commandement allemand.

L’avion de champ dé bataille, flexible, robuste, rustique, comme le Ju-87, se prêtait admirablement à des interventions rapides, localisées, à bout portant presque. Il avait failli au-dessus de l’Angleterre, en août 1940 parce que ses objectifs étaient trop lointains, et ainsi les formations de’ Stukas étaient massacrées en route. Par contre sur un front énorme comme celui de Russie, fluide, l’intervention éclair du Stuka sur des objectifs dont la mobilité empêchait toute défense organisée était prépondérante.

Les deux mille chars détruits par Rudel et son unité donnent non seulement l’échelle des combats sur le front de lEst, mais encore démontrent l’importance primordiale du rôle joué par l’avia-’ tion dans cette campagne.

A la fin de l’année 1944, le front ayant reculé de deux mille kilomètres vers l’ouest, s’était rétréci entre Vienne et Koenigsberg et la masse des chasseurs russes était répartie sur un espace de ciel beaucoup plus restreint. La chasse de la Luftwaffe, qui devait faire face également aux opérations angIo-américaines sur le Rhin, se trouvait dans l’impossibilité de tenir les deux fronts, et par la force des choses - en plus de la nécessité de rationaliser la production d’avions dans les usines écrasées par les bombes - l’escadre Immelmann fut transformée sur Focke Wulf 190.L’efficacité de son action s’en ressentit.

De plus, il n’y avait plus de commandement central de la Luftwaffe

Dans Le Grand Cirque, j’avais écrit " La Luftwaffe, depuis l’affaire du 1- janvier 1945, n’avait pratiquement plus de direction centrale, et la liberté individuelle était laissée aux escadres. Seules, de vagues directives générales étaient envoyées à Leurs commandants avec cc>mplète latitude quant à leur exécution. Chaque groupement de la Luftwaffe gravitant autour d’un drome principal auquel était rattachées plusieurs bases. satellites.. Avec les états-majors, leurs contrôles d’opérations, leurs services de ravitaillement, de flak et de réparations, ces unités autonomes ne, dépendaient du G.G. central que de très loin. "
’Cela est confirmé par Rudel dont l’escadre Immelmann avait une autonomie presque complète.

Les commandants d’unités terrestres s’adressaient à lui directement pour obtenir un appui aérien local, et trés souvent Rudel déclenchait de sa propre autorité des opérations complexes, avec support de la chasse, après une reconnaissance aérienne personnelle.

J’ai retrouvé dans " Pilote de Stukas ", également, une foule de détails intéressants sur des actions dont j’ai été le témoin, de l’autre côté de la barrière.

Par exemple, l’affaire du 1- janvier 1945 dont on ne retrouve une trace discrète que dans les archives alliées les plus confidentielles, nous est racontée par Rudel, et il confirme dans les termes suivants ce que j’avais alors écrit " Le I- janvier au jour, nous sommes aux environs de Francfort. J’entends des bruits d’avions et fouille bien vite des yeux la nue grise. Une quantité de chasseurs passent en rase-mottes avec un grondement -de tonnerre’ Une pensée me vient instantanément ce sont les Américains Il y à bien longtemps que je n’ai vu autant d’appareils allemands rassemblés. Pourtant ? Mais c’est incroyable 1 Tous portent les cocardes du Reich, ce sont des Me 109 et des Focke Wulfs 190. Ils ont le cap à l’ouest. J’apprendrai ultérieurement de quelle mission ils sont chargés...

...Les avions de ce matin représentaient une fraction des forces chargées d’assaillir les terrains ennemis -à basse altitude . Nous espérons pouvoir détruire assez d’appareils pour réduire la supériorité aérienne ennemis au-dessus de notre offensive des, Ardennes qui est enrayée... "
Tout cela fait de l’ouvrage de Rudel, un livre que tous les aviateurs qui ont combattu dans les rangs alliés pendant cette guerre voudront lire.

Sur le plan humain, il est une chose qu’ils ne manqueront pas d’admirer - la résistance morale et le courage physique extraordinaire de RudeL Il faut avoir été pilote de combat pour comprendre ce que signifient deux mille missions de guerre. En excluant l’élément chance qui joue forcément sur un chiffre tel qu’il bouleverse tous les calculs de probabilités, le courage personnel et la science du pilotage de Rudel étaient hors de pair.

Après avoir été blessé gravement à plusieurs reprises, il a finalement exécuté ses cent dernières missions avec une jambe droite déchiquetée par la D.C.A., réduite à un moignon sanglant, suppurant dans son avion.

On ne peut que répéter ce que nous disions dans la R.A.F. de Walter Nowotny" Quel dommages qu’il ne portât pas notre uniforme. "

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.