Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Patrice de Mac-Mahon

, par

Président de la
République française


Patrice de Mac-Mahon

3e président de la République

Élu le Désignation le 25 mai 1873 par l’Assemblée

Prolongé pour 7 ans le 20 novembre 1873

Présidence 24 mai 1873

30 janvier 1879

Prédécesseur Adolphe Thiers

Successeur Jules Grévy

Naissance 13 juillet 1808

à Sully (Saône-et-Loire)

Décès 8 octobre 1893

à Château de la Forêt (Loiret)

Nature du décès Mort naturelle
Troisième République

Marie Edme Patrice Maurice, comte de Mac-Mahon, duc de Magenta, né le 13 juillet 1808 au château de Sully (Saône-et-Loire) près d’Autun, mort le 8 octobre 1893 au château de la Forêt, à Montcresson (Loiret), était maréchal de France et fut président de la République française du 24 mai 1873 au 30 janvier 1879.

Origine irlandaise

Mac-Mahon descendait d’une famille irlandaise, partie pour l’exil avec Jacques II et se réclamant de la descendance des anciens rois d’Irlande.

Les débuts

Sorti de Saint-Cyr, il entra dans l’armée en 1827 et servit d’abord lors de l’expédition d’Alger, où il se fit remarquer par sa capacité et sa bravoure. Rappelé en France, il attira de nouveau l’attention lors de l’expédition d’Anvers en 1832. Il devint capitaine en 1833 et cette année-là revint en Algérie. Il mena des raids de cavalerie audacieux à travers les plaines occupées par les bédouins et se distingua au siège de Constantine en 1837. Depuis cette date jusqu’à 1855 il fut presque constamment en Algérie et accéda au grade de général de division.

Guerre de Crimée, Sébastopol

Pendant la Guerre de Crimée on lui donna le commandement d’une division et, en septembre 1855, il mena avec succès l’attaque sur les ouvrages fortifiés de Malakoff, où il y prononça son célèbre « J’y suis, j’y reste ! », ce qui aboutit à la chute de Sébastopol.

Sénateur, vainqueur en Algérie

Après son retour en France, il fut comblé d’honneurs et fait sénateur. Désirant pourtant une vie plus active, il refusa le commandement suprême des troupes françaises et fut une fois encore envoyé, sur sa demande, en Algérie, où il vainquit complètement les Kabyles. De retour en France, il vota comme sénateur contre la loi inconstitutionnelle sur la sécurité générale, qui fut proposée après l’attentat manqué d’Orsini contre la vie de l’empereur.

Magenta : Maréchal de France

Il se distingua particulièrement lors de la campagne d’Italie de 1859. Moitié par chance, moitié par audace et par flair, il poussa ses troupes en avant sans avoir reçu d’ordres à un moment critique lors de la bataille de Magenta, ce qui assura la victoire française. Pour ces brillants services, il reçut de Napoléon III le bâton de maréchal et fut titré duc de Magenta.

Gouverneur en Algérie

En 1861, il représenta la France au couronnement de Guillaume 1er de Prusse et, en 1864, fut nommé gouverneur général d’Algérie. Son action dans ce poste représente l’épisode le moins réussi de sa carrière. Bien qu’il eût effectivement mis en œuvre quelques réformes dans les colonies, les plaintes furent si nombreuses que deux fois dans la première moitié de 1870 il présenta sa démission à Napoléon III. Quand le cabinet Ollivier, qui devait si mal finir, fut formé, l’empereur abandonna ses projets algériens et Mac-Mahon fut rappelé.

1870-1871.

Il participa à la guerre franco-allemande de 1870, et essuya plusieurs défaites pour finir prisonnier à Sedan. En 1871, il fut nommé à la tête de l’armée dite « versaillaise » qui réprima sévèrement la Commune de Paris en massacrant 30 000 personnes, emprisonnant 38 000 et déportant au bagne 7 000 autres.

Président de la République

Porté par sa popularité, il est élu président de la République après la chute d’Adolphe Thiers le 24 mai 1873, et projette une restauration de la monarchie, après avoir limogé le Premier ministre pour le remplacer par un monarchiste. Mais l’échec de cette restauration le conduit à voter le septennat présidentiel. Avec le duc Albert de Broglie comme président du Conseil, il prend une série de mesures pour l’ordre moral ; mais ce n’est pas à lui qu’on doit le septennat ; ce sont les députés qui l’ont voté parce qu’ils espéraient que dans les sept années à venir le problème de la fusion serait résolu par le décès du comte de Chambord (« En attendant qu’il plaise à Dieu d’ouvrir les yeux du comte de Chambord... ou de les lui fermer », disait-on dans les milieux orléanistes).

L’Assemblée ayant le 9 novembre 1873 fixé son mandat à sept ans, suite à l’adoption de l’amendement proposé par le député Henri Wallon, il déclara dans un discours prononcé le 4 février 1874 qu’il saurait pendant sept ans faire respecter l’ordre légalement établi. Préférant rester au-dessus des partis, il assista plutôt qu’il n’y prit pris part aux procédures qui, en janvier et février de 1875, aboutirent aux lois fondamentales qui établirent finalement la République comme le gouvernement légal de la France. Pourtant Mac-Mahon devait écrire dans ses mémoires toujours inédits : « Par ma tradition de famille et en raison des sentiments que mon éducation m’avait inculqués dès le plus jeune âge envers la maison royale, je ne pouvais pas être autre chose que légitimiste. » C’est avec répugnance qu’il consentit en 1876 à la formation des cabinets Dufaure et Jules Simon, dominés par les Républicains.

Quand les mandements épiscopaux des évêques de Poitiers, Nîmes et Nevers, recommandant à la sympathie du gouvernement français le cas du pape captif Pie IX, furent suivis d’une résolution de la Chambre proposée par la gauche et demandant au Gouvernement de « réprimer les manifestations ultramontaines » (4 mai 1877), Mac-Mahon, douze jours plus tard, demanda à Jules Simon de démissionner et constitua un ministère conservateur sous la direction du duc de Broglie ; il convainquit le Sénat de dissoudre la Chambre et fit un voyage à travers le pays pour assurer le succès des Conservateurs aux élections, tout en protestant qu’il ne désirait pas renverser la République. C’est ce qu’on a appelé « le coup du 16 mai ». Cependant, les élections suivantes du 14 octobre donnèrent à la gauche une majorité de 120 sièges et le ministère de Broglie démissionna le 19 novembre. Mac Mahon tenta d’abord de former un gouvernement de fonctionnaires dirigé par le général de Rochebouët, mais la Chambre ayant refusé d’entrer en contact avec lui, Rochebouët démissionna dès le lendemain et le président se vit contraint de rappeler Dufaure, à la tête d’un ministère de gauche. Il conserva son poste jusqu’en 1878, pour permettre la paix politique pendant l’Exposition Universelle mais, les élections sénatoriales du 5 janvier 1879, ayant livré maintenant cette assemblée à la gauche, Mac-Mahon qui ne disposait plus d’aucun soutien parlementaire préféra démissionner le 30 janvier 1879 et Jules Grévy lui succéda.

Décès [modifier]

Il meurt le 8 octobre 1893 au château de La Forêt, près de Montargis, après avoir entrepris la rédaction de ses mémoires. Il sera inhumé le 22 octobre aux Invalides, après des obsèques nationales.

Citations

Mac-Mahon est resté célèbre pour un certain nombre de déclarations, probablement pas toutes authentiques :

* Lors de la guerre de Crimée qui opposait la France et le Royaume-Uni à la Russie, Mac-Mahon prit la position de Malakoff. À un émissaire britannique qui lui conjurait de quitter la place, qu’il disait minée, Mac-Mahon a répondu, inventant la formule : « J’y suis, j’y reste ». Il resta et ne sauta pas.

* En voyant des inondations qui frappèrent la ville de Moissac : « Que d’eau ! Que d’eau ! Et encore, on n’en voit que le dessus ».

* « La fièvre typhoïde est une maladie terrible. Ou on en meurt, ou on en reste idiot. Et je sais de quoi je parle, je l’ai eue ».

* Alors qu’il allait passer en revue les élèves de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, Mac-Mahon fut informé que le soldat le plus brillant de la promotion était noir de peau. A l’école militaire de Saint-Cyr le mot nègre est du reste utilisé depuis le XIXe siècle pour désigner le major, c’est-à-dire l’élève le plus brillant de la promotion. Arrivé devant lui, et alors qu’il était évidemment difficile de ne pas reconnaître le soldat, Mac-Mahon lui demanda : « Ah c’est vous le nègre ? ». Et à court de mots, il ajouta : « Très bien, continuez ! ».


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.