Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

PIAT (Grande Bretagne)

, par

Caractéristiques

Longueur : totale, 0,99 m.
Poids : lanceur, 14,510 kg ;
grenade, 1,360 kg.
Portée : pratique, 101 m ;
maximale, 338 m.
Vitesse initiale : 76 à 137 m/s.

Le PIAT, sigle signifiant Projector Infantry Anti-Tank Mk 1 (lanceur antichar d’infanterie Mk 1), avait le caractère d’une arme britannique assez peu conforme aux normes de sélection imposées par le War Office. Il provenait en effet d’un service surnommé couramment « Winston Churchill’s Toy Shop » (boutique aux jouets de Winston Churchill).
Il était conçu pour exploiter l’effet de charge creuse et lancer une grenade qui devait perforer tous les blindages de char du moment. Il entrait donc dans la même catégorie que le bazooka américain ou le Panzerfaust allemand.
Toutefois, le PIAT n’utilisait pas l’énergie chimique pour lancer son projectile mais celle d’un ressort à boudin, car il fonctionnait selon le principe du mortier à broche. La grenade était projetée à partir du logement d’un tube et, au début de son mouvement, une broche centrale la maintenait sur sa trajectoire.
Une pression sur la détente libérait un puissant ressort qui amenait la broche à frapper la charge propulsive de la grenade. Cette charge réarmait en même temps le ressort, qui était prêt pour le tir du projectile suivant.
Le PIAT était avant tout une arme antichar, mais il pouvait également lancer des grenades explosives et fumigènes, ce qui en faisait un engin polyvalent supérieur en cela à ses concurrents de l’époque. Il rendait de grands services dans le combat de rues, et sa béquille montée à l’avant se déployait et lui permettait de tirer avec un site élevé dans des emplacements aux dimensions exiguës.

Le PIAT a remplacé le fusil antichar Boys en dotation chez les Britanniques et dans certaines armées du Commonwealth. Il n’était cependant pas très apprécié, car, en raison de son encombrement et de son poids, il fallait une équipe de deux hommes pour le servir. " Mais son impopularité provenait surtout de son ressort trop puissant qui exigeait pour l’armer la réunion des efforts de deux individus. Si la grenade ne partait pas du premier coup, le PIAT devenait inutile car il était plutôt risqué de répéter l’opération à l’approche de l’ennemi.
Par contre, si la grenade atteignait un char, elle le mettait pratiquement hors de combat. Le PIAT n’était pas seulement réservé à l’infanterie. Il constitua souvent l’armement principal de blindés légers comme les véhicules de la série Universal Carriers ou certaines automitrailleuses. Il équipa quelquefois divers moyens de transport qui en reçurent jusqu’à quatorze exemplaires montés sur un support spécial pour être utilisés comme une batterie de mortiers mobile.

Les Britanniques le maintinrent en service après la Seconde Guerre mondiale pendant quelques années et ils le remplacèrent dès qu’ils le purent. Il s’agissait d’une arme antichar efficace.


source :encyclopedie des armes Atlas 1984

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.