Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Muhammad Mahmood Alam

, par

Victoires

9

Biographie

Muhammad Mahmood Alam est né à Calcutta en 1934 et, après avoir fait de solides études à Dacca, il entre dans la Pakistan Air Force, en 1954. Le 1°’ septembre 1965, les inci­dents de frontière entre l’Inde et le Pakistan prennent une nouvelle tournure et, cinq jours plus tard, la guerre est engagée entre ces deux pays. Muhammad Alam est alors squadron-leader et com­mande le N° 11 Squadron qui, basé à Sarghoda, dans le nord du Pakistan occidental, est équipé de North American F-86F Sabre. Ces appareils, déjà anciens, ne sont pas considérés comme très compétitifs face aux redou­tables Mig 21 et aux rapides Hunter que déploie l’aviation indienne. Mais Alam est un pi­lote de grande expérience, avec plus de 1 400 heures sur Sabre à son actif ; il est non seulement un brillant théori­cien, mais surtout un des plus adroits pilotes de la PAF. Les Indiens en feront la triste ex­périence.>

Le 6 septembre, premier jour de la guerre, le N° 11 Squadron reçoit l’ordre d’atta­quer Adampur, mais l’aviation indienne protège l’objectif. Quatre Hunter tentent d’inter­cepter la formation des quatre Sabre conduits par Alam. Dès le début, Alam parvient à se mettre en bonne position der­rière le Hunter de queue et l’in­cendie avec une seule rafale. Le combat se poursuit alors au ras du sol, à près de 400 km/h ! Un second Hunter ne tarde pas à suivre le premier. La mission destinée à détruire le radar d’Adampur a échoué, mais la PAF a au moins eu la satisfaction d’enregistrer deux victoires confirmées au squadron-leader Muhammad Alam, sans perte. Le lendemain, 7 septembre, les Indiens frappent les pre­miers et à l’aube viennent mi­trailler avec leurs Hunter le ter­rain de Sarghoda, sans grands résultats. Quelques minutes plus tard, Alam et son ailier décollent pour une patrouille. Les deux pilotes aperçoivent alors six Hunter volant assez près du sol, à la verticale du terrain. Alam plonge sur les in­trus. De cette manière, sa vi­tesse est supérieure à celle du Hunter. Il est trop loin pour uti­liser ses mitrailleuses et lance un missile Sidewinder sur un premier Hunter. Le missile troublé par les radiations de chaleur du sol manque sa cible. A nouveau en bonne po­sition, il tire son second Side­winder. Alam ne peut suivre sa trajectoire, mais il va pou­voir juger du résultat. Quel­ques secondes plus tard, il dé­passe un Hunter, sans verrière et sans pilote à l’intérieur, qui vole encore, mais pas pour longtemps. Son pilote, un commandant d’escadrille in­dien, s’est éjecté. Il sera fait prisonnier.>

La mission commence bien pour Alam, mais elle va s’achever sur un succès sans précédent. Avec ses réservoirs pleins, Alam se lance sur la piste des cinq autres Hunter. Ils ne sont pas bien loin et sur­volent la rivière Chenab, entre Sarghoda et Lahoré, quand Alam les rattrape. Les cinq appareils indiens volent à 850 km/h, à une altitude de 60, mètres, dans une magnifi­que formation en échelon re­fusé. Au moment où Alam se trouve à bonne distance, les Indiens l’aperçoivent et commettent une erreur fatale. Au lieu de s’éparpiller dans toutes les directions, ils virent tous les cinq ensemble du même côté. Le virage est très serré ; plus de 5 G, et tout va aller alors très vite. Le premier est touché aux réservoirs et se transforme en boule de feu. Alam s’occupe déjà du se­cond, qui subit un sort identi­que. Puis le troisième. Le qua­trième part en tonneau à moins de 300 mètres d’alti­tude. Alam le suit et tire une courte rafale à bout portant. Le Hunter explose. Il n’y aura au­cun survivant. Le combat n’a pas duré plus de 30 secondes ! Le dernier Hunter n’ira pas loin. Son réacteur s’arrête peu après et son pilote sera fait pri­sonnier après s’être éjecté. Le 16 septembre, Alam se trouve avec un ailier à une vingtaine de kilomètres des terrains d’Adampur et d’Hal­­ wara. Ils servent d’appâts pour attirer les Mig 21 indiens au combat. Mais ce sont deux Hunter qui arrivent sur eux à Mach 0,95. Alam vire brutale­ment et suit un Hunter dans une chandelle qui l’amène à 6 000 mètres. Il tire trois ra­fales : la dernière est la bonne. Le Hunter se transforme en une boule de feu. >

Alam plonge alors au secours de son ailier, en difficulté avec le second chasseur indien. fl tire un pre­mier missile qui s’égare, puis un second qui frappe le Hunter à l’emplanture de l’aile droite. Alam voit sa victime fumer co­pieusement, mais il ne s’at­tarde guère, se trouvant alors à quelques centaines de mètres du terrain d’Halwara. Muhammad Mahmood Alam termine la guerre avec neuf victoires confirmées en trois combats, toutes remportées contre des Hunter, pourtant réputés supérieurs au Sabre. Il recevra la plus haute décoration pakistanaise .


sources : serie "Connaissance de l’histoire" ed hachette 1979-1983"

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.