Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Panzer IV ( PzKpfw IV )

, par

PzKpfw IV SdKlz 161

Pays Allemagne

Type : char moyen.

Equipage : 5 hommes.

Armement : un canon de 7.5 cm KwK L/24 : une coaxiale MG34 de 7,92 mm une MG34 de 7,92 mm dans la coque.

Blindage :
minimum 20 mm : maximum 90 mm.

Dimensions :

longueur 591 m ;

largeur.
2,92 m.

hauteur : 2,59 m.


Poids :
19,7 t.


Pression au sol :
075 kg/cm2.


Puissance massique :
15.5 ch/t.


Moteur
 : Maybach HL 120 TRM V-12 en ligne diesel, développant 300 ch à 3 000 tr/mn.

Performances :


vitesse sur route :
40 km/h ;


vitesse en tout-terrain.
20 km/h :

autonomie : 200 km ;

obstacle vertical 0.6m :

coupure franche 2,3 m ;

gué :
0.8 m ;

pente : 30%.

Temps de service : dans l’armée allemande de 1936 à 1945. Egalement employé par l’Espagne, l’Italie et la Turquie. Employé en dernier lieu par la Syrie en 1967. (Note : les données concernent le PzKpfw IV Ausf D).

Le PzKpfw IV fut le seul char allemand produit sans interruption du premier au dernier jour de la seconde guerre mondiale, sans doute plus longtemps que tout autre char de l’époque, à l’exception du T-34.

L’aventure débuta le jour de 1935 où le grand état-major allemand établit les spécifications prévoyant pour le corps de bataille principal, deux types de chars, les plus nombreux (les PzKpfw III) montant un canon à haute vitesse initiale et un char d’appui montant un canon de gros calibre tirant une bonne munition brisante.

Cet engin allait être le PzKpfw IV. Le canon choisi dès l’origine fut le Kwk de 7,5 cm à canon court ; par ailleurs, le véhicule ne pouvait dépasser le poids total de 24 t En fait les spécifications demandaient un engin très semblable au PzKpfw III, l’organisation des deux véhicules,de même que leurs missions respectives. ne variant que sur des détails.

Contrat fut passé avec plusieurs sociétés et à nouveau, le développement s’étira sur une période relativement longue tandis que les chercheurs raffinaient les divers dessins.

Les livraisons ne purent commencer vraiment qu’en 1939 et a ce moment les recherches avaient abouti à lAusführung D, le modèle qui prit part aux campagnes de Pologne et de France avant de se lancer dans les grands espaces russes en 1941 et d’y montrer des lacunes si manifestes qu’il devenait impossible d’encore fermer les yeux.

Les dimensions de l’Aue D dépassaient un peu celles du DzKpfw III mais la forme de la coque et la silhouette générale restaient les mêmes. L’équipage occupait trois compartiments : le chauffeur et l’opérateur-radio s’installaient à l’avant la mitrailleuse de coque à leur droite et un peu er retrait par rapport au chauffeur. Dans la chambre de combat la tourelle abritait le chef de char. le canonnier et le pourvoyeur.
La rotation de la tourelle était à commande électrique alors qu’elle était encore à commande manuelle sur le PzKpfw III.

La coupole proéminente à l’arrière de la tourelle offrait au chef de char un champ de vision illimité Une trappe d’évacuation était percée dans chaque paro latérale de la tourelle. Le moteur, dans le compartiment arrière, ne différait pas de celui du PzKpfw III seule la disposition des accessoires variait quelque peu. Le mouvement était transmis a la boîte de vitesses et aux barbotins situe à l’avant.

La suspension comportait de chaque côté quatre bogies couplés, suspendus par des ressorts à lames. Une grande roue tendeuse se trouvait à l’arrière et quatre petits galets supports complétaient le roulement. La coque était assez spacieuse pour emmener 80 obus et 2 800 cartouches de mitrailleuse.
L’expérience des combats montra bientôt que, sous cette forme, l’engin était bien conçu et bien organisé mais que le blindage était trop mince pour sa véritable mission, l’appui des PzKpfw III, car il n’avait pratiquement aucun avantage sur les autres chars. Un programme de perfectionnement fut donc mis en train qui devait se poursuivre sans interruption jusqu’à la fin de la guerre. Le modèle suivant, le E, reçut un complément de blindage sur le surbau et la tourelle. ainsi qu’une nouvelle coupole.

Ces équipements furent adaptés aussi a des modèles plus anciens de porte qu’aujourd’hui, une identification précise sur photo dst souvent malaisée. Le modèle F était censé devenir un modela de serre principal mais il fut bientôt, à son tour, juge perfectible et il reçut une version à long tube du 7.5 cm Cette nouvelle arme transforma complètement le rôle du véhicule qui prit le statut de char non plus d’appui mais de combat relevant le PzKpfw III dans cette mission à partir de tete 1941.

Construit en grand nombre, le F combattit sur tous les fronts. de même que son successeur immédiat le G qui ne s’en distinguait extérieurement que par un blindage plus épais et l’apparition de jupes blindées latérales

En 1943, le char retrouva une nouvelle jeunesse avec le canon de 7.5 cm KwK 40 L148, qui lui permettait de défier n’importe quel char au monde et de se tirer à son honneur d’un duel avec le T-34.

Les pièces de plus grandes dimensions avaient évidemment changé la tourelle qui, à partir du G, reçut un complément de blindage qui la faisait paraltre beaucoup plus longue à l’arrière Des jupes epagsses (5 mm) protégeaient le train de roulement et modeaent de façon radicale la silhouette du char. lui donnant l air pies trapu. et pour tout dire, un peu balourd. Luttime Austinrung, le IVJ, sortit en 1944. A cette époque. la pente* de matières premières se faisait plus aiguë et le dessin dut être simplifié mais l’engin restait fondamentalement celui qui avait commencé la guerre cinq ans plus tôt
En 1945, plus de 8 000 avaient été livres. et beaucoup d’autres construits pour des missions spécifiques Quelques IV étaient encore en activité dans [armee syrienne pendant la guerre israélo-arabe de 1967 Quels aent été les défauts du dessin originel, les dernières versects étaient d’une exceptionnelle qualité prouvée a suffisance par d’excellents états de service.


sources l’encyclopedie des blindés ed. Elsevier Séquoia 1978

Messages et commentaires

  • A propos de messages comportant trop de fautes d’orthographe,
    avez vous remarqué les coquilles notamment oubliées aux endroits suivants :
    ... Des jupes epagsses (5 mm) protégeaient le train de roulement et modeaent de façon radicale la silhouette du char. lui donnant l air pies trapu ...
    ... Quels aent été ...
    ... plus de 8 000 avaient été livres...
    ... les dernières versects ...

    Répondre à ce message

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.