Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Les différents statuts des voies romaines

, par

Les différents statuts des voies romaines

Les écrits de Siculus Flacus, arpenteur romain (mensor) du Ier siècle, nous donnent la classification suivante :
Les viae publicae

Ce sont les grandes voies de l’Empire, les artères maîtresses du réseau routier, reliant les grandes cités entre elles. Elles sont également appelées viae praetoriae (voies prétoriennes), viae militares (voies militaires) ou viae consulares (voies consulaires). C’est l’État qui pouvait prendre en charge le financement de leur construction, mais une contribution était exigée des cités et des propriétaires des domaines traversés par ces voies qui devaient ensuite assurer leur entretien2.

Elles portent souvent le nom de la personne qui a apporté le projet de sa construction (Agrippa pour la via Agrippa, Domitius Ahenobarbus pour la via Domitia).

En Italie, la gestion en est ensuite placée sous la surveillance du curator viarum, fonctionnaire d’État. C’est le donneur d’ordre des travaux de la voie, de ses réparations.

La largeur moyenne constatée d’une via publica est de 6 à 12 m.

Quelques exemples de grandes voies publiques : via Agrippa, de Rome à Boulogne-sur-Mer ; via Appia, de Rome à Brindes ; via Domitia (voie Domitienne), de l’Italie à l’Espagne par la Narbonnaise ; via Egnatia, de Dyrrachium (Durrës) à Byzance.
Les viae vicinales

Elles s’embranchent à partir des viae publicae et permettent de relier ainsi entre eux les différents vici (un vicus est un gros bourg) d’une même région. Elles constituent bien évidemment la majorité des voies du réseau.

La largeur moyenne d’une via vicinalis était d’environ 4 m.

Quelques exemples en Gaule de viae vicinales : la voie Regordane reliant Le Puy-en-Velay à Montpellier ou la voie d’Aquitaine reliant Narbonne à Bordeaux.
Les viae privatae

Elles reliaient les grands domaines, les villae, aux viae vicinales et publicae. Elles étaient privées, réservées à l’utilisation seule du propriétaire qui les finançait en totalité. On les retrouvait souvent en limite de propriété.

La largeur moyenne d’une via privata était de 2,50 à 4 m.


sources wikipedia

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.