Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Mikhaïl Illarionovitch Golenichtchev-Koutousov

, par


Mikhaïl Illarionovitch Golenichtchev-Koutousov , prince de Smolensk, né en 1745 à Saint-Pétersbourg et mort le 28 avril 1813 à Bunzlau en Silésie. Général en chef des armées de Russie, sous le règne du Tsar Alexandre Ier de Russie, vainqueur de la Grande Armée de Napoléon lors de la campagne de Russie de 1812.

Fils d’un ingénieur militaire, il embrasse la carrière des armes dès l’âge de 12 ans. En 1759, il intègre l’armée russe, alors qu’il n’est âgé que de 14 ans. Il connaît six langues, l’arithmétique et la géographie. Débutant dans les corps d’artillerie de l’impératrice Catherine II de Russie, il participe aux campagnes de Pologne (1764-1769) et d’Ukraine avant de se distinguer dans la guerre contre les Turcs en 1788-1792. Une balle lui traverse la tête en 1773 : il perd son œil droit. Il sert ensuite sous les ordres de son maître à penser, le général Alexandre Souvorov. En 1788, il frôle la mort encore une fois. Il récupère à temps pour prendre une part active aux dernières batailles contre les Turcs.

Koutousov assiste en 1788 au siège d’Otchakov, où il fait preuve d’une grande fermeté. Il est dangereusement blessé dans une vigoureuse sortie de la garnison turque. Il prend ensuite une grande part à la prise d’Izmail, en 1790. Il est nommé en 1791 lieutenant-général, puis chargé du commandement d’un corps d’armée placé entre le Prut, le Dniestr et le Danube. Après la paix avec les Turcs, il obtint le commandement de l’Ukraine et participe à plusieurs négociations diplomatiques, tant sous le règne de l’impératrice Catherine II de Russie que sous celui de on successeur le Tsar Paul Ier de Russie. Il devient successivement ambassadeur à Constantinople, gouverneur-général de Finlande, commandant du corps des cadets à Saint-Pétersbourg, ambassadeur à Berlin, gouverneur militaire de Saint-Pétersbourg.

Peut-être parce qu’il à refusé de participer au complot contre le Tsar Paul Ier, Alexandre Ier, devenu Tsar à son tour, l’écarte des postes importants.

Koutouzov, pendant les guerres napoléoniennes

En 1805, au moment de la troisième coalition contre la France, Koutousov a 60 ans. Il est un chef populaire par son goût immodéré pour l’alcool et les femmes, ca qui n’empêche pas que tout le monde s’accorde à le trouver courtois, cultivé et rusé. Alexandre Ier de Russie le charge de soutenir les Autrichiens contre Napoléon. Il affronte le maréchal Joseph Mortier à Dürrenstein en novembre 1805.

À Austerlitz, il déconseille de livrer bataille. Mais le tsar, présent sur le champ de bataille, fait la sourde oreille. Après la défaite, Koutousov qui a eu le tort d’avoir raison, tombe à nouveau en défaveur. Il est assigné

En 1811, les victoires décisives qu’il remporte contre les Turcs en Moldavie dictent les conditions de la paix lors du traité de Bucarest le 16 mars 1812 : la Moldavie orientale (dite Bessarabie, actuelle République de Moldavie) devient russe. Après la paix de Presbourg. À cette époque il fut élevé aux dignités de prince, de président du conseil d’État et de feld-maréchal.

Le tsar lui confie à nouveau le commandement en chef de l’armée russe lors de l’invasion française de la campagne de Russie. Koutousov applique alors la politique de la terre brûlée sur près de 2000 Km entre la frontière russe et Moscou. Évitant jusqu’au bout l’affrontement qui lui serait fatal, il laisse les 200 000 hommes de la grande armée s’approcher de Moscou sous les harcèlements incessants des Cosaques, qui ne sont pas sans rappeler la guérilla espagnole. Puis, il se décide enfin, aux portes de Moscou, à livrer bataille. C’est la bataille de la Moskowa (ou Borodino).

Vaincue , l’armée russe ouvre la route de la capitale que les Français trouvent abandonnée. La ville construite en bois est entièrement incendiée du 14 au 20 septembre privant les 200 000 hommes de la Grande Armée, d’abris pour l’hiver, sans que l’on puisse réellement affirmer qui, des Français ou des Russes, est vraiment responsable de cet incendie : Probablement un peu des deux, pillards français, pillards russes...

Napoléon est alors contraint, le 18 octobre, en plein hiver russe, de donner l’ordre de la retraite. Koutouzov talonne alors l’armée en déroute qu’il harcèle avec des petits groupes. Les combats du Dorogobon et la bataille de Krasnoi, où le nombre écrase pourtant la valeur, valent à Koutousov le surnom de Smolenskoï et le grand cordon de Saint-Georges.
Voir l’article Bataille de la Moskowa.

Lors du passage de la Bérézina, les débris de la Grande Armée lui échappent de justesse.

Ce feld-maréchal commande encore l’armée russe au commencement de 1813. Mais atteint d’une septicémie, suite à ses nombreuses blessures, il meurt à Buntzlau en Silésie le 6 avril 1813, alors qu’il prend le commandement des forces alliés de la sixième coalition et s’apprête à déclencher une offensive contre les forces de Napoléon.

Postérité

Un mémorial fut érigé sur le lieu de sa mort, sur la Poklonnaya à Moscou et devant la cathédrale Notre-Dame de Kazan de Saint-Pétersbourg, où il est enterré. N’ayant pas d’héritier masculin en ligne directe, son patrimoine alla à la famille Tolstoï.

Le poète, dramaturge et romancier russe Aleksandr Pushkin dédia une fameuse éloge sur la sépulture de maréchal. Dans Guerre et Paix, Léon Tolstoï le représente comme un chef intelligent et apprécié

Pendant l’offensive allemande (1941-45), le gouvernement soviétique créa l’Ordre de Koutouzov. Aujourd’hui, après la chute de l’Union soviétique, c’est encore une des plus hautes distinctions en Russie. Avec son maître le général Alexsandre Suvorov, Koutouzov est considéré comme un des plus grands généraux russes.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.