Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Lockheed F-80 Shooting Star

, par

Avion : Lockheed F-80C Shooting Star.
Constructeur : Lockheed Aircraft Corp.
Type : chasse-bombardement.
Année : 1948.
Moteur : turboréacteur General Electric J33-A-
23 de 2 086 kg de poussée.
Envergure : 11,85 m.
Longueur : 10,51 m.
Hauteur : 3,45 m.
Poids au décollage : 7 646 kg.
Vitesse maximum : 933 km/h à 2 133m d’altitude.
Altitude opérationnelle maximale : 13 030 m
Autonomie : 2 220 km.
Armement : 6 mitrailleuses ; 907 kg de charge de guerre.
Equipage : 1 personne.

Entre sa conception et son premier vol, il ne s’écoula que 180 jours ! Pendant ce court laps de temps, la Lockheed parvint à réaliser un avion entièrement neuf, qui deviendra le premier chasseur à réaction opérationnel de l’aviation des Etats-Unis. Même s’il n’eut pas le temps de prendre une part active au second conflit mondial, le P-80 Shooting Star (il fallut attendre 1948 pour voir le sigle changé en F-80) servit en masse pendant le conflit coréen : au cours des quatre premiers mois d’emploi, ces avions accomplirent plus de 15 000 missions et, le 8 novembre 1950, l’un de ceux-ci participa au premier combat entre jets de l’histoire. Le nombre total de Shooting Star construits dans les trois versions de base s’éleva à 1 715 exemplaires, qui restèrent en service de première ligne jusqu’à l’arrivée des F-84 et F86 plus modernes, mais les Etats-Unis fabriquèrent une quantité plus de trois fois supérieure (5 691 exemplaires) de la version d’instruction, appelée T-33 Celle-ci devint la machine d’instruction de base de l’USAF et fut exportée dans une quarantaine de pays. Le Canada et le Japon construisirent sous licence 866 autres T33.

Les origines du projet P-80 remontaient au mois de juin 1943, lorsque les techniciens de l’USAF invitèrent de façon formelle la Lockheed à réaliser un avion de combat monoplace propulsé par un turboréacteur. A cette époque, les prototypes du Bell P-59 Airacomet (le premier avion à réaction de l’aviation militaire américaine) avaient déjà volé depuis longtemps mais la machine donnait des résultats peu satisfaisants. Le groupe d’ingénieurs de la Lockheed, dirigé par Clarence L. « Kelly » Johnson, élabora un projet général en une semaine à peine et demanda six mois de délai pour fabriquer le prototype. Il respecta largement ce programme puisque le premier XP-80 vola le 8 janvier 1944, 139 jours après le début des travaux. Les deux autres prototypes demandés (XP-80A) virent le jour six mois plus tard. Ils se différenciaient du premier par l’adoption d’un autre moteur et par des changements de structure dus au choix du nouveau propulseur. Le travail de perfectionnement se poursuivit sur les 13 exemplaires de présérie (YP-80A), livrés à partir d’octobre 1944 pour les essais opérationnels. Entre autres choses, deux de ces appareils furent envoyés en Italie aussitôt après l’arrêt des hostilités en Europe.
Tout comme pour d’autres machines conçues en temps de guerre, la fin du conflit entraîna une forte réduction dans les programmes de production, prévus sur une très grande échelle. La Lockheed et la North American auraient dû construire un total de 5 000 exemplaires du nouvel avion ; en réalité, seule la Lockheed fabriqua le P-80A, dont elle réalisa 917 exemplaires qui commencèrent à équiper les détachements de première ligne de l’USAF en décembre 1945. Les 240 derniers appareils de cette commande se présentèrent sous la forme de la version P-80B, où les modifications se situaient au niveau du moteur et de l’armement. Equipé par la suite d’un propulseur plus puissant, le modèle final P-80C apparut en 1948 et le nombre d’exemplaires construits s’éleva à 798. un vol record effectué le 19 juin 1947 par un P-80A, modifié pour la circonstance, encouragea le développement du P-80C. Cette machine possédait un moteur General Electric J33-A-23 de 2 086 kilos de poussée (le même qui équipera les P-80C de série) ; en outre, tant le fuselage que les ailes firent l’objet de nombreuses améliorations aérodynamiques. Ces changements permirent au colonel Albert Boyd de battre le record mondial de vitesse à la moyenne de 1 003,69 kilomètre à l’heure.
Lorsque les F-84 et les F-86 arrivèrent dans les détachements de première ligne, le Shooting Star servit à des tâches secondaires, surtout dans les unités de l’Air National Guard. Les Américains transformèrent bon nombre de ces avions pour la reconnaissance photographique et le remorquage de cibles. La production de la version d’instruction se poursuivit jusqu’en 1959


sources Multiguide aviation Elsevier 1979

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.