Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Les Etats du Levant

, par

C’est le pavillon de la Syrie, du Liban, de la Palestine, c’est le pays de la Bible, du Coran et des Mille et Une Nuits, conçu par l’architecte Moussali. Dès le seuil du pavillon, le magnifique lion hittite du palais Azem de Damas évoque l’un des plus lointains berceaux de notre civilisation. Comme aussi le sarcophage d’Ahiram, roi de Byblos. Byblos n’est-il pas le plus important champ de fouilles de la Syrie antique, avec les énormes ruines de Palmyre et celles de Baalbek, les plus colossales peut-être qui existent ?
Le peintre Mourani, un Libanais devenu Parisien, les a évoquées dans une salle. Un jardin entoure le pavillon de ses verdures
et un kiosque abrite une reconstitution architecturale, due à Jean Debs, des temples de Baalbek.
Les visiteurs de l’exposition ont pu rencontrer ici une authentique impression de cette félicité que l’on goûte, au pied de la montagne d’Abraham, dans la capitale des califes omeyyades, dans la cité féerique baignée de mille ruisseaux, de cent mille vasques murmurantes et de fontaines d’eau vive, parmi les immenses vergers et les bois de peupliers.
Le pavillon des Missions est formé de deux édifices. L’un est élevé par les Missions catholiques ; l’autre par les Missions protestantes. Le second s’inspire dans sa décoration extérieure des formes du bambou. C’est une vaste salle très simple où l’on suivra l’effort considérable d’éducation, d’enseignement technique et d’hygiène qui s’appuie en 1931 sur un personnel de 257 missionnaires européens, hommes et femmes, de 3 000 collaborateurs indigènes, pasteurs, évangélistes ou instituteurs, et qu nécessite un budget d’environ 4 millions fournis par des dons volontaires.
Le pavillon des Missions catholiques pré sente l’aspect d’une église où sont combinées des formes d’architecture et de décoration empruntées à l’Extrême-Orient et à l’Afrique. Dans la grande nef, au fond, sur une haute estrade, un autel est éclairé par un vitrail. Il représente le Christ qui s’avance, les mains ouvertes, pour offrir au monde la Charité et la Paix.
Sous les voûtes, « comme aux Invalides », se trouvent les étendards de tous les peuples successivement conquis au Christ. Une autre idée heureuse réside dans le fait d’avoir disposé, près de la porte d’entrée, et à l’abri d’une coupole, une mappemonde de 2,50 m de diamètre sur laquelle chaque mission est indiquée par un signe brillant. La mappemonde tourne sur son axe et est éclairée, le soir, par un projecteur qui étend sur elle le signe de la Croix.


sources A. Castelot Historia magazine 20e siecle 1970

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.