Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Plutarque

, par

Plutarque (en grec ancien Πλούταρχος / Ploútarkhos), né à Chéronée en Béotie vers 46 ap. J.-C., mort au même endroit en 125, est un biographe et moraliste de la Grèce antique.

On fixe les années de la vie du Béotien Plutarque entre 46 et 125 après J-C. Il est né à Chéronée (petite ville à l’est de la Phocide, proche de Delphes. Malheureusement, les historiens ne possèdent que peu d’informations sur la vie de l’illustre biographe, seuls la Souda (Xème siècle) et une note d’Eusèbe de Césarée font référence à sa vie. Les témoignages les plus conséquences restent ceux que l’écrivain a glissé lui-même dans son œuvre. On le sait fils de bonne famille, qui a jugé bon de l’envoyer à l’école platonicienne d’Athènes où Ammonios lui apprend les sciences et la philosophie vers 66. Il obtient la citoyenneté athénienne. Il fait ensuite un voyage à Alexandrie puis à Rome où il enseigne le grec et la philosophie morale sous les règnes de Vespasien et de Titus. Il séjournera de nouveau à Rome sous Domitien dans les années 90.Il y acquiert la citoyenneté romaine et adopte le gentilice Mestrius, en hommage à son ami Florus Il revient ensuite à Chéronée où il se partage entre l’écriture de son œuvre et la vie publique (il organisait les fêtes religieuses), il est nommé prêtre d’Apollon à Delphes à vie. C’est un auteur monumental et très fécond de plusieurs traités de morale, de philosophie, de théologie, de politique, un érudit doué d’une connaissance encyclopédique. Dans ses biographies, il étudie la vertu à travers ses personnages de héros et adopte une position qui n’est pas celle de l’historien. Plutarque adhère aux faits qu’il présente, il imprègne son récit. C’est un moraliste et un observateur, platonicien. Néanmoins, il est à la fois l’ennemi des stoïciens et des épicuriens.

Œuvre

Les Vies parallèles des hommes illustres (en grec Βίοι Παράλληλοι / Bíoi Parállêloi) rassemblent cinquante biographies, dont 46 sont présentées par paire, en opposant un Grec et un Romain célèbres[1] (par exemple Thésée et Romulus, Alexandre le Grand et César, Démosthène et Cicéron). À la fin de chaque doublet, la plupart du temps, un bref texte (σύγκρισις / súnkrisis) compare les deux personnages. Nous avons perdu la première paire, consacrée à Épaminondas et Scipion. On date l’écriture de ces biographies entre 96 et 115.

Parmi les biographies séparées figurent celle d’Artaxerxès II, Aratos, et les huit biographies de Césars, d’Auguste à Vitellius. C’est l’œuvre la plus connue de Plutarque. Elle était admirée de Montaigne comme du Grand Condé, et Shakespeare y a puisé des sujets de tragédie.

Les Œuvres morales sont plus de 230 traités consacrés à des sujets nombreux et variés. Seuls 79 nous sont parvenus : De la curiosité, De la tranquillité de l’âme, Des vertus morales, Du génie de Socrate, etc.

Il a aussi écrit des Dialogues pythiques et des Propos de table, imités de Platon.

Influences

Les écrits de Plutarque ont eu une énorme influence sur la littérature européenne, notamment française et anglaise. Shakespeare a construit certaines de ses tragédies historiques à partir du canevas de quelques-unes des Vies parallèles, traduites par Thomas North. Ralph Waldo Emerson et les Transcendantalistes ont été beaucoup inflluencés par la Morale. Parmi ses admirateurs anglophones on peut citer Ben Jonson, John Dryden, Alexander Hamilton, John Milton, et Sir Francis Bacon mais aussi Cotton Mather, Robert Browning. Les Essais de Montaigne, les œuvres de La Boétie, d’Erasme, de Rabelais, plus tard l’œuvre de Rousseau sont profondément inspirés de ses œuvres morales et des Vies Parallèles. La somptueuse traduction en français des Vies Parallèles par Jacques Amyot au milieu du XVIe siècle, constamment rééditée jusqu’à aujourd’hui, a renforcé sa diffusion et a fait de Plutarque un passeur de l’Antiquité à l’époque moderne, voire un monument des lettres françaises.

Par ailleurs, dans les romans de Maurice Leblanc, les "Vies parallèles" sont le livre de chevet du héros Arsène Lupin, ce qui est révélateur des ambitions tant du personnage principal que de son auteur.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.