Publicité

Publicité
Publicité

Fiches sur les mythes, personnages, les batailles, les équipements militaires. De l'antiquité à l'époque moderne, découvrez l'histoire, commentez et posez vos questions, participez à la vie du site !

Le sacrifice de la flotille du Béarn

, par

Le 19 mai, les escadrilles AB 2 et AB 4, détachées du porte-avions Béarn et basées à Berck, reçurent l’ordre de coopérer au retardement de l’avance allemande en attaquant un rassemblement de blindés au carrefour de Berlaimont, près d’Aulnoye, sur la Sambre. Ces escadrilles, commandées respectivement par les lieutenants de vaisseau Lorenzi et Lainé, étaient composées de monoplaces de bombardement en piqué Loire-Nieuport 411 .

Les mots de bombardiers en piqué suggèrent généralement l’image de bolides redoutables. Or, les Loire-Nieuport pouvaient atteindre une assez belle rapidité lorsqu’ils se précipitaient vers le sol, mais leur vitesse normale en vol horizontal n’excédait pas 240 kilomètres à l’heure.

Leur armement consistait en un canon et deux mitrailleuses ; leur protection contre les projectiles ennemis était inexistante : une balle de mitrailleuse tirée à 50 mètres perforait la plaque de blindage disposée derrière le siège du pilote.Les chefs des deux escadrilles commandées prirent donc l’air le 19 mai, à la tête de tous leurs avions disponibles (11 pour la AB 2, 9 pour la AB 4), sans escorte de chasseurs. Les Loire-Nieuport arrivèrent au-dessus des chars allemands alors que ceux-ci étaient dispersés dans une grande prairie au nord du village de Berlaimont. Les Allemands avaient déjà installé une Flak importante qui ouvrit le feu instantanément.

Les Loire-Nieuport piquèrent et lâchèrent leurs bombes. Le rapport d’opération porte que, bien que de nombreux chars allemands aient été certainement détruits, il fut impossible d’observer précisément les résultats de l’attaque : la forêt des trajectoires de la Flak s’élevait au milieu de la fumée des explosions, des geysers de terre et des flammes jaillissant des avions abattus.

Seules les pertes purent être dénombrées exactement : dix avions ne revinrent pas. De ceux qui revinrent, plusieurs étaient gravement endommagés.Le lendemain, 20 mai, les trois avions encore utilisables des escadrilles AB 2 et AB 4 décollèrent de nouveau de Berck, cette fois en compagnie de l’escadrille AB 1 (dix Chance Vought commandant : lieutenant de vaisseau Mesny), toujours sans escorte de chasseurs, avec mission de détruire un pont sur l’Oise près d’Origny-SainteBenoîte. La formation fut interceptée par un groupe de messerschmitt à mi-route de l’objectif Six avions de l’escadrille AB 1, qui volait en tête, furent abattus, les autres dispersés.

Par chance, les Messerschmitt n’avaient pas aperçu les trois Loire-Nieuport Ceux-ci poursuivirent leur route et arrivèrent au-dessus du pont. Là aussi, la Flak était déjà installée. Les Loire-Nieuport attaquèrent le pont en piqué à 600, de 1 000 mètres au ras du sol. Le pont fut coupé, une de ses piles s’effondra.Les avions de la AB 4 rentrèrent très endommagés. Celui qui appartenait à la AB 2 avait été abattu par la D.C.A. du pont. Georges Blond-les princes du ciel- livres de poche

Participez à la discussion, apportez des corrections ou compléments d'informations

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Recherche dans le site

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.